Rives n° 37

Du castrum au registre, et vice-versa.
L’enquête générale en Provence angevine,
fin XIIIe-fin XIVe siècle

Le dernier numéro de la revue Rives méditerranéennes vient de paraître :

Thierry Pécout (dir.), Du castrum au registre, et vice-versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin XIIIe-fin XIVe siècle, Rives méditerranéennes, n°37, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2010, 99 pages.

« L’intérêt de l’historiographie pour l’enquête domaniale et de réformation des XIIIe et XIVe siècles ne se dément pas. Les motivations politiques et idéologiques, les questions de mise en  registre et de conception du document, l’apport des outils formels issus de la procédure criminelle, autant de pistes ouvertes qui nous font presque oublier l’intérêt considérable d’une pareille documentation pour la connaissance des structures domaniales de la monarchie angevine de Naples. Comme un solide et paisible point d’ancrage, les terres provençales nourrissent ses ambitions méditerranéennes. Mais c’est aussi à la découverte de l’intimité et de l’équilibre des relations de l’homme, des communautés et des espaces, que nous invite le décryptage de ces longs registres d’enquête. » (T. P.)

La Provence est un terrain de choix pour l’étude des enquêtes domaniales – ainsi qu’en témoigne notamment notre programme  – puisque, comme le note Thierry Pécout dès l’avant-propos, elles se déroulent à un rythme trentenaire entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle. Les articles rassemblés dans ce numéro [1] témoignent de cette fréquence et de l’apport des enquêtes à la connaissance de l’implantation des comtes de Provence jusqu’aux marges de leur principauté, propos appuyé par un  riche travail cartographique.

Sommaire

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Avant-propos »

L’enquête générale de Charles II, 1297-1299

Damien Ruiz (Aix-Marseille I, UMR TELEMME), « L’enquête sur les dtroits et revenus de Charles II en Provence (1297-1299). Le registre de la baillie de Seyne (AD13, B 1036): quelques jalons chronologiques »

Joachim Stephan (Université Adam-Mickiewicz, Poznan), « Les bases du pouvoir royal dans la viguerie de Sisteron, selon l’enquête de Charles II »

L’enquête générale du roi Robert, 1331-1334

Philippe Jansen (UMR Cépam, Nice Sophia Antipolis), « Les droits comtaux dans les circonscriptions de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 »

Conclusion : pérennité d’une pratique administrative sous la première maison d’Anjou

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Une quatrième enquête générale en Provence? L’enquête du sénéchal en 1364-1365 »

 

Un des intérêts majeurs de ce volume réside justement dans la démarche mise en exergue dans le titre qui « insiste sur le passage d’une information recueillie localement et procédant des structures spatiales et sociales qui constituent le cadre de vie en Provence à cette époque (le castrum), à une donnée administrative et comptable enregistrée, archivée et utilisable (le registre) » (T. P.).

Cet axe d’étude donne ainsi lieu à l’association d’analyses chronologiques et codicologiques, ainsi qu’en témoigne l’article de Damien Ruiz. Il s’agit pour lui de recréer le déroulement de l’enquête à partir du registre. Nous mesurons ainsi toute la difficulté pour l’administration comtale de parvenir au recueil de l’information, comme le montrent les exemples de manque de déclarants ou de déclaration des coseigneurs.  L’étude des enquêtes provençales permet d’éclairer les fonctions des différents agents de la principauté. Le cas de la baillie de Seyne, en particulier, révèle le rôle majeur des officiers locaux, agissant en lieu et place « d’une commission itinérante comme on en trouve la plupart du temps » (D. R.).
Surtout, ces enquêtes permettent « une définition du domaine royal » (T. P.). La contribution de Joachim Stephan détaille les droits royaux dans la baillie de Sisteron. Il met en avant leur évolution – notamment en ce qui concerne la dépendance – et apporte des éclairages quant au vocabulaire employé. Dans cette baillie, le pouvoir royal est déjà bien établi à la fin du XIIIe siècle, ce que montre la quasi omniprésence des mentions du majus dominium.
L’accroissement de l’autorité comtale est également bien attesté en Provence orientale, territoire riche offrant de grandes « perspectives de revenus », comme le développe Philippe Jansen. Ce dernier apporte de solides conclusions étayées par des tableaux de synthèse (taux de perception de l’albergue et de la cavalcade par exemple) fruit du travail d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno sur cette circonscription. Il s’agit ainsi pour l’auteur d’ « évaluer le rapport financier de la domination comtale ». L’évolution des droits comtaux y est forte surtout en ce qui concerne la justice.

C’est justement par l’adjonction de plusieurs enquêtes que nous pouvons percevoir au plus près l’évolution de l’emprise comtale sur le territoire. La conclusion de Thierry Pécout sur l’enquête de 1364-1365, réalisée dans un contexte d’aliénations territoriales non négligeables, est à ce titre riche fort utile. Réalisée « dans la continuité des grandes enquêtes angevines », elle met en exergue le souci de l’administration de « compléter et utiliser les données recueillies » afin de contrôler au mieux ses possessions sur le long terme.


[1] Contributions présentées initialement lors d’une journée d’étude du programme d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno le 7 novembre 2008.

 

Les pratiques de l’écrit

Note de lecture sur le numéro 56 de Médiévales consacré aux pratiques de l’écrit

Résumés des articles

Aux articles d’Alice Rio et de François Bougard couvrant la période VIe-Xe siècle succèdent les articles de Paul Bertrand et de Laurent Morelle centrés sur les changements intervenus à partir du XIe siècle1.

Laurent Morelle articule son propos autour de la « mutation documentaire » du milieu du XIe siècle. La production diplomatique de cette période est notamment caractérisée par des continuations et « la nouvelle écriture d’actes existants ». L’auteur détaille ainsi des cas d’ajouts sur les chartes qui ouvrent de multiples questions comme l’anticipation des écrits et leur valeur juridique. Il émet l’hypothèse que ces compléments soient le résultat de négociations postérieures à la rédaction de la charte originelle. Ainsi, les divers éléments de corroboration ne déterminent pas le caractère achevé d’un acte. Confronter l’acte à ses évolutions et remaniements lui permet de conclure que la distinction entre original et copie n’a pas forcément de sens pour certains actes de la période étudiée.

Paul Bertrand, quant à lui, remet en question les cadres chronologiques. Il s’interroge, tout d’abord, sur la réalité d’une révolution de l’écrit aux XIIe et XIIIe siècles. Sans nier l’état des sources, il atténue le phénomène d’essor de la production en prenant en compte le souci de la conservation, qui n’était pas, selon lui, une priorité avant le XIIe siècle. De même, à l’influence d’une « anarchie politique » sur la faiblesse documentaire des Xe-XIe siècles, il oppose « une transformation de l’écrit », alors moins considéré.

Par leurs buts, les deux articles sont complémentaires. Laurent Morelle centre son travail sur « l’instrumentation des actions juridiques » et sur « l’économie de l’écrit ». Il ne dresse pas un état des lieux bibliographique et préfère mettre « en résonance des observations nées de l’analyse de dossiers ouverts sans protocole particulier ». Ces dossiers émanent du monde monastique. Mais, qu’il s’agisse d’institutions princières ou monastiques, les problématiques liées à l’écrit sont les mêmes, comme en témoigne notamment le programme de notre deuxième journée d’étude. Laurent Morelle écrit à ce propos que « dans les monastères, l’écrit diplomatique (…) est aussi le signe tangible d’une bonne administration, l’outil d’une restauration patrimoniale ».

Se plaçant dans la lignée des problématiques soulevées par Michael Clanchy, Paul Bertrand nous soumet un « questionnaire raisonné, afin de faciliter l’accès des chercheurs à certains grands résultats des spécialistes de l’histoire documentaire ». Résolument polémique et épistémologique, son article remet en cause les préoccupations actuelles des médiévistes, le thème du « pourquoi écrire » monopolisant, selon lui, la communauté scientifique. De même, il souligne l’intérêt d’approfondir les liens entre « mémoire, oralité, écriture et autres « langages » comme les signes, les images… ». Il nous invite ainsi à nuancer l’évidence du « manichéisme oral-écrit », qui fait généralement ressortir l’écrit comme « grand gagnant ». Dans une démarche toute autre, Laurent Morelle tend à mettre entre parenthèse la force probatoire de l’oral et de la mémoire des témoins, à partir d’une réflexion sur l’emploi de sine scripto, scriptum ayant alors le sens d’écrit en forme.

Les articles de Laurent Morelle et Paul Bertrand permettent de faire le point sur les principales réflexions autour de l’écrit entre Xe et XIIIe siècle. En effet, bien que l’article de Laurent Morelle se concentre sur le seul XIe siècle et sur les écrits diplomatiques monastiques, les documents et problématiques abordés convergent :

– L’apparition au XIe siècle et surtout aux XIIe-XIIIe siècles du chirographe est considérée comme le signe d’une stabilisation de l’écriture diplomatique (LM). Il dépasse le cadre mémoriel de l’écrit pour « prévenir tout conflit » (PB).

– Pour les deux auteurs, la pancarte pose plusieurs problèmes typologiques ; elle « perturbe les catégories documentaires traditionnelles » (LM). Chez Paul Bertrand, les pancartes, « vastes récapitulatifs (…) d’actions juridiques touchant à des biens possédés par une institution », sont abordées sous l’angle de la relation oral-écrit : « il s’agit de se souvenir de la transaction et des personnes qui y avaient assisté ». Laurent Morelle s’intéresse davantage à leur forme, entre actes continués et cartulaires, certaines pancartes étant de « véritables cartulaires « en placard » ».

– C’est surtout le cartulaire qui est « au cœur des débats » (LM). Tandis que Laurent Morelle se concentre sur les aspects mémoriels, Paul Bertrand insiste sur « la facilitation de la gestion ». L’auteur appelle ainsi au développement des études mettant en parallèle cartulaires et premiers documents de gestion. Dressant un bilan historiographique, Laurent Morelle note que « deux aspects du cartulaire semblent aujourd’hui attirer de nouveau les spécialistes : sa nature d’écrit-collection », (…) sa nature de « copie » ». Il invite ainsi à la prudence en distinguant « mise en codex et mise en cartulaire ». Enfin, il propose une lecture rétroactive. L’acte n’est plus cantonné à son rôle d’élément constitutif du cartulaire, ce dernier ayant une influence sur la rédaction des actes : « anticipant leur cartularisation, les actes se feraient plus explicites » .

Le numéro s’achève sur un entretien avec Roger Chartier: Voir ses cours sur le site du Collège de France.

1L. Morelle « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle ». P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles ».

Les langages politiques au Moyen Age

Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle), Médiévales 57, automne 2009.

Si les outils du gouvernement, considérés dans leurs aspects pratiques par le biais de la structure institutionnelle ou encore des techniques administratives, ont aujourd’hui pleinement acquis pour les médiévistes le statut d’objets d’histoire, les concepts qui fondent la définition même du politique et, surtout, le système de communication qu’ils dessinent, entendu comme un instrument à part entière de la prise de décision politique, sont un domaine encore à explorer pour une large part. C’est ce à quoi est dévolu le programme Gouvaren, et c’est également le thème qu’aborde le numéro 57 de la revue Médiévales.
L’ensemble des cinq contributions réunies ici par Aude Mairey (1) s’interrogent en effet sur un élément particulier de ce système de communication entre gouvernants et gouvernés, à savoir « […] les langages qui s’inscrivent dans le cadre d’une communication axée sur des rapports de pouvoir et sur la notion de gouvernement au sein de la société chrétienne», dont A.M. lie l’émergence « aux transformations profondes de l’exercice du pouvoir et de la domination dans les derniers siècles du Moyen Age (p. 6) ». L’objectif du recueil est, ainsi, de déterminer à la fois quelles sont les interactions mises en œuvre par ces langages et sur quelles dynamiques horizontales et verticales ils reposent de manière à tenter de déterminer une sorte de grammaire d’un langage politique commun au plus grand nombre. Doivent, de la sorte, être étudiés finement non seulement les « discours » dont la finalité est de type propagandiste, mais également l’ensemble des signes institués au Moyen Age comme médiateurs de communication, ce qui nécessite de s’interroger également sur les gestes et paroles organisés sous la forme de rituels. Vaste entreprise, qu’A. M. circonscrit pour ce recueil précis aux seuls signes linguistiques.

Ce champ de recherche, neuf et prometteur, s’inscrit à l’évidence, comme le rappelle A. M. dans son introduction, dans le domaine historiographique plus large de la constitution d’un « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, une circulation de l’information qui apparaît de plus en plus aux historiens comme nécessaire à l’accomplissement de l’acte de gouvernement (2). Les notions mises en œuvre par la construction et le caractère performatif dévolu à ces langages auraient nécessité, pour cette raison, un approfondissement certain tant en introduction que dans les différents articles. Ainsi la distinction entre « information » et « communication » est-elle d’emblée entendue dans son acception courante, c’est-à-dire l’information correspondant au contenu alors que la communication représente plutôt les différents modes de transmission et de circulation d’une information. Un article récent de J. Morsel revient, cependant, sur ces définitions et offre d’utiles clés en la matière (3) . Il vise, notamment, à distinguer les deux verbes – informer et communiquer- dans leur finalité politique, ce qui fait de ces deux notions de pertinents outils d’analyse de l’acte de gouvernement. Ainsi, le point sur lequel le lecteur demeure quelque peu sur sa faim à la lecture de ce riche et important numéro est-il précisément celui de l’usage des différents supports de la parole publique comme instruments de communication, outil de « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, et, au final, moteur de l’acte de gouvernement.
Pour ne pas revenir sur les rituels, qui n’étaient pas l’objet du recueil, on ne peut que regretter que la question, par exemple, du sermon politique manié par des autorités laïques ne soit abordée que par un seul article, au demeurant fort pertinent (F. Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », p. 75-92). Comme le montre l’auteur, le sermon en tant que parole publique peut être un media de communication manié par les autorités laïques, en l’occurrence les Cortes au XIVe et XVe siècle, dans l’objectif de revendiquer et d’exercer une forme d’autorité (4) . Si le cas des Cortes demeure confiné dans le cadre du palais, il est d’autres prises de parole publique qui contribuent à définir l’espace public en tant que lieu par excellence de ce dialogue. L’important article de M. Della Misericordia, fondé sur l’étude du fonctionnement des assemblées de communautés dans la Lombardie du XVe siècle (M. Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan », p.93-112), pose d’emblée la question de l’usage de l’expression publique comme outil d’institutionalisation et mode d’action de la communauté. Il montre, notamment, comment se forge progressivement un code de communication qui contribue à définir l’éthique du gouvernement, en valorisant l’interaction physique.

L’enquête, en tant qu’instrument d’information mais aussi de dialogue entre gouvernants et gouvernés, peut également être envisagée sous cet angle ; c’est d’ailleurs ce domaine qui est le plus porteur, en l’état actuel, de pistes de recherche. Les prochains séminaires de Gouvaren auront à explorer notamment les modes d’enregistrement de l’information, et de la confection formelle des registres afin de déterminer la part de « performativité » attribuée à ces documents par le pouvoir : souvent considérés avant tout comme des documents de gestion administrative et comptable par l’information qu’elles contiennent régulièrement vérifiée et mise à jour, les enquêtes publiques n’en sont pas moins un outil de la prise de décision politique par, précisément, l’échange qu’elles permettent entre gouvernants et gouvernés.

——-

1- Aude Mairey, « Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle) » ; Xavier Storelli, « Les harangues de la bataille de l’Etendard (1138) » ; Catherine Daniel, « L’audience des prophéties de Merlin : entre rumeurs populaires et textes savants » ; Aude Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Age » ; François Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane » ; Massimo Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan. »
2- Sous l’impulsion des travaux de C. Gauvard principalement, le geste politique, celui qui notamment conduit à l’élaboration de la loi, est désormais considéré par les médiévistes comme reposant sur une dynamique d’échange – ce que l’on peut également nommer une interaction entre gouvernants et gouvernés- qui repose sur la plainte, ou requête adressée par les sujets, à laquelle doit répondre la protection, ou bienveillance du prince. Voir notamment : Un Moyen Age pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir), PUF, 2010, p.4.
3- Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la
réponse. » , contribution au programme de recherche initié par le LAMOP entre 2004 et 2006 sur l’espace public
au Moyen Age, inédit mais accessible en ligne sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/espacepublic/index.htm#13juin
4- Les travaux de Jean-Paul Boyer sur les sermons politiques attribués au roi de Naples et comte de Provence Robert Ier, au début du XIVe siècle, vont dans le même sens.

Memini, L’écrit et la ville

Le GREPSOMM, Groupe de REcherche sur les Pouvoirs et Sociétés dans l’Occident Médiéval et Moderne, a travaillé de 2006 à 2008 sur le thème de « L’écrit et la ville ». Deux tables-rondes se sont tenues à Montréal et à Québec portant respectivement sur les cartulaires et les registres de délibérations municipales. Le volume 12 de la revue Memini regroupe la plupart des interventions de ces journées.

Pour une « révision en profondeur des désignations »

L’ensemble des articles témoigne de la difficulté de définir les deux types de sources au coeur des travaux. Ce ne peut être fait, en tous les cas, en fonction des juridictions ayant produit les actes étudiés. Au sein des cartulaires, mais également parfois dans les registres de délibérations, se trouvent des actes reçus par la ville tout aussi bien que divers autres documents émanant des institutions municipales.
Ce n’est que par l’accumulation d’un grand nombre d’études de cas qu’il est possible de cerner au plus près les intentions des communautés médiévales et les processus d’élaboration de leurs écrits. Sur ce point, le volume de Memini constitue un matériel de réflexion et de travail majeur tant par les thématiques dégagées que par l’ampleur géographique étudiée puisque la quasi totalité de l’espace français est couverte par les divers articles.

Les cartulaires municipaux:

Une « cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter »

L’introduction de Kouky Fianu et de Michel Hébert insiste sur le fait que « le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur ».
Dans son article, Caroline Bourlet s’est attachée à recenser tous les cartulaires municipaux de la moitié nord de la France « incluant les régions du nord de la Loire et l’est de la Saône ». Travaillant à partir de la définition du « cartulaire » réactualisée par la Commission internationale de Diplomatique et la Commission internationale de Sigillographie, elle propose un recensement plus strict que ceux proposés précédemment (151 manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle, dont les deux tiers seraient d’origine municipale). L’article est richement illustré de graphiques et tableaux donnant une vision d’ensemble de la documentation sous de nombreux angles d’étude. Ce travail permet de mettre l’accent sur un grand nombre de divergences qui empêche de concevoir ces sources comme un corpus cohérent.
Ce caractère hétérogène est constaté tant entre les cartulaires entre eux, ce que remarque également Michel Hébert pour la Provence, qu’au sein même des cartulaires, ainsi que le montrent les contributions de Kouky Fianu sur Orléans et de Sébastien Drolet pour Abbeville. Ces travaux témoignent, s’il en était encore besoin, de l’importance de l’apport de la codicologie non seulement à l’étude générale des écrits des diverses juridictions médiévales mais également à la détermination des causes de leur rédaction et à la compréhension des enjeux de pouvoir.
Par exemple, le cartulaire d’Abbeville est composé à un moment où les privilèges de la commune étaient menacés par l’arrivée de nouvelles autorités. Sébastien Drolet met ainsi en évidence le parallèle entre les différentes vagues d’écriture et l’évolution de la conjoncture politique. De même, Sébastien Hamel montre que le cartulaire de Saint-Quentin est composé alors que les institutions municipales ont à faire face à des conflits de juridiction majeurs.
L’examen de ce dernier cartulaire révèle comme souvent la présence de quelques actes sur les infractions commises par les baillis. La prise en compte de cette source « municipale » est donc à n’en pas douter un complément précieux aux documents sollicités usuellement dans le cadre de l’étude sur l’administration des principautés territoriales et les moyens de gouvernement mis en oeuvre par les souverains (enquêtes etc…).
Afin d’affiner la définition du cartulaire municipal, retenons les propos de Sébastien Hamel qui assimile le livre rouge de Saint-Quentin à un « recueil de jurisprudence, dans son sens médiéval et coutumier d’accumulation de décisions (ou précédents), de motivations que les juges en donnent (…) et que les autorités municipales de Saint-Quentin considéreraient comme l’essentiel du droit de la ville, plus que la loi de la ville elle-même (c’est-à-dire sa charte de commune), parce qu’elle l’interprétait et l’appliquait dans des cas concrets ».

Les registres de délibérations

Une source « lissée au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir ».

Concernant la définition des registres de délibérations, il convient là encore de rester prudents. Comme le montrent les articles de Lynn Gaudreault et de Cynthia Law-Kam Cio pour la Provence ou l’article de Florent Garnier et Nathalie Preynat pour le Rouergue et l’Auvergne, le registre de délibérations – ou cartularium consilii que l’on trouve majoritairement dans le comté de Provence – ne contient pas toujours, voire pas du tout selon les lieux, le détail des débats des autorités municipales, pour se concentrer sur les ordonnances émanant du jus statuendi.
L’article de Lynn Gaudreault propose une réflexion intéressante sur la qualification de ces sources, rattachées à la notion d’ « écrit pragmatique », en partant d’une présentation de l’historiographie anglophone du concept de literacy. Sur ce point, l’auteur remet en cause la traduction de « scripturalité » proposée par Joseph Morsel. Comme pour les cartulaires, les premiers registres de délibérations conservés dans les villes provençales étudiées (Brignoles par Lynn Gaudreault et Barjols par Cynthia Law-Kam Cio) témoignent du lien ténu entre écrit et conjoncture politique.

Ce volume de Memini met en exergue le rôle identitaire ou mémoriel (en particulier par la sélection même des actes en amont de la rédaction) des deux sources étudiées. Kouky Fianu et Michel Hébert retiennent comme vecteurs identitaires forts les normes de présentation graphique, les choix stylistiques des scribes, ou encore les choix linguistiques, sujets abordés ou approfondis dans l’ensemble des contributions rassemblées.
Au-delà de l’approche du gouvernement médiéval qui nous occupe ici, et afin d’élargir la réflexion, terminons sur les mots de Kouky Fianu : « plutôt qu’une institution, les manuscrits laissent voir la variété de la production scripturale à la fin du Moyen Âge et contraint ainsi ceux qui s’y intéressent à examiner plus attentivement les producteurs d’écrits dans une perspective d’histoire sociale de l’écriture. À trop vouloir classer la documentation comme l’émanation d’une institution ou d’une autre (urbaine, monastique, municipale, etc.), ne risque-t-on pas d’occulter l’histoire culturelle qui a animé les villes de la fin du Moyen Âge?