Publications récentes

Deux publications récentes concernent directement la thématique des enquêtes et, d’une manière plus générale pour la première, les modalités du gouvernement dans l’Occident médiéval.
Il s’agit de :
– Jacques DALARUN, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. La question du service, au coeur de l’action politique est ici posée dans ses dimensions idéologiques et pratiques. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.

– Laure VERDON, La voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes, PUR, 2013
L’avarice et la tyrannie de la domination seigneuriale médiévale semblent avoir acquis valeur de fait historique. Mais qu’enont réellement pensé ceux qui les subissaient ? Comment ont-ils réagi, au quotidien, face aux manifestations d’un pouvoir que nous considérons aujourd’hui comme injuste et insupportable ? C’est en conservant présente à l’esprit cette interrogation,en adoptant une méthodologie qui emprunte aux sciences sociales, en partant « du bas » et non « du haut », que ces concepts sont ici revisités par le biais de sources qui donnent la parole aux dominés. L’ouvrage s’appuie sur une documentation de type inquisitoire, relative à des conflits de juridiction notamment ayant mis aux prises le comte de Provence, les seigneurs et les communautés entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, pour proposer une nouvelle lecture des rapports de domination mais également des structures qui définissent les communautés rurales et urbaines dans le contexte de la mise en place d’un pouvoir de type souverain par les Angevins en Provence.

Colloque international : « Identités angevines. Entre Naples et Provence (XIIIe-XIVe siècle) » 20-22 octobre 2011

Prenant place dans la série des colloques internationaux consacrés aux espaces sous domination angevine entre XIIIe et XVe siècle, une nouvelle rencontre est organisée à Aix en Provence (MMSH et AD 13 site d’Aix) en octobre 2011, sur la thématique des identités.
Le programme est consultable à l’adresse suivante : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=518

Programme en pdf téléchargeable ici.

L’Enquête au Moyen Age

C’est sous ce titre générique que le dernier numéro de la Revue Historique (n° 657, 2011/1) publie un court article d’Elisabeth Lalou dont le propos est d’attirer l’attention sur la mise en ligne récente des actes royaux émanant de la chancellerie des derniers Capétiens, dont une série importante d’enquêtes aux objets variés. Menant d’utiles comparaisons entre les registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence et la documentation capétienne, ce texte -dont on regrettera cependant le caractère parfois trop restrictif, qui ne permet pas de prendre la pleine mesure de l’objet enquête en tant qu’outil de gouvernement- fait le point sur les études récentes en la matière (une réflexion essentiellement fondée sur l’édition des actes du colloque aixois Quand gouverner, c’est enquêter ainsi que sur la publication du colloque tenu à Rome en 2004, L’Enquête au Moyen Age paru en 2009 dans la collection de l’EFR sous la direction de Cl. Gauvard) et dégage quelques pistes de recherche. En complément, on consultera avec beaucoup de profit le site TELMA (Traitement en ligne des manuscrits et des archives) du CNRS sur lequel ont été édités les actes royaux capétiens par les membres du programme ANR « Derniers Capétiens » (2007-2010). Les enquêtes ont été transcrites par E. Lalou et X. Hélary; elles sont accessibles à l’adresse suivante: http://www.cn-telma.fr/enquetes

Les Capbreus du roi de Majorque enfin publiés !

Les capbreus(ou terriers) des possessions roussillonnaises du roi Jacques II de Majorque (1292-1294) viennent d’être publiés aux éditions du CTHS. Précédant l’édition complète indexée de la série bien connue des 7 capbreus, enrichie de 3 autres terriers contemporains conservés aux archives départementales des Pyrénées Orientales (reconnaissances royales de Toreilles, capbreu des possessions de Pere de Peyrestortes à Tautavel et de Ramon Roig à Toulouges), une introduction substantielle évoque tour à tour le contexte historique d’une monarchie qui fut sans doute pionnière dans la définition des droits relevant du domaine et du forgement des outils pratiques de gouvernement, la structure codicologique et diplomatique des registres, les modalités inquisitoires qui les ont engendrés, les structures économiques, sociales et politiques enfin que ces riches documents permettent d’étudier finement, sans oublier un développement détaillé sur les fameuses enluminures qui ouvrent chacun des capbreus, images reproduites dans l’ouvrage. L’ensemble s’offre de la sorte comme une synthèse sur divers aspects, notamment l’exercice du pouvoir seigneurial en Roussillon à la fin du XIIIe siècle, et se prête à d’utiles mises en perspectives, notamment avec la série des enquêtes provençales menées quelques années plus tard en Provence sous l’égide de Leopardo da Foligno.

Rodrigue Tréton (éd), avec la collaboration de Aymat Catafau et Laure Verdon, Les capbreus du roi Jacques II de Majorque (1292-1294), 2 tomes, Paris, éditions du CTHS, collection de documents inédits sur l’histoire de France, vol. 56, 2011.

Institutions et pratiques de gouvernement

Le numéro 10 de la collection « Les Médiévistes français », publiée aux éditions Picard, vient de paraître. Sous le titre Institutions et pouvoirs en France XIVe-XVe siècles,il rassemble 10 articles d’Olivier Mattéoni, organisés en trois grands ensembles :
– Office, officiers et société politique
– Les chambres des comptes: l’institution et les hommes
– Pratiques administratives et contrôle des hommes

Les première et troisième parties sont plus particulièrement en rapport avec les thématiques de Gouvaren. Le chapitre 10, notamment, intitulé « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs de Bourbon (milieu du XIVe siècle-début du XVIe siècle) », s’il est une reprise de la communication prononcée par l’auteur lors du colloque tenu à l’Ecole française de Rome en janvier 2004 dont les actes ont été publiés dans la Collection de l’EFR sous la direction de Claude Gauvard, tient compte des apports récents de l’historiographie sur ce sujet et offre une étude fine et pertinente.

Un recueil d’articles sur les techniques de la politique dans l’Italie médiévale.

Les éditions Viella viennent de publier un recueil d’articles centré sur les techniques de la politique dans l’Italie du bas Moyen Age, qui compare le devenir des communes et celui des seigneuries. Une approche originale et pertinente qui met l’accent sur les innovations mais aussi les adaptations nécessaires des techniques administratives et des idéologies politiques qui les fondent.

Tecniche di potere nel tardo medioevo

Regimi comunali e signorie in Italia

A cura di Massimo Vallerani

collana I libri di Viella, 114
autunno 2010, 15×21 cm, 216 p., bross.

ISBN 978-88-8334-422-0 € 24,00
(in corso di stampa)

Tecniche di potere nel tardo medioevo

Tra XIV e XV secolo il panorama politico delle città italiane muta radicalmente. L’Italia dei comuni si trasforma in un insieme disomogeneo di stati territoriali in formazione, cambiano la natura delle istituzioni e gli strumenti di governo usati per inquadrare le società locali.

Superando il tradizionale dibattito sul passaggio dal «comune» alla «signoria», basato su una semplice contrapposizione di modelli istituzionali, gli studi riuniti in questo volume privilegiano l’esame, in chiave comparativa, di alcune specifiche tecniche di potere dell’Italia centro-settentrionale: l’uso strategico dei podestà forestieri da parte dei signori sovracittadini; il sostegno delle società di Popolo alle prime signorie cittadine; la disciplina dell’arbitrium del giudice nelle normative delle città comunali e signorili; la natura dei poteri eccezionali nelle città “repubblicane” della Toscana; la propaganda signorile nello stato Visconteo; e la diffusione della grazia come sistema di governo extra-istituzionale nella Lombardia quattrocentesca. Si tratta di strumenti tecnici che hanno matrici culturali e ideologiche diverse, ma che sono combinati in forme nuove e adattati ai contesti locali da compagini di governo alla ricerca di stabilità e di legittimazione. La varietà delle soluzioni non nasconde, tuttavia, il tentativo, comune a gran parte dei governi tardomedievali, di raggiungere un equilibrio di potere esterno o addirittura opposto agli apparati istituzionali dello stato. Una tensione irrisolta tra potere e istituzioni che ha segnato nel lungo periodo la storia dell’Italia moderna.

descrizione

Massimo Vallerani insegna Storia medievale presso l’Università di Torino. Tra le sue ultime pubblicazioni: La giustizia pubblica medievale (Il Mulino 2005) e la cura del volume Sistemi di eccezione (Il Mulino 2009).

curatore

Massimo Vallerani, Introduzione (p. 7)
Paolo Grillo, La selezione del personale politico: podestà e vicari nelle signorie sovracittadine a cavallo fra Due e Trecento (p. 25)
Riccardo Rao, Le signorie dell’Italia nord-occidentale fra istituzioni comunali e società (1280ca.-1330ca.) (p. 53)
Federica Cengarle, La signoria di Azzone Visconti tra prassi, retorica e iconografia (1329-1339): prime note (p. 89)
Massimo Vallerani, L’arbitrio negli statuti cittadini del Trecento. Note comparative (p. 117)
Lorenzo Tanzini, Emergenza, eccezione, deroga: tecniche e retoriche del potere nei comuni toscani del XIV secolo (p. 149)
Maria Nadia Covini, De gratia speciali. Sperimentazioni documentarie e pratiche di potere tra i Visconti e gli Sforza (p. 183)

Indice dei nomi (p. 207)

indice

Revue historique, 2010, n° 654 : Déclinaisons du politique

La dernière livraison de la Revue historique (2010, n° 654) est consacrée aux déclinaisons du politique de l’Antiquité à l’époque contemporaine.
Deux articles sont plus particulièrement proches des thématiques de Gouvaren :

P. Le Doze : Les idéologies à Rome : les modalités du discours politique de Cicéron à Auguste

L. Verdon : La paix du prince. Droit savant et pratiques féodales dans la construction de l’État en Provence (1250-1309)

Les langages politiques au Moyen Age

Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle), Médiévales 57, automne 2009.

Si les outils du gouvernement, considérés dans leurs aspects pratiques par le biais de la structure institutionnelle ou encore des techniques administratives, ont aujourd’hui pleinement acquis pour les médiévistes le statut d’objets d’histoire, les concepts qui fondent la définition même du politique et, surtout, le système de communication qu’ils dessinent, entendu comme un instrument à part entière de la prise de décision politique, sont un domaine encore à explorer pour une large part. C’est ce à quoi est dévolu le programme Gouvaren, et c’est également le thème qu’aborde le numéro 57 de la revue Médiévales.
L’ensemble des cinq contributions réunies ici par Aude Mairey (1) s’interrogent en effet sur un élément particulier de ce système de communication entre gouvernants et gouvernés, à savoir « […] les langages qui s’inscrivent dans le cadre d’une communication axée sur des rapports de pouvoir et sur la notion de gouvernement au sein de la société chrétienne», dont A.M. lie l’émergence « aux transformations profondes de l’exercice du pouvoir et de la domination dans les derniers siècles du Moyen Age (p. 6) ». L’objectif du recueil est, ainsi, de déterminer à la fois quelles sont les interactions mises en œuvre par ces langages et sur quelles dynamiques horizontales et verticales ils reposent de manière à tenter de déterminer une sorte de grammaire d’un langage politique commun au plus grand nombre. Doivent, de la sorte, être étudiés finement non seulement les « discours » dont la finalité est de type propagandiste, mais également l’ensemble des signes institués au Moyen Age comme médiateurs de communication, ce qui nécessite de s’interroger également sur les gestes et paroles organisés sous la forme de rituels. Vaste entreprise, qu’A. M. circonscrit pour ce recueil précis aux seuls signes linguistiques.

Ce champ de recherche, neuf et prometteur, s’inscrit à l’évidence, comme le rappelle A. M. dans son introduction, dans le domaine historiographique plus large de la constitution d’un « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, une circulation de l’information qui apparaît de plus en plus aux historiens comme nécessaire à l’accomplissement de l’acte de gouvernement (2). Les notions mises en œuvre par la construction et le caractère performatif dévolu à ces langages auraient nécessité, pour cette raison, un approfondissement certain tant en introduction que dans les différents articles. Ainsi la distinction entre « information » et « communication » est-elle d’emblée entendue dans son acception courante, c’est-à-dire l’information correspondant au contenu alors que la communication représente plutôt les différents modes de transmission et de circulation d’une information. Un article récent de J. Morsel revient, cependant, sur ces définitions et offre d’utiles clés en la matière (3) . Il vise, notamment, à distinguer les deux verbes – informer et communiquer- dans leur finalité politique, ce qui fait de ces deux notions de pertinents outils d’analyse de l’acte de gouvernement. Ainsi, le point sur lequel le lecteur demeure quelque peu sur sa faim à la lecture de ce riche et important numéro est-il précisément celui de l’usage des différents supports de la parole publique comme instruments de communication, outil de « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, et, au final, moteur de l’acte de gouvernement.
Pour ne pas revenir sur les rituels, qui n’étaient pas l’objet du recueil, on ne peut que regretter que la question, par exemple, du sermon politique manié par des autorités laïques ne soit abordée que par un seul article, au demeurant fort pertinent (F. Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », p. 75-92). Comme le montre l’auteur, le sermon en tant que parole publique peut être un media de communication manié par les autorités laïques, en l’occurrence les Cortes au XIVe et XVe siècle, dans l’objectif de revendiquer et d’exercer une forme d’autorité (4) . Si le cas des Cortes demeure confiné dans le cadre du palais, il est d’autres prises de parole publique qui contribuent à définir l’espace public en tant que lieu par excellence de ce dialogue. L’important article de M. Della Misericordia, fondé sur l’étude du fonctionnement des assemblées de communautés dans la Lombardie du XVe siècle (M. Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan », p.93-112), pose d’emblée la question de l’usage de l’expression publique comme outil d’institutionalisation et mode d’action de la communauté. Il montre, notamment, comment se forge progressivement un code de communication qui contribue à définir l’éthique du gouvernement, en valorisant l’interaction physique.

L’enquête, en tant qu’instrument d’information mais aussi de dialogue entre gouvernants et gouvernés, peut également être envisagée sous cet angle ; c’est d’ailleurs ce domaine qui est le plus porteur, en l’état actuel, de pistes de recherche. Les prochains séminaires de Gouvaren auront à explorer notamment les modes d’enregistrement de l’information, et de la confection formelle des registres afin de déterminer la part de « performativité » attribuée à ces documents par le pouvoir : souvent considérés avant tout comme des documents de gestion administrative et comptable par l’information qu’elles contiennent régulièrement vérifiée et mise à jour, les enquêtes publiques n’en sont pas moins un outil de la prise de décision politique par, précisément, l’échange qu’elles permettent entre gouvernants et gouvernés.

——-

1- Aude Mairey, « Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle) » ; Xavier Storelli, « Les harangues de la bataille de l’Etendard (1138) » ; Catherine Daniel, « L’audience des prophéties de Merlin : entre rumeurs populaires et textes savants » ; Aude Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Age » ; François Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane » ; Massimo Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan. »
2- Sous l’impulsion des travaux de C. Gauvard principalement, le geste politique, celui qui notamment conduit à l’élaboration de la loi, est désormais considéré par les médiévistes comme reposant sur une dynamique d’échange – ce que l’on peut également nommer une interaction entre gouvernants et gouvernés- qui repose sur la plainte, ou requête adressée par les sujets, à laquelle doit répondre la protection, ou bienveillance du prince. Voir notamment : Un Moyen Age pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir), PUF, 2010, p.4.
3- Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la
réponse. » , contribution au programme de recherche initié par le LAMOP entre 2004 et 2006 sur l’espace public
au Moyen Age, inédit mais accessible en ligne sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/espacepublic/index.htm#13juin
4- Les travaux de Jean-Paul Boyer sur les sermons politiques attribués au roi de Naples et comte de Provence Robert Ier, au début du XIVe siècle, vont dans le même sens.