René d’Anjou

Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre (dir.), René d’Anjou (1409-1480) Pouvoirs et gouvernement, Presses Universitaires de Rennes, 2011, ISBN : 978-2-7535-1702-8, Prix : 20 euros.
Cet ouvrage confronte René d’Anjou aux problématiques récentes de l’histoire politique de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, notamment autour de la question de la genèse de l’État moderne. Le rapport de René à ses territoires et à ses sujets est crucial à appréhender, puisqu’il conditionne son rôle sur l’échiquier politique français et sa crédibilité internationale. Afin de retrouver un rayonnement européen qui le rende capable de rivaliser avec les grands États de son temps, René d’Anjou devait au préalable pacifier ses territoires et les gouverner avec efficacité.

Publications récentes

Deux publications récentes concernent directement la thématique des enquêtes et, d’une manière plus générale pour la première, les modalités du gouvernement dans l’Occident médiéval.
Il s’agit de :
– Jacques DALARUN, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. La question du service, au coeur de l’action politique est ici posée dans ses dimensions idéologiques et pratiques. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.

– Laure VERDON, La voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes, PUR, 2013
L’avarice et la tyrannie de la domination seigneuriale médiévale semblent avoir acquis valeur de fait historique. Mais qu’enont réellement pensé ceux qui les subissaient ? Comment ont-ils réagi, au quotidien, face aux manifestations d’un pouvoir que nous considérons aujourd’hui comme injuste et insupportable ? C’est en conservant présente à l’esprit cette interrogation,en adoptant une méthodologie qui emprunte aux sciences sociales, en partant « du bas » et non « du haut », que ces concepts sont ici revisités par le biais de sources qui donnent la parole aux dominés. L’ouvrage s’appuie sur une documentation de type inquisitoire, relative à des conflits de juridiction notamment ayant mis aux prises le comte de Provence, les seigneurs et les communautés entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, pour proposer une nouvelle lecture des rapports de domination mais également des structures qui définissent les communautés rurales et urbaines dans le contexte de la mise en place d’un pouvoir de type souverain par les Angevins en Provence.

« De grace especial »

 

 

 

Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge

Edition de la thèse d’état de Claude Gauvard en format poche

Présentation sommaire de l’éditeur : « Tous, hommes de pouvoir, ceux de la vie politique et religieuse comme de la réalité quotidienne, manipulent donc le crime. La question alors est double et concerne aussi bien la société que l’État : jusqu’où et sous quelles formes s’enracine et se résout la peur du mal ? À quel domaine, celui de la raison ou du sacré, appartiennent, en ces XIVe et XVe siècles, les désordres qu’engendrent la violence et le crime ? ». Publiée en 1991, la thèse d’État de Claude Gauvard s’est rapidement imposée comme un grand classique des sciences historiques.

Introduction et bon de commande en téléchargement

Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

Sentences et décisions judiciaires

du Moyen Âge à nos jours

enjeux de société, enjeux politiques, enjeux économiques

(histoire, histoire du droit, sociologie)

Colloque du 6 au 8 octobre 2011 à Dijon, Université de Bourgogne, amphithéâtre Mathiez.
Programme et informations sur calenda ou sur le site de l’Université de Bourgogne.

Concernant le domaine judiciaire voir également l’ouvrage récemment paru Valeurs et justice, écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle. L’introduction et la table des matières sont consultables sur le sites des Presses Universitaires de Rennes.

Légitimation et lignage en péninsule Ibérique au Moyen Âge

E-Spania

revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales

Georges Martin, José Carlos Ribeiro Miranda dir.

Numéro 11, juin 2011

Sommaire

Georges MARTIN et José Carlos Ribeiro MIRANDA
Avant-propos

José MATTOSO
Introdução: Legitimação e linhagem

Francisco BAUTISTA
Cardeña, Pedro de Barcelos y la Genealogía del Cid

Arsenio DACOSTA
Memoria linajística, legitimación dinástica y justificación personal en el Libro del linaje de los señores de Ayala y sus continuaciones

Mª do Rosário FERREIRA
A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens

Maria Joana GOMES
Para além da linhagem. Poder e sucessão régia no feminino

Sara GONZALEZ
Los linajes paralelos: legitimación de la milicia funcionarial en las crónicas nobiliarias castellanas del siglo XV

Carlos HEUSCH
La pluma al servicio del linaje. El desarrollo de los nobiliarios en la Castilla trastámara

Ana Sofia LARANJINHA
Linhagens arturianas na Península Ibérica: o tempo das origens

Georges MARTIN
Linaje y legitimidad en la historiografía regia hispana de los siglos IX al XIII

José Carlos Ribeiro MIRANDA
O argumento da linhagem na literatura ibérica do séc. XIII

David NOGALES RINCÓN
Cultura visual y genealogía en la corte regia de Castilla durante la segunda mitad del siglo XV

José Augusto de SOTTOMAYOR-PIZARRO
Linhagem e estruturas de parentesco. Algumas reflexões

António RESENDE DE OLIVEIRA
O genealogista e as suas linhagens: D. Pedro, Conde de Barcelos

Varia

Fernando ARIAS GUILLÉN
La imagen del monarca en el siglo XIV. Alfonso XI frente a Eduardo III

Vicent Josep ESCARTÍ
Conexiones e interferencias en la literatura valenciana del siglo XV

Estelle MAINTIER-VERMOREL
« De feminis decimus mentionem ». Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes

Articles en ligne sur le site de la revue

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


Les Capbreus du roi de Majorque enfin publiés !

Les capbreus(ou terriers) des possessions roussillonnaises du roi Jacques II de Majorque (1292-1294) viennent d’être publiés aux éditions du CTHS. Précédant l’édition complète indexée de la série bien connue des 7 capbreus, enrichie de 3 autres terriers contemporains conservés aux archives départementales des Pyrénées Orientales (reconnaissances royales de Toreilles, capbreu des possessions de Pere de Peyrestortes à Tautavel et de Ramon Roig à Toulouges), une introduction substantielle évoque tour à tour le contexte historique d’une monarchie qui fut sans doute pionnière dans la définition des droits relevant du domaine et du forgement des outils pratiques de gouvernement, la structure codicologique et diplomatique des registres, les modalités inquisitoires qui les ont engendrés, les structures économiques, sociales et politiques enfin que ces riches documents permettent d’étudier finement, sans oublier un développement détaillé sur les fameuses enluminures qui ouvrent chacun des capbreus, images reproduites dans l’ouvrage. L’ensemble s’offre de la sorte comme une synthèse sur divers aspects, notamment l’exercice du pouvoir seigneurial en Roussillon à la fin du XIIIe siècle, et se prête à d’utiles mises en perspectives, notamment avec la série des enquêtes provençales menées quelques années plus tard en Provence sous l’égide de Leopardo da Foligno.

Rodrigue Tréton (éd), avec la collaboration de Aymat Catafau et Laure Verdon, Les capbreus du roi Jacques II de Majorque (1292-1294), 2 tomes, Paris, éditions du CTHS, collection de documents inédits sur l’histoire de France, vol. 56, 2011.

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Les justices seigneuriales

Deux parutions récentes témoignent de l’intérêt des chercheurs pour les justices seigneuriales :

  • Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472)

Adrien Dubois

« Longtemps déconsidérées, les justices seigneuriales se voient depuis quelques années réhabilitées par des historiens confrontés à la complexité des sources qu’elles ont produites. La présente édition, consacrée à un registre de la haute justice d’Elbeuf, entend faciliter l’approche d’un document utile à l’histoire de la justice bien sûr, mais aussi à celle de l’économie et des mentalités. Les règlements de conflits comme les actes de juridiction gracieuse révèlent en effet certains aspects de la vie quotidienne de justiciables que leur conception de l’honneur et la gestion de leurs biens amènent régulièrement devant le vicomte. L’action de ce dernier apparaît en filigrane : soucieux qu’il est de faire respecter l’institution judiciaire comme de favoriser l’apaisement, il se fait tantôt juge, tantôt conciliateur…

L’arbitrage est en effet omniprésent dans cette société dont les réseaux familiaux, professionnels, amicaux ou encore de voisinage sont sans cesse ravivés par la nécessité de l’entraide. Les préoccupations matérielles et relationnelles se mêlent ainsi étroitement lors des inventaires après décès, lors des élections de tuteurs d’enfants mineurs ou encore lors de l’accès à la maîtrise d’un apprenti… et les règlements de conflits révèlent souvent eux-aussi l’étroitesse de la frontière entre concorde et discorde et les nombreux passages d’un type de relation à l’autre.

Une présentation du manuscrit et de son contexte de production, de même qu’un index des noms propres accompagné d’un index-glossaire des noms communs, permettent de se repérer plus facilement dans le fourmillement d’informations offertes par ce document précieux. »

Publications du CRAHM

  • Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge

Isabelle Mathieu

Quatrième de couverture:

« La présente étude s’attache à décrypter l’organisation et le fonctionnement de juridictions situées au premier niveau de l’appareil judiciaire. Longtemps dépeintes comme inefficaces, incompétentes, partiales et même âpres au gain, les justices seigneuriales font l’objet, depuis plusieurs années déjà, d’une révision historiographique qui montre au contraire qu’elles peuvent être pleinement parties prenantes des régulations sociales, attachées davantage à réconcilier qu’à sanctionner les plaideurs. Fondée sur le dépouillement exhaustif d’archives de la pratique judiciaire, l’étude tente une approche à la fois quantitative et qualitative des registres audienciers d’affaires judiciaires et d’amendes, tout en faisant une large place au droit coutumier en vigueur dans ces deux provinces du royaume de France. Cette recherche examine ainsi la manière dont l’audience s’organise, le personnel qu’elle mobilise, mais également l’activité quotidienne des tribunaux seigneuriaux à travers la procédure suivie, le type d’affaires jugées et les condamnations prononcées; le tout en essayant de dégager les « modèles » susceptibles d’avoir influencé la conduite de l’exercice judiciaire dans cette région et à ce niveau institutionnel. Au-delà de ces aspects strictement juridique et judiciaire, ce travail tente enfin d’appréhender le profil des plaideurs, la manière dont ils usent de la justice, et plus largement la place et le rôle assignés à cette dernière vis-à-vis des justiciables et de l’autorité seigneuriale. »

Sommaire et introduction sur le site des Presses Universitaires de Rennes

Benedetto Croce

Vient de paraître :

Giovanni Perazzoli, Benedetto Croce e il diritto positivo. Sulla «realtà» del diritto.« Dall’analisi della teoria del diritto positivo di Benedetto Croce emerge una questione logico-filosofica che nelle canoniche teorie positiviste viene o presupposta o non riconosciuta: la questione di che cosa sia la « realtà » (o l’irrealtà) del diritto positivo. Riducendo in  modo radicale il diritto alla volontà, Croce svela il  tratto metafisico che, il più delle volte inconsapevolmente, si trova nella presupposizione di una realitas giuridica al volere. Prova indiretta di questa persistente lettura metafisica del diritto positivo è che la tesi crociana sia stata fatta più volte oggetto della critica di ‘perdere’ il diritto. Ma che cos’è la ‘realtà’ del diritto che andrebbe perduta in una teoria positiva del diritto?  Svolgendo il  filo di questa domanda, l’indagine mette in luce come la teoria giuridica crociana, proprio perché rappresenta una delle più radicali sconfessioni della metafisica assunta (e non riconosciuta) nelle teorie di diritto positivo, permetta di rileggere, nel segno di un più rigoroso giuspositivismo, i presupposti concettuali delle teorie dei massimi teorici del diritto: Hans Kelsen, Santi Romano, Rudolf von Jhering, Vittorio Emanuele Orlando, Carl Schmitt, Herbert L. A. Hart. A ognuna di queste teorie il libro dedica infatti delle lunghe note interpretative, collegate idealmente alle questioni discusse in sede di esegesi crociana. Sostenitore del diritto positivo all’interno di una visione liberale, Croce  costruisce  la propria posizione attraverso un forte impegno teoretico, guardando in primo luogo a ciò che determina il diritto posto nella sua origine: la volontà e la sua struttura. Il libro  analizza perciò la filosofia della pratica di Croce nelle sue componenti, rilevandone gli aspetti di forza e di debolezza,  e indicandone l’interesse e l’originalità sia per l’impostazione teorica del problema giuridico, sia per i temi che riguardano le teorie della scelta razionale (come emerge in particolare nel confronto di Croce con Vilfredo Pareto).  Prisma dalle molte facce, il diritto positivo appare come un tema che, attraverso la domanda sull’esperienza, interessa direttamente la filosofia teoretica. Contrariamente a quanto spesso sostenuto, il pensiero di Croce ha avuto un’attenzione specifica al tema dell’esperienza, e alla possibilità di dire il ‘nome’ senza trasformare il nominalismo in una nuova metafisica. Il libro ne dà conto nell’esame della tormentata analisi che Croce dedica all’interpretazione della legge. »

Pour commander l’ouvrage :

Società editrice il Mulino
Strada Maggiore, 37 – 40125 Bologna
tel. 051256011
fax 051256034
www.mulino.it
info@mulino.it

Istituto italiano per gli studi storici
via B. Croce, 12 – 80134 Napoli
tel. 0815517159
fax 0815514813
www.iiss.it
info@iiss.it

La rumeur au Moyen Âge

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), Rennes, 2011.

« La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer. »

On s’intéressera à la partie de l’ouvrage consacrée à la rumeur dans les pratiques de gouvernement et en particulier aux articles suivants :

– Nicole Brocard « La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles », p. 119-132.

– Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge », p. 149-176.

– Maïté Billoré, « Les projets de Louis de France outre-Manche à l’épreuve de la rumeur (1216-1217) », p. 177-194

Site des presses universitaires de Rennes, présentant le sommaire et l’introduction disponibles en pdf.

L’écriture des juristes à l’époque moderne

L’Écriture des juristes. XVIe-XVIIIe siècle,

Laurence Giavarini (dir.), série Perspectives humanistes, n°2, dirigée par Stéphan Geonget et Emmanuel Naya.     

« Ce livre s’intéresse au pouvoir propre de la «mise en écrit» dans la constitution du droit, ainsi  qu’à la place des formes d’écriture diverses dans les pratiques sociales des juristes de l’époque  moderne. Il fallait réunir les travaux d’historiens du droit, d’historiens de l’Ancien Régime, de  philosophes, de littéraires pour envisager tous les aspects de la question de l’écriture des  juristes  – qui inclut, sans s’y réduire, le problème de l’écriture du droit. »

Historiographie française et italienne

Mélanges de l’EFR 121/2 (2009)

Guido CASTELNUOVO et Stéphanie WYLER, Introduction

Guido CASTELNUOVO, Deux historiographies et leurs miroirs, de l’après-guerre à la fin du XXe siècle : quelques jalons introductifs

Carla CASAGRANDE, Jacques Le Goff e la storia degli intellettuali

Michel LAUWERS, L’Église dans l’Occident médiéval : histoire religieuse ou histoire de la société ? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au XXe siècle

Luigi PROVERO, Castelli, villaggi e poteri locali : modelli e varianti

Gian Maria VARANINI, Ricerche sullo stato tardomedievale in Italia e in Francia negli ultimi quarant’anni

Site de l’Ecole Française de Rome

Pouvoir d’un seul et bien commun

Fr. COLLARD (dir.), Pouvoir d’un seul et bien commun. La pensée et l’exercice du bonum commune dans les monarchies médiévales, colloque international Paris Ouest Nanterre, 19 décembre 2008, Revue française d’histoire des idées politiques, 32, octobre 2010.

Parmi les articles de ce numéro spécial de la RFHIP, signalons celui de Lydwine Scordia de l’université de Rouen sur « Le bien commun, argument pro et contra de la fiscalité royale, dans la France de la fin du Moyen Âge ». L’historienne, qui a réalisé une thèse sur la théorie de l’impôt, porte désormais son attention sur l’opposition au pouvoir royal dans la France des XIIIe-XVe siècle, sur l’élaboration des normes du pouvoir et se consacre plus particulièrement au thème de son HDR en préparation : Amour et désamour du roi de France (XIIIe-XVIe siècles). Un parcours de recherche qui rejoint l’ensemble de nos préoccupations et témoigne de l’orientation actuelle des recherches françaises sur le Pouvoir.