Quand gouverner, c’est enquêter

Les actes du colloque d’ouverture de Gouvaren viennent de paraître !

Thierry Pécout  (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, XIIIe-XIVe siècles, Actes du colloque international, De Boccard, Paris, 2010, 627 pages.

Sommaire

L’ENQUÊTE DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

Amélia AGUIAR ANDRADE, Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343

Maria Filomena COELHO, Inquiricões régias medievais portuguesas : problemas de abordagem e historiografia

Alexandra BEAUCHAMP, Contra injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones illicitas : enquêtes générales et contrôle des officiers royaux dans la Couronne d’Aragon des années 1340

Eloísa RAMÍREZ VAQUERO, Inquirir, evaluar, actuar en un reino lejano : Navarra s. XIII-XIV

Carlos ESTEPA DÍEZ, El Libro Becerro de las Behetrías (1351-1352) : Pesquisa real, poderes señoriales y fiscalidad de Estado

LE ROYAUME DE FRANCE, LE DAUPHINÉ ET LES TERRITOIRES SAVOYARDS

Frédéric BOUTOULLE, L’enquête de 1236-1237 en Bordelais

Marie DEJOUX, Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-1248

Gaël CHENARD, Les enquêtes administratives dans les domaines d’Alphonse de Poitiers

Olivier MATTÉONI, Louis II de Bourbon, l’enquête et la réforme : remarques sur une pratique de gouvernement

Aurelle LEVASSEUR, L’enquête générale princière comme technique de gouvernement : réflexions typologiques à partir de l’exemple du Dauphiné (1250-1349)

Nicolas CARRIER, Les enquêtes delphinales du milieu du XIIIe siècle dans le contexte des Alpes occidentales

LE ROYAUME DE NAPLES, LES TERRES DE L’ÉGLISE ET LE ROYAUME D’ITALIE

Jean-Paul BOYER, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine

Serena MORELLI, La territorializzazione della politica : competenze, metodi e obiettivi del personale amministrativo addetto alle inchieste

Armand JAMME, Entre révélation des réalités et propagande politique, l’enquête et ses desseins dans l’État pontifical aux XIIIe et XIVe siècles

Riccardo RAO, Le inchieste patrimoniali nei comuni dell’Italia settentrionale (XII-XIV secolo)

Damien BROC, Légitimation du gouvernement de la commune de Gênes et contrôle de la légalité : les enquêtes des syndicatores generales (1363-1404)

LA PROVENCE ANGEVINE

Laure VERDON, La notion d’usurpatio et ses usages : apports de la législation et des enquêtes à la construction de la souveraineté en Provence (1250-1335)

Thierry PÉCOUT, Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux (1251-1365)

Michel HÉBERT, L’enquête de 1319-1320 sur la cavalcade en Provence

Jean-Luc BONNAUD, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre Guillaume de Vaumeilh (baillie de Sisteron, 1332)

Philippe JANSEN, La participation des communautés et de leurs représentants à l’enquête comtale de 1332-1333

Anne MAILLOUX, Codicologie des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence (1331-1334). Premier bilan et perspectives

Noël COULET, L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379)

LES PRINCIPAUTÉS DE FLANDRE ET D’EUROPE ORIENTALE

Marc BOONE, Le comté de Flandre au XIVe siècle : les enquêtes administratives et juridiques comme armes politiques dans les conflits entre villes et prince

Joachim STEPHAN, Le Landbuch de la marche de Brandebourg (1375)

Enikö CSUKOVITS, La pratique de l’enquête sur les droits royaux dans le royaume de Hongrie au XIVe siècle

ENQUETE ET RÉFORME DANS LES INSTITUTIONS ECCLÉSIASTIQUES

Damien CARRAZ, Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de l’Hôpital (1338 et 1373). Analyse comparée dans le prieuré de Provence

Colloque « obéissance et désobéissance »

L‘ENS de Lyon accueille les 16 et 17 septembre un colloque international sur le thème « Obéissance et désobéissance dans la péninsule ibérique au Moyen Âge.

Ce colloque pluridisciplinaire aborde notamment la question de « la nécessité de l’obéissance comme élément structurant du pouvoir » et présente des interventions sur les sphères seigneuriales et princières.

« Obéissance et désobéissance dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge », Colloque, Calenda, publié le mercredi 25 août 2010, http://calenda.revues.org/nouvelle17156.html

Programme en téléchargement.

Compte-rendu du 2e séminaire Gouvaren

Séminaire Gouvaren du 17 juin 2010

Enregistrer l’information.

Cartulaires, registres, estimes…

dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales

Le fonctionnement de cet atelier est de partir de la forme documentaire en mettant entre parenthèses les questionnements politiques. Il s’agissait donc de se demander si le choix d’une forme documentaire peut être signifiant d’un mode de gouvernement et si l’évolution des choix techniques a une incidence sur la façon de gouverner.

Lors de cette journée, chacun des intervenants s’est proposé de revisiter des documents connus sous l’angle de l’enregistrement de l’information et de la mise en registre.

Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble

Le cartulaire A de Grenoble est le premier des trois cartulaires attribués à Hugues de Châteauneuf, évêque très grégorien de Grenoble de 1080 à 1132. Connu surtout parce qu’il contient le testament d’Abbon, ce cartulaire a l’originalité de constituer un dossier judiciaire, un ensemble de preuves réunies par l’Église de Grenoble dans le cadre du conflit qui l’opposait à l’Église de Vienne. Le coeur de l’affaire est constitué de deux problèmes de juridiction épiscopale, concernant, d’une part, la collégiale Saint-Donat et, d’autre part, la région du Sermorens. Par une étude approfondie du cartulaire, Laurent Ripart a montré que le cartulaire est, en fait, formé par plusieurs petits dossiers, utilisés à différents moments du conflit. Ainsi, la composition du cartulaire A n’est que l’aboutissement d’un long processus, entamé par une patiente recherche des preuves dans divers lieux par Hugues de Châteauneuf, soucieux de répondre à chacun des arguments avancés par l’Église de Vienne. Ce n’est qu’une fois que l’affaire est finie et que les dossiers ont perdu leur caractère juridique que s’effectue la cartularisation, correspondant alors à une mise en archives.

Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle

Si les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été l’objet de nombreuses analyses socio-économiques, elles ont peu été étudiées sur le plan diplomatique. Remédiant à cette lacune, Coraline Rey a concentré son approche de la scripturalité cistercienne sur la seigneurie de Villars, en mettant notamment en exergue les modalités de classement des actes de cette actuelle localité de Côte-d’Or.

Analysant les évolutions des modalités de cartularisation, Coraline Rey a montré qu’il y avait à chaque création de cartulaire un retour systématique aux actes sans prise en compte des précédents cartulaires. Ce souci archivistique est particulièrement visible dans l’entreprise de Jean de Cirey, au XVe siècle, qui se veut exhaustif et fidèle. Au-delà du simple classement, l’abbé a réorganisé complètement le chartrier en prenant en compte l’évolution des conceptions économiques et spatiales cisterciennes.

Pour un aperçu des cartulaires de l’abbye de Cîteaux, voici des photographies du cartulaire 169, dit cartularius vetus: http://www.artehis.eu/IMG/pdf/_citeaux_vetus/citeaux.html

Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont

Composés pour des raisons fiscales, les registres d’estime sont une source riche pour l’étude des pratiques de gouvernement parce qu’ils sont le signe d’une volonté de contrôle. Parfois réalisés à partir d’une inquisitio ou tout au moins par les tournées des estimatores, ils constituent un excellent matériau pour l’étude de la mise en registre de la parole.

Riccardo Rao a concentré sa présentation des registres d’estime sur les cas de Chieri et Pavie qui datent de la décennie 1250. Tandis qu’à Chieri, l’organisation des registres révèle la distinction entre biens meubles et biens fonciers, le cas de Pavie a permis de mettre l’accent sur l’organisation en quartiers établis à partir des portes de la ville. Chaque zone est ainsi soumise au travail de tout un personnel attentivement choisi et permettant l’association des compétences techniques et des valeurs morales. Une fine étude des estimi permet de percevoir leurs diverses utilisations, qui ne se limitent pas à la fiscalité mais s’étendent notamment au champ militaire. Surtout, ces registres ont servi de modèles aux registres communaux, et en particulier aux registres des possessions.

Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles

En 1202-1203, Gui Francesc, grand juriste de Montpellier, membre du conseil de régence, participe à la réalisation du cartulaire des Guilhem de Montpellier, le Liber instrumentorum memorialis, dont il rédige le prologue[1]. Ce cartulaire est un bon témoignage de la réflexion du cartulariste sur ce qu’est une seigneurie. L’écriture pratique est présentée par Gui Francesc comme un vecteur de conservation des droits et en particulier des droits familiaux des Guilhem, seigneurs de Montpellier.

Les consuls reprennent un certain nombre de savoir-faire de la cartularisation et les transforment pour aboutir à la fabrication de livres urbains appelés thalami. Ces derniers ne sont pas tout à fait des cartulaires au sens propre et tendent vers une démarche d’enregistrement documentaire. L’étude de leur confection a montré qu’on ne pouvait les concevoir comme des « livres », caractérisés par une linéarité, mais plutôt comme des manuscrits de travail.

Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240

Le registre de la chancellerie de Frédéric II de 1239-40 n’est pas un registre impérial mais un registre du seul royaume de Sicile. Il contient les lettres de la chancellerie envoyées aux officiers de la province pour coordonner la gestion du royaume. Il est le fruit d’une stratégie documentaire. Peuvent y être perçues les pratiques rédactionnelles des notaires dans l’élaboration du registre. Il donne également des informations sur la préparation culturelle et les attributions du personnel de la chancellerie. Le registre se révèle ainsi d’une extrême modernité.

Le nombre élevé de lettres contenues, près de 1200 en sept mois, montre que l’écriture et la documentation écrite jouaient désormais un rôle de premier plan dans l’administration de l’État frédéricien et étaient devenues un instrument de gouvernement, à tel point que l’on envoyait des mandements et consignait des ordres par écrit même à des destinataires qui se trouvaient à la cour. Placé dans ce contexte, le registre avait une double fonction : recueillir au sein d’une documentation officielle le souvenir des lettres et ordres envoyés aux organes périphériques de l’État, mais également mettre à la disposition de la chancellerie et de la cour le cadre de toute l’activité gouvernementale qui s’exerçait au travers des instructions et des ordres mis par écrit.

Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Dans la Savoie du début du XIVe siècle, on assiste au passage graduel des cartulaires aux protocoles. Lors des avènements des fils d’Amédée V, Édouard en 1323 et Aymon en 1329, les notaires-secrétaires agissant pour le comte de Savoie ont été chargés de recueillir dans des cahiers ad hoc les hommages prêtés au nouveau prince.

Un examen poussé de ces protocoles, pouvant apparaître comme des registres constitués de minutes, invite à nuancer l’opposition entre protocoles et cartulaires. En effet, le simple classement chronologique est remplacé par une construction topographique, signe d’une logique géo-politique. On constate ainsi une « ré-élaboration » formelle qui sous-tend un travail fait a posteriori et un travail de sélection, avec une réutilisation consciente d’une documentation antérieure, qui les rapprochent des procédés d’élaboration des cartulaires. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les registres tendent à s’éloigner de leurs origines notariales pour se rapprocher de vrais registres de chancellerie.


[1] Sur ce cartulaire, voir P. Chastang, « La préface du ‘Liber instrumentorum memorialis » des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002 par le Centre historique de recherches et d’études médiévales sur la Méditeranée occidentale (EA 3764, Univ. Paul-Valéry – Montpellier III) avec la collab. du GDR 2513 SALVE, sous la dir. de Daniel Le Blévec, Paris, 2006, (Etudes et rencontres de l’Ecole des chartes, 19), p. 91-123.

Conférence internationale d’histoire urbaine

Ville et société dans l’histoire européenne

Gand- 1 au 4 septembre 2010

Trois sessions intéressent plus particulièrement le programme Gouvaren.

Session M09 : Les mots de l’identité : la ville, le pouvoir et l’écrit en Europe aux derniers siècles du Moyen Âge

L’écrit et le pouvoir entretiennent des rapports étroits et le paysage documentaire dépend intimement des formes de l’organisation politique. Si le fait ne se conteste pas, il n’en doit pas moins être analysé, questionné, remis en perspective. Or, les villes médiévales peuvent fort bien se prêter à une telle enquête. Non qu’il faille suppléer à un vide historiographique. Des monographies existent. Elles scrutent ici les archives criminelles, comparent ailleurs les délibérations des conseils, réfléchissent à l’organisation des chancelleries ou étudient le personnel impliqué. Des études à plus ample échelle se sont aussi attachées à analyser précisément l’une ou l’autre des typologies documentaires qui caractérisent l’écrit urbain. Mais l’objet de cette session, plus large, diffère puisque son but est précisément de considérer l’écrit urbain sous l’angle de la conscience identitaire pour ainsi tenter de saisir quels furent les instruments documentaires privilégiés dans l’espace occidental par les pouvoirs urbains. Les conditions de la production et de la conservation des documents ne furent en effet pas uniformes. Ici, beaucoup de comptabilités, ailleurs des cartulaires communaux, souvent une abondante production normative. Assurées que la réflexion ne peut s’élaborer que selon une typologie précise, nous avons souhaité porter notre regard vers les grandes villes d’Europe occidentale et nous appuyer sur une comparaison ample, tant la notion de chancellerie urbaine propose des écarts vertigineux entre, par exemple, l’activité quasi compulsive des notaires du « monde méditerranéen », et l’absence de secrétariat urbaindans d’autres espaces. A Gand, à Venise, à Barcelone ou à Londres, comment se structurèrent et interagirent les rapports entre le pouvoir, l’écrit et l’identité de la ville ? Telle est la question qui donne sens à la session qui est ici proposée.

À travers les riches dossiers que proposent les comptabilités, les ordonnances, les registres de délibérations, la rencontre s’organisera autour des thématiques suivantes :
– Dire la personnalité urbaine
– Organisation et discours des chancelleries
– L’apport du droit dans la maturation politique urbaine
– Les expériences et les modalités de la conservation des documents
–  Les rapports (dans certains espaces) de l’autorité urbaine avec l’autorité centrale (les pouvoirs extérieurs)

  • Isabella Lazzarini (Université de Molise, Italie)

L’écrit et le pouvoir dans l’Italie bas-médiévale : les chancelleries urbaines et la construction de l’Etat territorial (XIVe-XVe siècle)

  • Jean-Louis Gaulin (Université de Lyon 2, France)

Les notaires et la ville (Italie, fin du Moyen Age)

  • Walter Prevenier, Thérèse de Hemptinne (Université de Gand, Belgique)

Les actes urbains, témoins d’une conscience identitaire et instruments de décision politique et de contrôle social en Flandre aux 14e et 15e siècles

  • Père Verdès Pijuan, (CSIC Barcelone, Espagne)

La « casa del racional » : mémoire fiscale et identité urbaine dans la couronne d’Aragon (XIVe-XVe siècle)

  • Maria Asenjo-Gonzales (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Arguments politiques et culture urbaine dans les raisonnements de Tolède

contre Grenade après 1492

  • Lynn Gaudreault (Université du Québec à Montréal)

Le registre de délibérations comme outil de représentation de l’identité urbaine et lieu de dialogue entre autorité communale et pouvoir royal (Brignoles, 1387-1391)

  • Thierry Dutour (Paris-Sorbonne, France)

« A requeste de bones genz li sires a la demande ». Recherche sur l’expression d’une identité urbaine dans le dialogue entre le Prince et la ville (espace francophone, XIIIe-XVe siècles).

  • Caroline Barron (Royal Holloway University of London, UK)

Londres et le roi à la fin du Moyen Âge

  • Bove Boris (Paris XII, France)

De la ville aux mille rues à la ville exemplaire : la variété des éloges identitaires de la ville et leur récupération par les clercs au service du roi

  • Joseph Morsel (Université de Paris 1, France)

Quand la ville (se) pose en seigneur. Nuremberg, l’écrit et la maîtrise de l’espace-temps vers 1500

Session M11 : Factions, Lineages and Conflicts in European Cities in the Late Middle Ages. Models and Analysis from Hispanic and Italian Areas.

This session wants to analyse questions that have long been of interest to the italian historiography as well as to the spanish one. It focuses especially on the role of factions in the italian “città comunali” or the “bandos” in hispanic kingdoms, issues whose research prospectives have been renewed by recent approaches attending to notions like conflict and lineage.

One of the main objectives of the session is to suggest a frame for possible comparison between some models of political urban organization in the late Middle Ages that differs from the usual comparison between institutional structures of power. Instead, the papers will underline social practices and languages that take place in very different contexts.

  • Carla Keyvanian (Auburn University)

Barons, Towers, and Hospitals: The Formation of a Social and Political Elite in Late Medieval Rome

  • Patrick Lantschner (University of Oxford)

Institutional Pluralism, Coalitions and Revolts: The Case of Late Medieval Bologna

  • Marco Gentile (Università degli Studi di Milano)

Lineage and faction in the Lombard towns (late 14th – early 16th century)

  • Cristina Jula (CSIC)

Los Velasco: stratégies lignagères, conflit et négociation à l’intérieur d’une famille de projection urbaine au Moyen Âge castillan

  • María Ángeles Martín Romera (Universidad Complutense de Madrid)

Social Networks and Urban Elite´s Conflicts in Valladolid at the End of the Middle Ages

  • Pierluigi Terenzi (Università di Milano)

Urban Conflicts and Royal Politics in Late Medieval Southern Italy. The City of L’Aquila in the Fourteenth and Fifteenth Centuries

  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra)

Urban partialities in Navarre in the Late Middle Ages

Session S17 : Urban elites and chivalrous culture in the Middle Ages : comparison between the Low Countries and Italy (XIIe-XIVe centuries)

Les recherches italiennes s’accordent depuis quelques années sur l’importance d’un phénomène de convergence sociale au sein de l’aristocratie urbaine composée au départ de groupes sociaux d’origines diverses. Ces auteurs identifient plusieurs facteurs d’intégration : richesse, maîtrise scripturaire et savoir pratique, appartenance à la militia citadine et son corollaire, le combat à cheval. Ce dernier élément apparaît comme un trait de comportement important pour accéder à la classe dirigeante en ville. Hors d’Italie, l’historiographie a encore fait peu de cas de cette problématique, bien que certains historiens du nord-ouest européen commencent à intégrer ce problème dans leur questionnaire et tentent d’évaluer sa pertinence vis-à-vis des sociétés urbaines plus septentrionales. L’ambition de cette session, en faisant appel à plusieurs contributions provenant tant du monde transalpin que du champ cisalpin, entend apporter une solide réflexion comparée à ce problème et permettre d’imposer ou non cet acquis de la recherche italienne à d’autres historiographies européennes.

  • Davide Caffù (Centro di ricerca sulle Istituzioni e le Società Medievali (CRISM))

La culture équestre dans la définition des élites urbaines à Gênes à travers les Annales lanuenses (XIIe-XIIIe siècles)

  • Frederik Buylaert (Ghent University), Jan Dumolyn (Ghent University)

Nobles between town and countryside. The integration of noble residences in the city of Bruges in an age of expansion (12th-14th century)

  • Maria Elena Cortese

The Lay Aristocracy in the Tuscan March between city and Country (11th-12th cent.)

  • Paulo Charruadas (Université libre de Bruxelles)

Urban elites and seigniorial elites in Brussels: cultural links, family ties and social convergence (12th-14th century)

Programme de la conférence

De Bono communi

Les actes du colloque De Bono Communi (Gand – 2006) viennent de paraître :

Élodie LECUPPRE-DESJARDIN & Anne-Laure VAN BRUAENE,
De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.).
Discours et pratique du Bien Commun dans les villes d’Europe (XIIIe-XVIe siècle), Turnhout, Brepols, SEUH 22, 2010, 290 p.

Programme du colloque

Congrès de la SHMESP

Le programme Gouvaren sera représenté au 41e Congrès de la Société des historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public qui a pour thème:

Les relations diplomatiques au Moyen-Âge:

sources, pratiques, enjeux.

Le congrès se déroule à Lyon du 3 au 6 juin 2010.
Accès au programme
L’affiche du colloque

2e journée d’études Gouvaren

Le 17 juin 2010 aura lieu la deuxième journée d’études de notre programme ANR Gouvaren

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Aix-en-Provence

Salle Paul-Albert Février

9h30-17h


Session du matin: 9h30-12h30


Anne MAILLOUX, LAMM – ANR GOUVAREN

Introduction


Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble


Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle


Session de l’après-midi: 14h – 17h


Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont


Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles


Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240


Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Programme en téléchargement

Memini, L’écrit et la ville

Le GREPSOMM, Groupe de REcherche sur les Pouvoirs et Sociétés dans l’Occident Médiéval et Moderne, a travaillé de 2006 à 2008 sur le thème de « L’écrit et la ville ». Deux tables-rondes se sont tenues à Montréal et à Québec portant respectivement sur les cartulaires et les registres de délibérations municipales. Le volume 12 de la revue Memini regroupe la plupart des interventions de ces journées.

Pour une « révision en profondeur des désignations »

L’ensemble des articles témoigne de la difficulté de définir les deux types de sources au coeur des travaux. Ce ne peut être fait, en tous les cas, en fonction des juridictions ayant produit les actes étudiés. Au sein des cartulaires, mais également parfois dans les registres de délibérations, se trouvent des actes reçus par la ville tout aussi bien que divers autres documents émanant des institutions municipales.
Ce n’est que par l’accumulation d’un grand nombre d’études de cas qu’il est possible de cerner au plus près les intentions des communautés médiévales et les processus d’élaboration de leurs écrits. Sur ce point, le volume de Memini constitue un matériel de réflexion et de travail majeur tant par les thématiques dégagées que par l’ampleur géographique étudiée puisque la quasi totalité de l’espace français est couverte par les divers articles.

Les cartulaires municipaux:

Une « cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter »

L’introduction de Kouky Fianu et de Michel Hébert insiste sur le fait que « le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur ».
Dans son article, Caroline Bourlet s’est attachée à recenser tous les cartulaires municipaux de la moitié nord de la France « incluant les régions du nord de la Loire et l’est de la Saône ». Travaillant à partir de la définition du « cartulaire » réactualisée par la Commission internationale de Diplomatique et la Commission internationale de Sigillographie, elle propose un recensement plus strict que ceux proposés précédemment (151 manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle, dont les deux tiers seraient d’origine municipale). L’article est richement illustré de graphiques et tableaux donnant une vision d’ensemble de la documentation sous de nombreux angles d’étude. Ce travail permet de mettre l’accent sur un grand nombre de divergences qui empêche de concevoir ces sources comme un corpus cohérent.
Ce caractère hétérogène est constaté tant entre les cartulaires entre eux, ce que remarque également Michel Hébert pour la Provence, qu’au sein même des cartulaires, ainsi que le montrent les contributions de Kouky Fianu sur Orléans et de Sébastien Drolet pour Abbeville. Ces travaux témoignent, s’il en était encore besoin, de l’importance de l’apport de la codicologie non seulement à l’étude générale des écrits des diverses juridictions médiévales mais également à la détermination des causes de leur rédaction et à la compréhension des enjeux de pouvoir.
Par exemple, le cartulaire d’Abbeville est composé à un moment où les privilèges de la commune étaient menacés par l’arrivée de nouvelles autorités. Sébastien Drolet met ainsi en évidence le parallèle entre les différentes vagues d’écriture et l’évolution de la conjoncture politique. De même, Sébastien Hamel montre que le cartulaire de Saint-Quentin est composé alors que les institutions municipales ont à faire face à des conflits de juridiction majeurs.
L’examen de ce dernier cartulaire révèle comme souvent la présence de quelques actes sur les infractions commises par les baillis. La prise en compte de cette source « municipale » est donc à n’en pas douter un complément précieux aux documents sollicités usuellement dans le cadre de l’étude sur l’administration des principautés territoriales et les moyens de gouvernement mis en oeuvre par les souverains (enquêtes etc…).
Afin d’affiner la définition du cartulaire municipal, retenons les propos de Sébastien Hamel qui assimile le livre rouge de Saint-Quentin à un « recueil de jurisprudence, dans son sens médiéval et coutumier d’accumulation de décisions (ou précédents), de motivations que les juges en donnent (…) et que les autorités municipales de Saint-Quentin considéreraient comme l’essentiel du droit de la ville, plus que la loi de la ville elle-même (c’est-à-dire sa charte de commune), parce qu’elle l’interprétait et l’appliquait dans des cas concrets ».

Les registres de délibérations

Une source « lissée au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir ».

Concernant la définition des registres de délibérations, il convient là encore de rester prudents. Comme le montrent les articles de Lynn Gaudreault et de Cynthia Law-Kam Cio pour la Provence ou l’article de Florent Garnier et Nathalie Preynat pour le Rouergue et l’Auvergne, le registre de délibérations – ou cartularium consilii que l’on trouve majoritairement dans le comté de Provence – ne contient pas toujours, voire pas du tout selon les lieux, le détail des débats des autorités municipales, pour se concentrer sur les ordonnances émanant du jus statuendi.
L’article de Lynn Gaudreault propose une réflexion intéressante sur la qualification de ces sources, rattachées à la notion d’ « écrit pragmatique », en partant d’une présentation de l’historiographie anglophone du concept de literacy. Sur ce point, l’auteur remet en cause la traduction de « scripturalité » proposée par Joseph Morsel. Comme pour les cartulaires, les premiers registres de délibérations conservés dans les villes provençales étudiées (Brignoles par Lynn Gaudreault et Barjols par Cynthia Law-Kam Cio) témoignent du lien ténu entre écrit et conjoncture politique.

Ce volume de Memini met en exergue le rôle identitaire ou mémoriel (en particulier par la sélection même des actes en amont de la rédaction) des deux sources étudiées. Kouky Fianu et Michel Hébert retiennent comme vecteurs identitaires forts les normes de présentation graphique, les choix stylistiques des scribes, ou encore les choix linguistiques, sujets abordés ou approfondis dans l’ensemble des contributions rassemblées.
Au-delà de l’approche du gouvernement médiéval qui nous occupe ici, et afin d’élargir la réflexion, terminons sur les mots de Kouky Fianu : « plutôt qu’une institution, les manuscrits laissent voir la variété de la production scripturale à la fin du Moyen Âge et contraint ainsi ceux qui s’y intéressent à examiner plus attentivement les producteurs d’écrits dans une perspective d’histoire sociale de l’écriture. À trop vouloir classer la documentation comme l’émanation d’une institution ou d’une autre (urbaine, monastique, municipale, etc.), ne risque-t-on pas d’occulter l’histoire culturelle qui a animé les villes de la fin du Moyen Âge?

La conscience archivistique de la cité

Conférence d’Attilio Bartoli Langeli

Université d’Avignon – 8 avril 2010

Le but de la conférence était de présenter un état récent des questionnements et travaux portant sur les documents produits et conservés par les communes médiévales de l’Italie septentrionale et centrale.

« Faire des documents »

Suivant la chronologie de la documentation, Attilio Bartoli Langeli a tout d’abord insisté sur « la primauté documentaire des institutions ecclésiastiques », pour ensuite décrire les mécanismes du passage de la cité épiscopale à la cité communale, porté par les notaires « formés à l’ombre de l’épiscopat »1.

Attilio Bartoli Langeli s’est attaché à la répartition des documents entre les « documents en séries » (brevia, etc…) et les « documents sur livre » qui ne sont pas authentiques2. Concernant les cartulaires conçus comme des « livres de documents », il convient de souligner l’importance des cartulaires épiscopaux italiens peu connus3.

Après avoir détaillé les natures des sources ecclésiastiques urbaines, Attilio Bartoli Langeli a poursuivi ce cheminement chronologique en s’intéressant aux cités communales, d’autant que dans les quelques cités possédant des cartulaires épiscopaux, on remarque une étroite correspondance avec les cartulaires municipaux.

Mais la cité ne se contente pas de reproduire les schémas documentaires ecclésiastiques. Les communes italiennes innovent avec la création de « registres de listes », tels qu’on en trouve à Bologne pour contrôler la citoyenneté4.

« Conserver les documents »

Attilio Bartoli Langeli a insisté sur le caractère secret de l’archive, définie comme « dépôt protégé et secret des munimina de l’institution ». Sur ce point, il a rappelé des éléments étymologiques, comme la définition de l’arca par Isidore de Séville ou celle de l’adjectif arcanus.

Les communes passent de la conservation des munimina à celle des instrumenta. On peut distinguer tout d’abord les chartes et les libri jurium5. Si la forme et la nature juridique (parchemin/livre et original/copie) diffèrent, il s’agit des mêmes types de documents, souvent des mêmes textes, la ville conservant l’original pour attester de ses droits mais ayant fait recopier les actes au sein d’un même registre par facilité de conservation et de consultation.

À côté de ces actes émanant de l’extérieur, la commune conserve l’archive publique, courante ou selon le terme des archivistes les « archives de sédimentation ». La majorité des sources du pouvoir communal est constituée de « registres originaux » englobant toute la documentation qui relève de l’activité quotidienne des offices (registres des reformationes, registres judiciaires et financiers). La cité use de divers moyens pour mettre en oeuvre la conservation de ses archives, comme à Bologne, où l’on trouve une camera actorum.

« De l’archive publique à la publicité de l’archive »: La mise en archive a un rôle majeur dans la nature même du document, elle lui donne toute sa valeur juridique « un document extrait des archives publiques est authentique ».

1 Voir en particulier les récents travaux de Gianmarco De Angelis sur les premières documentations communales lombardes et plus généralement sur les rapports entre la culture de l’écrit et les institutions urbaines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central. Thèse soutenue à l’Université de Turin sur le sujet Poteri cittadini e intellettuali di potere a Bergamo dall’età carolingia all’affermazione del comune. Scrittura, documentazione e iniziativa politica nei secoli IX-XII.

2 Cristina Carbonetti Venditelli, Documenti su libro. L’attività documentaria del comune di Viterbo nel Duecento, Roma 1996.

3 Le pergamene dell’Archivio della Prepositura di Trento (1154-1297), éd. Emanuele Curzel, Sonia Gentilini et Gian Maria Varanini, Bologne, 2004.

4 Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse documentarie e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista Storica Italiana, a. CVII (1996), pp. 149-229.

5 Voir le site scrineum et en particulier les travaux d’Antonella Rovere. Sur les libri jurium concernant l’espace français et provençal voir la note de lecture sur le volume de Memini L’écrit et la ville.

La photographie du professeur Attilio Bartoli Langeli provient du site de l’Université de Pérouse.