Conférence internationale d’histoire urbaine

Ville et société dans l’histoire européenne

Gand- 1 au 4 septembre 2010

Trois sessions intéressent plus particulièrement le programme Gouvaren.

Session M09 : Les mots de l’identité : la ville, le pouvoir et l’écrit en Europe aux derniers siècles du Moyen Âge

L’écrit et le pouvoir entretiennent des rapports étroits et le paysage documentaire dépend intimement des formes de l’organisation politique. Si le fait ne se conteste pas, il n’en doit pas moins être analysé, questionné, remis en perspective. Or, les villes médiévales peuvent fort bien se prêter à une telle enquête. Non qu’il faille suppléer à un vide historiographique. Des monographies existent. Elles scrutent ici les archives criminelles, comparent ailleurs les délibérations des conseils, réfléchissent à l’organisation des chancelleries ou étudient le personnel impliqué. Des études à plus ample échelle se sont aussi attachées à analyser précisément l’une ou l’autre des typologies documentaires qui caractérisent l’écrit urbain. Mais l’objet de cette session, plus large, diffère puisque son but est précisément de considérer l’écrit urbain sous l’angle de la conscience identitaire pour ainsi tenter de saisir quels furent les instruments documentaires privilégiés dans l’espace occidental par les pouvoirs urbains. Les conditions de la production et de la conservation des documents ne furent en effet pas uniformes. Ici, beaucoup de comptabilités, ailleurs des cartulaires communaux, souvent une abondante production normative. Assurées que la réflexion ne peut s’élaborer que selon une typologie précise, nous avons souhaité porter notre regard vers les grandes villes d’Europe occidentale et nous appuyer sur une comparaison ample, tant la notion de chancellerie urbaine propose des écarts vertigineux entre, par exemple, l’activité quasi compulsive des notaires du « monde méditerranéen », et l’absence de secrétariat urbaindans d’autres espaces. A Gand, à Venise, à Barcelone ou à Londres, comment se structurèrent et interagirent les rapports entre le pouvoir, l’écrit et l’identité de la ville ? Telle est la question qui donne sens à la session qui est ici proposée.

À travers les riches dossiers que proposent les comptabilités, les ordonnances, les registres de délibérations, la rencontre s’organisera autour des thématiques suivantes :
– Dire la personnalité urbaine
– Organisation et discours des chancelleries
– L’apport du droit dans la maturation politique urbaine
– Les expériences et les modalités de la conservation des documents
–  Les rapports (dans certains espaces) de l’autorité urbaine avec l’autorité centrale (les pouvoirs extérieurs)

  • Isabella Lazzarini (Université de Molise, Italie)

L’écrit et le pouvoir dans l’Italie bas-médiévale : les chancelleries urbaines et la construction de l’Etat territorial (XIVe-XVe siècle)

  • Jean-Louis Gaulin (Université de Lyon 2, France)

Les notaires et la ville (Italie, fin du Moyen Age)

  • Walter Prevenier, Thérèse de Hemptinne (Université de Gand, Belgique)

Les actes urbains, témoins d’une conscience identitaire et instruments de décision politique et de contrôle social en Flandre aux 14e et 15e siècles

  • Père Verdès Pijuan, (CSIC Barcelone, Espagne)

La « casa del racional » : mémoire fiscale et identité urbaine dans la couronne d’Aragon (XIVe-XVe siècle)

  • Maria Asenjo-Gonzales (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Arguments politiques et culture urbaine dans les raisonnements de Tolède

contre Grenade après 1492

  • Lynn Gaudreault (Université du Québec à Montréal)

Le registre de délibérations comme outil de représentation de l’identité urbaine et lieu de dialogue entre autorité communale et pouvoir royal (Brignoles, 1387-1391)

  • Thierry Dutour (Paris-Sorbonne, France)

« A requeste de bones genz li sires a la demande ». Recherche sur l’expression d’une identité urbaine dans le dialogue entre le Prince et la ville (espace francophone, XIIIe-XVe siècles).

  • Caroline Barron (Royal Holloway University of London, UK)

Londres et le roi à la fin du Moyen Âge

  • Bove Boris (Paris XII, France)

De la ville aux mille rues à la ville exemplaire : la variété des éloges identitaires de la ville et leur récupération par les clercs au service du roi

  • Joseph Morsel (Université de Paris 1, France)

Quand la ville (se) pose en seigneur. Nuremberg, l’écrit et la maîtrise de l’espace-temps vers 1500

Session M11 : Factions, Lineages and Conflicts in European Cities in the Late Middle Ages. Models and Analysis from Hispanic and Italian Areas.

This session wants to analyse questions that have long been of interest to the italian historiography as well as to the spanish one. It focuses especially on the role of factions in the italian “città comunali” or the “bandos” in hispanic kingdoms, issues whose research prospectives have been renewed by recent approaches attending to notions like conflict and lineage.

One of the main objectives of the session is to suggest a frame for possible comparison between some models of political urban organization in the late Middle Ages that differs from the usual comparison between institutional structures of power. Instead, the papers will underline social practices and languages that take place in very different contexts.

  • Carla Keyvanian (Auburn University)

Barons, Towers, and Hospitals: The Formation of a Social and Political Elite in Late Medieval Rome

  • Patrick Lantschner (University of Oxford)

Institutional Pluralism, Coalitions and Revolts: The Case of Late Medieval Bologna

  • Marco Gentile (Università degli Studi di Milano)

Lineage and faction in the Lombard towns (late 14th – early 16th century)

  • Cristina Jula (CSIC)

Los Velasco: stratégies lignagères, conflit et négociation à l’intérieur d’une famille de projection urbaine au Moyen Âge castillan

  • María Ángeles Martín Romera (Universidad Complutense de Madrid)

Social Networks and Urban Elite´s Conflicts in Valladolid at the End of the Middle Ages

  • Pierluigi Terenzi (Università di Milano)

Urban Conflicts and Royal Politics in Late Medieval Southern Italy. The City of L’Aquila in the Fourteenth and Fifteenth Centuries

  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra)

Urban partialities in Navarre in the Late Middle Ages

Session S17 : Urban elites and chivalrous culture in the Middle Ages : comparison between the Low Countries and Italy (XIIe-XIVe centuries)

Les recherches italiennes s’accordent depuis quelques années sur l’importance d’un phénomène de convergence sociale au sein de l’aristocratie urbaine composée au départ de groupes sociaux d’origines diverses. Ces auteurs identifient plusieurs facteurs d’intégration : richesse, maîtrise scripturaire et savoir pratique, appartenance à la militia citadine et son corollaire, le combat à cheval. Ce dernier élément apparaît comme un trait de comportement important pour accéder à la classe dirigeante en ville. Hors d’Italie, l’historiographie a encore fait peu de cas de cette problématique, bien que certains historiens du nord-ouest européen commencent à intégrer ce problème dans leur questionnaire et tentent d’évaluer sa pertinence vis-à-vis des sociétés urbaines plus septentrionales. L’ambition de cette session, en faisant appel à plusieurs contributions provenant tant du monde transalpin que du champ cisalpin, entend apporter une solide réflexion comparée à ce problème et permettre d’imposer ou non cet acquis de la recherche italienne à d’autres historiographies européennes.

  • Davide Caffù (Centro di ricerca sulle Istituzioni e le Società Medievali (CRISM))

La culture équestre dans la définition des élites urbaines à Gênes à travers les Annales lanuenses (XIIe-XIIIe siècles)

  • Frederik Buylaert (Ghent University), Jan Dumolyn (Ghent University)

Nobles between town and countryside. The integration of noble residences in the city of Bruges in an age of expansion (12th-14th century)

  • Maria Elena Cortese

The Lay Aristocracy in the Tuscan March between city and Country (11th-12th cent.)

  • Paulo Charruadas (Université libre de Bruxelles)

Urban elites and seigniorial elites in Brussels: cultural links, family ties and social convergence (12th-14th century)

Programme de la conférence

Revue historique, 2010, n° 654 : Déclinaisons du politique

La dernière livraison de la Revue historique (2010, n° 654) est consacrée aux déclinaisons du politique de l’Antiquité à l’époque contemporaine.
Deux articles sont plus particulièrement proches des thématiques de Gouvaren :

P. Le Doze : Les idéologies à Rome : les modalités du discours politique de Cicéron à Auguste

L. Verdon : La paix du prince. Droit savant et pratiques féodales dans la construction de l’État en Provence (1250-1309)

Les langages politiques au Moyen Age

Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle), Médiévales 57, automne 2009.

Si les outils du gouvernement, considérés dans leurs aspects pratiques par le biais de la structure institutionnelle ou encore des techniques administratives, ont aujourd’hui pleinement acquis pour les médiévistes le statut d’objets d’histoire, les concepts qui fondent la définition même du politique et, surtout, le système de communication qu’ils dessinent, entendu comme un instrument à part entière de la prise de décision politique, sont un domaine encore à explorer pour une large part. C’est ce à quoi est dévolu le programme Gouvaren, et c’est également le thème qu’aborde le numéro 57 de la revue Médiévales.
L’ensemble des cinq contributions réunies ici par Aude Mairey (1) s’interrogent en effet sur un élément particulier de ce système de communication entre gouvernants et gouvernés, à savoir « […] les langages qui s’inscrivent dans le cadre d’une communication axée sur des rapports de pouvoir et sur la notion de gouvernement au sein de la société chrétienne», dont A.M. lie l’émergence « aux transformations profondes de l’exercice du pouvoir et de la domination dans les derniers siècles du Moyen Age (p. 6) ». L’objectif du recueil est, ainsi, de déterminer à la fois quelles sont les interactions mises en œuvre par ces langages et sur quelles dynamiques horizontales et verticales ils reposent de manière à tenter de déterminer une sorte de grammaire d’un langage politique commun au plus grand nombre. Doivent, de la sorte, être étudiés finement non seulement les « discours » dont la finalité est de type propagandiste, mais également l’ensemble des signes institués au Moyen Age comme médiateurs de communication, ce qui nécessite de s’interroger également sur les gestes et paroles organisés sous la forme de rituels. Vaste entreprise, qu’A. M. circonscrit pour ce recueil précis aux seuls signes linguistiques.

Ce champ de recherche, neuf et prometteur, s’inscrit à l’évidence, comme le rappelle A. M. dans son introduction, dans le domaine historiographique plus large de la constitution d’un « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, une circulation de l’information qui apparaît de plus en plus aux historiens comme nécessaire à l’accomplissement de l’acte de gouvernement (2). Les notions mises en œuvre par la construction et le caractère performatif dévolu à ces langages auraient nécessité, pour cette raison, un approfondissement certain tant en introduction que dans les différents articles. Ainsi la distinction entre « information » et « communication » est-elle d’emblée entendue dans son acception courante, c’est-à-dire l’information correspondant au contenu alors que la communication représente plutôt les différents modes de transmission et de circulation d’une information. Un article récent de J. Morsel revient, cependant, sur ces définitions et offre d’utiles clés en la matière (3) . Il vise, notamment, à distinguer les deux verbes – informer et communiquer- dans leur finalité politique, ce qui fait de ces deux notions de pertinents outils d’analyse de l’acte de gouvernement. Ainsi, le point sur lequel le lecteur demeure quelque peu sur sa faim à la lecture de ce riche et important numéro est-il précisément celui de l’usage des différents supports de la parole publique comme instruments de communication, outil de « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, et, au final, moteur de l’acte de gouvernement.
Pour ne pas revenir sur les rituels, qui n’étaient pas l’objet du recueil, on ne peut que regretter que la question, par exemple, du sermon politique manié par des autorités laïques ne soit abordée que par un seul article, au demeurant fort pertinent (F. Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », p. 75-92). Comme le montre l’auteur, le sermon en tant que parole publique peut être un media de communication manié par les autorités laïques, en l’occurrence les Cortes au XIVe et XVe siècle, dans l’objectif de revendiquer et d’exercer une forme d’autorité (4) . Si le cas des Cortes demeure confiné dans le cadre du palais, il est d’autres prises de parole publique qui contribuent à définir l’espace public en tant que lieu par excellence de ce dialogue. L’important article de M. Della Misericordia, fondé sur l’étude du fonctionnement des assemblées de communautés dans la Lombardie du XVe siècle (M. Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan », p.93-112), pose d’emblée la question de l’usage de l’expression publique comme outil d’institutionalisation et mode d’action de la communauté. Il montre, notamment, comment se forge progressivement un code de communication qui contribue à définir l’éthique du gouvernement, en valorisant l’interaction physique.

L’enquête, en tant qu’instrument d’information mais aussi de dialogue entre gouvernants et gouvernés, peut également être envisagée sous cet angle ; c’est d’ailleurs ce domaine qui est le plus porteur, en l’état actuel, de pistes de recherche. Les prochains séminaires de Gouvaren auront à explorer notamment les modes d’enregistrement de l’information, et de la confection formelle des registres afin de déterminer la part de « performativité » attribuée à ces documents par le pouvoir : souvent considérés avant tout comme des documents de gestion administrative et comptable par l’information qu’elles contiennent régulièrement vérifiée et mise à jour, les enquêtes publiques n’en sont pas moins un outil de la prise de décision politique par, précisément, l’échange qu’elles permettent entre gouvernants et gouvernés.

——-

1- Aude Mairey, « Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle) » ; Xavier Storelli, « Les harangues de la bataille de l’Etendard (1138) » ; Catherine Daniel, « L’audience des prophéties de Merlin : entre rumeurs populaires et textes savants » ; Aude Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Age » ; François Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane » ; Massimo Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan. »
2- Sous l’impulsion des travaux de C. Gauvard principalement, le geste politique, celui qui notamment conduit à l’élaboration de la loi, est désormais considéré par les médiévistes comme reposant sur une dynamique d’échange – ce que l’on peut également nommer une interaction entre gouvernants et gouvernés- qui repose sur la plainte, ou requête adressée par les sujets, à laquelle doit répondre la protection, ou bienveillance du prince. Voir notamment : Un Moyen Age pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir), PUF, 2010, p.4.
3- Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la
réponse. » , contribution au programme de recherche initié par le LAMOP entre 2004 et 2006 sur l’espace public
au Moyen Age, inédit mais accessible en ligne sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/espacepublic/index.htm#13juin
4- Les travaux de Jean-Paul Boyer sur les sermons politiques attribués au roi de Naples et comte de Provence Robert Ier, au début du XIVe siècle, vont dans le même sens.