Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Compte-rendu du 2e séminaire Gouvaren

Séminaire Gouvaren du 17 juin 2010

Enregistrer l’information.

Cartulaires, registres, estimes…

dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales

Le fonctionnement de cet atelier est de partir de la forme documentaire en mettant entre parenthèses les questionnements politiques. Il s’agissait donc de se demander si le choix d’une forme documentaire peut être signifiant d’un mode de gouvernement et si l’évolution des choix techniques a une incidence sur la façon de gouverner.

Lors de cette journée, chacun des intervenants s’est proposé de revisiter des documents connus sous l’angle de l’enregistrement de l’information et de la mise en registre.

Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble

Le cartulaire A de Grenoble est le premier des trois cartulaires attribués à Hugues de Châteauneuf, évêque très grégorien de Grenoble de 1080 à 1132. Connu surtout parce qu’il contient le testament d’Abbon, ce cartulaire a l’originalité de constituer un dossier judiciaire, un ensemble de preuves réunies par l’Église de Grenoble dans le cadre du conflit qui l’opposait à l’Église de Vienne. Le coeur de l’affaire est constitué de deux problèmes de juridiction épiscopale, concernant, d’une part, la collégiale Saint-Donat et, d’autre part, la région du Sermorens. Par une étude approfondie du cartulaire, Laurent Ripart a montré que le cartulaire est, en fait, formé par plusieurs petits dossiers, utilisés à différents moments du conflit. Ainsi, la composition du cartulaire A n’est que l’aboutissement d’un long processus, entamé par une patiente recherche des preuves dans divers lieux par Hugues de Châteauneuf, soucieux de répondre à chacun des arguments avancés par l’Église de Vienne. Ce n’est qu’une fois que l’affaire est finie et que les dossiers ont perdu leur caractère juridique que s’effectue la cartularisation, correspondant alors à une mise en archives.

Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle

Si les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été l’objet de nombreuses analyses socio-économiques, elles ont peu été étudiées sur le plan diplomatique. Remédiant à cette lacune, Coraline Rey a concentré son approche de la scripturalité cistercienne sur la seigneurie de Villars, en mettant notamment en exergue les modalités de classement des actes de cette actuelle localité de Côte-d’Or.

Analysant les évolutions des modalités de cartularisation, Coraline Rey a montré qu’il y avait à chaque création de cartulaire un retour systématique aux actes sans prise en compte des précédents cartulaires. Ce souci archivistique est particulièrement visible dans l’entreprise de Jean de Cirey, au XVe siècle, qui se veut exhaustif et fidèle. Au-delà du simple classement, l’abbé a réorganisé complètement le chartrier en prenant en compte l’évolution des conceptions économiques et spatiales cisterciennes.

Pour un aperçu des cartulaires de l’abbye de Cîteaux, voici des photographies du cartulaire 169, dit cartularius vetus: http://www.artehis.eu/IMG/pdf/_citeaux_vetus/citeaux.html

Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont

Composés pour des raisons fiscales, les registres d’estime sont une source riche pour l’étude des pratiques de gouvernement parce qu’ils sont le signe d’une volonté de contrôle. Parfois réalisés à partir d’une inquisitio ou tout au moins par les tournées des estimatores, ils constituent un excellent matériau pour l’étude de la mise en registre de la parole.

Riccardo Rao a concentré sa présentation des registres d’estime sur les cas de Chieri et Pavie qui datent de la décennie 1250. Tandis qu’à Chieri, l’organisation des registres révèle la distinction entre biens meubles et biens fonciers, le cas de Pavie a permis de mettre l’accent sur l’organisation en quartiers établis à partir des portes de la ville. Chaque zone est ainsi soumise au travail de tout un personnel attentivement choisi et permettant l’association des compétences techniques et des valeurs morales. Une fine étude des estimi permet de percevoir leurs diverses utilisations, qui ne se limitent pas à la fiscalité mais s’étendent notamment au champ militaire. Surtout, ces registres ont servi de modèles aux registres communaux, et en particulier aux registres des possessions.

Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles

En 1202-1203, Gui Francesc, grand juriste de Montpellier, membre du conseil de régence, participe à la réalisation du cartulaire des Guilhem de Montpellier, le Liber instrumentorum memorialis, dont il rédige le prologue[1]. Ce cartulaire est un bon témoignage de la réflexion du cartulariste sur ce qu’est une seigneurie. L’écriture pratique est présentée par Gui Francesc comme un vecteur de conservation des droits et en particulier des droits familiaux des Guilhem, seigneurs de Montpellier.

Les consuls reprennent un certain nombre de savoir-faire de la cartularisation et les transforment pour aboutir à la fabrication de livres urbains appelés thalami. Ces derniers ne sont pas tout à fait des cartulaires au sens propre et tendent vers une démarche d’enregistrement documentaire. L’étude de leur confection a montré qu’on ne pouvait les concevoir comme des « livres », caractérisés par une linéarité, mais plutôt comme des manuscrits de travail.

Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240

Le registre de la chancellerie de Frédéric II de 1239-40 n’est pas un registre impérial mais un registre du seul royaume de Sicile. Il contient les lettres de la chancellerie envoyées aux officiers de la province pour coordonner la gestion du royaume. Il est le fruit d’une stratégie documentaire. Peuvent y être perçues les pratiques rédactionnelles des notaires dans l’élaboration du registre. Il donne également des informations sur la préparation culturelle et les attributions du personnel de la chancellerie. Le registre se révèle ainsi d’une extrême modernité.

Le nombre élevé de lettres contenues, près de 1200 en sept mois, montre que l’écriture et la documentation écrite jouaient désormais un rôle de premier plan dans l’administration de l’État frédéricien et étaient devenues un instrument de gouvernement, à tel point que l’on envoyait des mandements et consignait des ordres par écrit même à des destinataires qui se trouvaient à la cour. Placé dans ce contexte, le registre avait une double fonction : recueillir au sein d’une documentation officielle le souvenir des lettres et ordres envoyés aux organes périphériques de l’État, mais également mettre à la disposition de la chancellerie et de la cour le cadre de toute l’activité gouvernementale qui s’exerçait au travers des instructions et des ordres mis par écrit.

Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Dans la Savoie du début du XIVe siècle, on assiste au passage graduel des cartulaires aux protocoles. Lors des avènements des fils d’Amédée V, Édouard en 1323 et Aymon en 1329, les notaires-secrétaires agissant pour le comte de Savoie ont été chargés de recueillir dans des cahiers ad hoc les hommages prêtés au nouveau prince.

Un examen poussé de ces protocoles, pouvant apparaître comme des registres constitués de minutes, invite à nuancer l’opposition entre protocoles et cartulaires. En effet, le simple classement chronologique est remplacé par une construction topographique, signe d’une logique géo-politique. On constate ainsi une « ré-élaboration » formelle qui sous-tend un travail fait a posteriori et un travail de sélection, avec une réutilisation consciente d’une documentation antérieure, qui les rapprochent des procédés d’élaboration des cartulaires. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les registres tendent à s’éloigner de leurs origines notariales pour se rapprocher de vrais registres de chancellerie.


[1] Sur ce cartulaire, voir P. Chastang, « La préface du ‘Liber instrumentorum memorialis » des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002 par le Centre historique de recherches et d’études médiévales sur la Méditeranée occidentale (EA 3764, Univ. Paul-Valéry – Montpellier III) avec la collab. du GDR 2513 SALVE, sous la dir. de Daniel Le Blévec, Paris, 2006, (Etudes et rencontres de l’Ecole des chartes, 19), p. 91-123.

La conscience archivistique de la cité

Conférence d’Attilio Bartoli Langeli

Université d’Avignon – 8 avril 2010

Le but de la conférence était de présenter un état récent des questionnements et travaux portant sur les documents produits et conservés par les communes médiévales de l’Italie septentrionale et centrale.

« Faire des documents »

Suivant la chronologie de la documentation, Attilio Bartoli Langeli a tout d’abord insisté sur « la primauté documentaire des institutions ecclésiastiques », pour ensuite décrire les mécanismes du passage de la cité épiscopale à la cité communale, porté par les notaires « formés à l’ombre de l’épiscopat »1.

Attilio Bartoli Langeli s’est attaché à la répartition des documents entre les « documents en séries » (brevia, etc…) et les « documents sur livre » qui ne sont pas authentiques2. Concernant les cartulaires conçus comme des « livres de documents », il convient de souligner l’importance des cartulaires épiscopaux italiens peu connus3.

Après avoir détaillé les natures des sources ecclésiastiques urbaines, Attilio Bartoli Langeli a poursuivi ce cheminement chronologique en s’intéressant aux cités communales, d’autant que dans les quelques cités possédant des cartulaires épiscopaux, on remarque une étroite correspondance avec les cartulaires municipaux.

Mais la cité ne se contente pas de reproduire les schémas documentaires ecclésiastiques. Les communes italiennes innovent avec la création de « registres de listes », tels qu’on en trouve à Bologne pour contrôler la citoyenneté4.

« Conserver les documents »

Attilio Bartoli Langeli a insisté sur le caractère secret de l’archive, définie comme « dépôt protégé et secret des munimina de l’institution ». Sur ce point, il a rappelé des éléments étymologiques, comme la définition de l’arca par Isidore de Séville ou celle de l’adjectif arcanus.

Les communes passent de la conservation des munimina à celle des instrumenta. On peut distinguer tout d’abord les chartes et les libri jurium5. Si la forme et la nature juridique (parchemin/livre et original/copie) diffèrent, il s’agit des mêmes types de documents, souvent des mêmes textes, la ville conservant l’original pour attester de ses droits mais ayant fait recopier les actes au sein d’un même registre par facilité de conservation et de consultation.

À côté de ces actes émanant de l’extérieur, la commune conserve l’archive publique, courante ou selon le terme des archivistes les « archives de sédimentation ». La majorité des sources du pouvoir communal est constituée de « registres originaux » englobant toute la documentation qui relève de l’activité quotidienne des offices (registres des reformationes, registres judiciaires et financiers). La cité use de divers moyens pour mettre en oeuvre la conservation de ses archives, comme à Bologne, où l’on trouve une camera actorum.

« De l’archive publique à la publicité de l’archive »: La mise en archive a un rôle majeur dans la nature même du document, elle lui donne toute sa valeur juridique « un document extrait des archives publiques est authentique ».

1 Voir en particulier les récents travaux de Gianmarco De Angelis sur les premières documentations communales lombardes et plus généralement sur les rapports entre la culture de l’écrit et les institutions urbaines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central. Thèse soutenue à l’Université de Turin sur le sujet Poteri cittadini e intellettuali di potere a Bergamo dall’età carolingia all’affermazione del comune. Scrittura, documentazione e iniziativa politica nei secoli IX-XII.

2 Cristina Carbonetti Venditelli, Documenti su libro. L’attività documentaria del comune di Viterbo nel Duecento, Roma 1996.

3 Le pergamene dell’Archivio della Prepositura di Trento (1154-1297), éd. Emanuele Curzel, Sonia Gentilini et Gian Maria Varanini, Bologne, 2004.

4 Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse documentarie e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista Storica Italiana, a. CVII (1996), pp. 149-229.

5 Voir le site scrineum et en particulier les travaux d’Antonella Rovere. Sur les libri jurium concernant l’espace français et provençal voir la note de lecture sur le volume de Memini L’écrit et la ville.

La photographie du professeur Attilio Bartoli Langeli provient du site de l’Université de Pérouse.