Résister à la justice, dans l’Europe médiévale et moderne

Colloque de Pessac

du 12 au 14 décembre 2011

Le programme Gouvaren sera représenté à ce colloque par Laure Verdon dans le cadre de la section: « Contestation et construction de l’État justicier »

 

Informations sur calenda.

Programme en téléchargement

Séminaire Gouvaren

L’émergence du droit public:

outils, éthique et construction d’un état juridique nouveau

MMSH – Salle Paul-Albert Février

 

jeudi 24 novembre

14h-17h

Laure Verdon, Telemme-ANR Gouvaren, Introduction

Arnaud Paturet, CTAD, CNRS-ENS Paris, La naissance du droit public: les apports du droit romain

Andrea Zorzi, Università di Firenze, L’affermazione del diritto penale nelle città comunali tra XIII e XIV secolo

 

vendredi 25 novembre

10h-12h

Laure Verdon, Telemme-ANR Gouvaren, La définition de l’office de sénéchal de Provence et ses enjeux: le cas de Guillaume Lagonesse

Marc Aymes, CETOBaC, CNRS-EHESS-Collège de France, La griffe de l’état: formulaires ottomans du XIXe siècle

 

14h-17h

Anne Lemonde, Université de Grenoble Pierre Mendès-France, Enquêtes princières, chartes de franchise et Statut: réflexions sur le processus de genèse du droit public en Dauphiné; 1282-1410

Eric Wenzel, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, La question sous contrôle: les enquêtes administratives sur la torture judiciaire dans le ressort du Parlement de Paris au XVIIIe siècle.


Discussion

Programme en téléchargement

Colloque international : « Identités angevines. Entre Naples et Provence (XIIIe-XIVe siècle) » 20-22 octobre 2011

Prenant place dans la série des colloques internationaux consacrés aux espaces sous domination angevine entre XIIIe et XVe siècle, une nouvelle rencontre est organisée à Aix en Provence (MMSH et AD 13 site d’Aix) en octobre 2011, sur la thématique des identités.
Le programme est consultable à l’adresse suivante : http://telemme.mmsh.univ-aix.fr/activites/rencontre.aspx?id=518

Programme en pdf téléchargeable ici.

Les dépenses publiques

El alimento del estado y la salud de la republica

Orígenes, desarrollo y estructura del gasto público en Europa (siglos XIII-XVII)

Colloque de Madrid du 3 au 6 octobre 2011.

Le colloque est découpé en trois sessions thématiques :

Sección Primera: Gastar más para el bien común: la teoría del gasto en la Europa Medieval y Moderna.

Sección Segunda: Administrar justicia y defender a la nación: la naturaleza del gasto público.

– Sección Tercera: La necesidad no conoce la ley: las políticas del gasto.

Programme détaillé à consulter sur le site du colloque

La littérature politique

Au-delà des miroirs :

la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Metz, 15 et 16 septembre 2011
Université Paul Verlaine-Metz, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle du Conseil (D206)

Colloque organisé par Frédérique LACHAUD, Université Paul Verlaine-Metz (CRULH) et Lydwine SCORDIA, Université de Rouen (GRHis).

Programme en téléchargement

Sentences et décisions judiciaires

du Moyen Âge à nos jours

enjeux de société, enjeux politiques, enjeux économiques

(histoire, histoire du droit, sociologie)

Colloque du 6 au 8 octobre 2011 à Dijon, Université de Bourgogne, amphithéâtre Mathiez.
Programme et informations sur calenda ou sur le site de l’Université de Bourgogne.

Concernant le domaine judiciaire voir également l’ouvrage récemment paru Valeurs et justice, écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle. L’introduction et la table des matières sont consultables sur le sites des Presses Universitaires de Rennes.

L’ordo

Symposium de la société internationale des médiévistes

30 juin-2 juillet 2011

Dans le cadre de nos problématiques, nous retiendrons en particulier des présentations des sessions sur l’ordre féodal, sur les documents comptables et sur le désordre.

Session 2 L’ordre féodal / Feudal Order

Chair Joseph Morsel (to be confirmed)

  • Tomislav Vignjević. Triplex status mundi: The Depictions of the Three Orders of Society
  • Didier Panfili. L’ordre grégorien vu depuis Sainte-Foy de Conques
  • Victoria Turner. Divining differences: Saracens and Social Order in Gautier de Coinci’s Miracles de Nostre Dame

Session 8 Comptabilité / Ordering and Accounting

Chair Olivier Mattéoni (to be confirmed)

  • Aude Wirth-Jaillard. Ordonner, ranger, classer dans les documents comptables médiévaux
  • Mélanie Dubois-Morestin. Gérer, classer, ranger : ordo domestique et écrit pratique à travers les archives privées d’un artisan avignonnais du XIVe siècle, Jean Teisseire.

Session 9 Désordre / Disorder

Chair Jean-Philippe Genet

  • Justine Firnhaber-Baker. Competing Definitions of Order in the Jacquerie of 1358

Programme complet sur Calenda

Cités politiques

Colloque des 27-28 mai 2011
Paris

Cités humanistes, cités politiques (1400-1600)

Programme

Vendredi 27 mai ( 14h00 – 18h30 )
CULTURES POLITIQUES, CULTURES HUMANISTES

Présidente de séance : Anne-Marie Cocula (Université de Bordeaux 3)

14h00 – Ilaria Taddei (Université de Grenoble II) « Entre humanisme et politique : la cité du lys dans les discours d’investiture de la Seigneurie florentine au Quattrocento »
14h30 – Marc Boone & Anne-Laure Van Bruaene (Université de Gand) « De la politique à l’humanisme : la culture publique à Gand et à Anvers aux XVe et XVIe siècles »
15h00 – Marie Houllemare (Université de Picardie) « Henri II et les parlements »
16h00 – Pause
16h30 – Robert Descimon (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) « Cité humaniste, id est cité absolutiste ? Paris au temps du prévôt des marchands Guillaume Budé »
17h00 – Barbara Diefendorf (Boston University) « Lyon se présente à son roi : les entrées royales de 1549, 1564 et 1595 »
17h30 – Daisy Delogu (University of Chicago) « En quoi la ville est-elle un espace féminin/féministe ? Les corps politiques de Christine de Pizan »

Samedi 28 mai ( 9h00 – 13h00 )
L’HUMANISTE DANS LA CITÉ

Président de séance : Enzo Baldini (Università di Torino)

9h00 – Marie Barral-Baron (Université d’Angers) « Erasme et la cité humaniste »
9h30 – Clémence Revest (Ecole française de Rome) « Les humanistes dans la Rome du Grand Schisme : déception, colère et dénigrement » cités politiques (1400 – 1600)
10h00 – Michael Randall (Brandeis University) « La cité trop humaine chez Rabelais »
11h00 – Pause
11h30 – Loris Petris (Université de Neuchâtel) « Jean Du Bellay et la cité dans sa dimension concrète et ses représentations »
12h00 – Jean Balsamo (Université de Reims) « Topiques urbaines et tradition hodoeporique à la fin de la Renaissance »

Samedi 28 mai ( 14h30 – 18h30 )
CITÉS DIVISÉES, CITÉS RECONSTRUITES

Président de séance : Mack P. Holt (George Mason University)

14h30 – Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) « Ville ruinée, ville récupérée »
15h00 – Cornel Zwierlein (Bochum Universität) « Durée et stabilité de la cité au XVIe siècle : théorisation et pratiques entre l’Italie, la France et l’Allemagne »
15h30 – Tatiana Debbagi Baranova (Université de Paris Sorbonne) « Ville imaginaire et conflit politique dans Du grand et loyal devoir, fidélité et obéissance de messieurs de Paris envers le Roy »
16h30 – Pause
17h00 – Marie Lezowski (Université de Paris-Sorbonne) « Pour une lecture humaniste de l’opposition à Charles Borromée, à Milan »
17h30 – Grégory Champeaud (Université de Bordeaux 3) « Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée : Elie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de religion (1562-1587) »

Lieu : University of Chicago Center, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Colloque organisé par Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne), Philippe Desan (University of Chicago)

Informations et programme

Acteurs de l’écriture à Paris

Le vendredi 27 mai 2011, de 14h30 à 17h30, le séminaire du LAMOP et de l’IRHT a pour thème :

Acteurs de l’écriture à Paris au Moyen Âge : scribes, clercs, greffiers, notaires, écrivains, etc…

Lamop logo

« La connaissance de la place de l’écrit dans la société médiévale a connu récemment de profonds renouvellements. Ce séminaire croisera l’approche des pratiques et des techniques, caractéristique de ce champ d’étude, et l’approche sociale des hommes et des femmes qui écrivaient ou qui avaient recours à l’écrit pour tenter une histoire sociale de ceux qui ont écrit à Paris au Moyen Age : professionnels de l’écriture ou tous ceux qui, en capacité de prendre la plume, l’ont prise dans le cadre de leur activité, pour transmettre un savoir, pour garder une mémoire ou pour un usage restreint et plus domestique. Ceci implique de cerner et de suivre dans le temps leurs profils, leurs parcours, leurs places institutionnelles, leurs méthodes de travail, les rapports sociaux (en particulier hiérarchiques) qui entourent leur activité d’écriture, comme leur statut dans la société parisienne. »

Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée.

Le 4 mai, les doctorants de l’UMR TELEMME reçoivent des jeunes chercheurs de tous horizons pour parler notamment des pouvoirs dans la ville de Méditerranée du Moyen Âge à nos jours.

Programme sur le site de l’UMR TELEMME

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda

Résister à la justice

dans l’Europe médiévale et moderne : entre négociations et affrontements

Colloque du 12 au 14 décembre 2011 à Bordeaux

 » L’essor des procédures inquisitoires, des cours souveraines et des moyens coercitifs ont établi les XIIIe– XVIIIe siècles comme une époque de maturation des justices autoritaires et des rouages de l’État justicier. Néanmoins, les sources attestent aussi la fragilité de ce processus, ainsi que l’intensité des oppositions qu’il rencontre. A l’occasion d’un colloque international qui aura lieu à Bordeaux les 12-14 décembre 2011, nous proposons de revoir la place de l’histoire de la justice, en particulier les triomphes apparents de la procédure inquisitoire et de l’enquête judiciaire, dans la genèse de l’État moderne. Nous appelons donc à contribution les travaux susceptibles de renseigner les mises à l’épreuve de la justice, saisie dans sa genèse médiévale et moderne.

Les évasions des geôles, les agressions de sergents, les défauts de présentation, les justiciables en fuite, les magistrats insultés, les émeutiers se dressant contre l’administration des peines et les couples s’opposant aux juges ecclésiastiques sont autant de cas concrets et visibles d’une résistance oscillant entre insoumission et opposition à la volonté des juges, ou à la bonne exécution des décisions de justice. Mais on ne peut ni s’arrêter au seul recensement de ces faits, individuels ou collectifs, ni les considérer comme de simples obstacles ponctuels ou particuliers puisque l’histoire de l’État justicier se nourrit des résistances qu’elle rencontre. A la lumière de l’historiographie récente, mais également de l’analyse résistancielle issue des sciences sociales, nous invitons à considérer l’histoire judiciaire non par des résistances (Foucault) mais par les résistances et ce, en terme de pratiques. Au-delà de l’institutionnalisation de la justice d’État moderne, le comportement des acteurs nécessite en effet une observation soutenue. Une typologie des stratégies de résistance, défensives (stratégie d’évitement ou conflit frontal), offensives (refus, contestation et proposition alternative) ou intégratives (adaptation opportuniste, acculturation) est-elle détectable ? La coopération et l’intégration des justiciables et des sujets peut-elle aussi adopter la voie de l’opposition à l’ordre judiciaire issu des prétoires ? L’attitude et la réception de ces agitations par les pouvoirs justiciers est également à observer : est-elle rejetée, tolérée, exploitée, voire instrumentalisée ?

Il paraît également nécessaire de s’interroger sur les causes et les modalités de ce qui entrave le passage de l’accusatoire à l’inquisitoire, souvent inachevé au début de la Renaissance et que de nombreuses recherches constatent régionalement. Les résistances sont certes l’œuvre des gens ordinaires mais aussi des juges eux-mêmes y compris contre leurs pairs, des officiers royaux, des élites seigneuriales ou urbaines, pour des crimes graves comme pour des affaires jugées au civil, à toutes les instances (villes, corporation, état princier, royal, etc.). Elles peuvent se déployer entre justiciables et représentants de l’ordre judiciaire, entre des cours mises en concurrence à l’initiative des parties (nomadisme judiciaire), émaner de la volonté des autorités pour imposer une souveraineté juridictionnelle (monopole revendiqué de la connaissance des causes, supériorité affirmée d’une procédure sur une autre, …). Ces résistances, sous toutes les formes qu’elles empruntent, et dont il faudra étayer l’énonciation dans les sources, ont aussi contribué, par la voie de l’affrontement, de la sanction ou de la négociation, à l’essor d’une justice saisie dans une vision dynamique de sa genèse moderne, en Europe, entre les XIIIe et XVIIIe siècles. »

Site des organisateurs

Annonce sur la calenda

Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque

Séminaires du LAMOP

Pour l’année 2010-2011, Marcel Detienne et Robert Jacob proposent des séminaires sur le thème :

PLACES DU POLITIQUE, LIEUX DU JURIDIQUE
Approches comparatives et expérimentales

Les diverses journées permettent d’établir des comparaisons dans les domaines du politique et du juridique sur un temps long ce qui rejoint tout à fait les préoccupations du programme Gouvaren.

Présentation générale et programme détaillé des séminaires

Suivre les évolutions du programme sur le site du LAMOP

Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Colloque du 13 au 15 décembre 2010

« À l’exception de quelques publications récentes portant principalement sur l’Angleterre, la France ou l’Italie (Judith FERSTER, Fictions of advice, 1996 ; Carla CASAGRANDE et al., Consilium, teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, 2004), les recherches sur le conseil sont à ce jour peu nombreuses. Elles sont pratiquement inexistantes dans le domaine des études hispaniques médiévales. Cette rencontre sera donc l’occasion de lancer une réflexion interdisciplinaire sur la pratique du conseil en péninsule ibérique au Moyen Âge et d’étudier le roôle du conseiller dans les sphères du pouvoir : cour royale ou seigneuriale, gouvernement municipal, espace judiciaire.

Il s’agira notamment de déterminer les qualités normatives du bon conseiller, d’identifier et d’analyser les documents et les textes qui définissent son rôle et de montrer comment, dans quelles circonstances et sous quelles formes le conseiller remplit sa fonction. Ces éléments de réflexion devraient nous permettre de déterminer, d’une part, la place et l’importance des conseillers dans le gouvernement et d’éclairer, d’autre part, les réseaux de pouvoir qu’ils peuvent eux-mêmes constituer. Nous tenterons d’établir une typologie des conseillers et de leurs pratiques ainsi qu’une rhétorique du conseil. Dans le droit fil de la réflexion menée depuis plusieurs années par le SEMH-Sorbonne, le GDR SIREM et aujourd’hui le GDRE AILP sur l’histoire des femmes en péninsule ibérique, une attention particulière sera prêtée aux conseillères.

La réalité et l’imaginaire du conseil seront abordés selon les axes suivants : typologie des conseillers et de leurs vertus, évaluation des témoignages documentaires et littéraires décrivant leur rôle, pratiques et rhétorique du conseil, institutions et contextes dans lesquels il se pratique.

Neuf chercheurs espagnols, portugais et suisses venus d’horizons disciplinaires divers et représentant sept organismes ont décidé de rejoindre treize chercheurs français relevant eux-mêmes de disciplines diverses et représentant dix organismes afin de confronter leurs analyses dans l’intention de mieux cerner la place et le rôle de ceux et de celles qui exercèrent leur influence sur les détenteurs du pouvoir et de définir les constantes et les évolutions de leur pratique. »

Programme

Informations sur calenda