3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

Les agents intermédiaires

La part de l’ombre.

Rôle des agents intermédiaires dans les tâches de gouvernement et d’administration au Moyen Âge.

Journée d’étude du 25 novembre 2010 à la faculté de Limoges.

« À lire la suscription de leurs actes de la pratique ou les récits de leurs faits et gestes, les décisions publiées en leur nom propre par les souverains, princes, grands, évêques, abbés et autres dignitaires sont le fruit de leurs démarches personnelles, d’actions menées voire mises en forme par eux-mêmes.
Le but de cette journée d’étude est d’évaluer, par un nouvel examen des sources, les tâches que les tenants de l’autorité conservent en apparence par devers eux, mais dont l’exécution est assumée par leur entourage.
En s’affranchissant d’une démarche descriptive des rouages qui constituent les institutions, il importe de faire émerger des pratiques de gouvernement et d’administration quotidiennes qui, parce qu’elles se situent en amont ou en aval des temps forts de la vie politique et judiciaire des royaumes, des diocèses et des communautés religieuses (telles que les assemblées et conciles) n’apparaissent qu’en filigrane dans les sources. Restent à déterminer d’une part le titre et la fonction de ces agents d’exécution, d’autre part l’écart existant entre la présentation de la décision et les récits ou informations matérielles évoquant la gestion quotidienne des affaires.
Les intervenants exposeront donc leurs recherches sur les hommes, titulaires ou non d’une charge officielle afin de déterminer qui sont les véritables chevilles ouvrières de ces pratiques gouvernementales. »

Programme en téléchargement

De l’usage de la formule

Le GRENDEL (Groupe de Recherche et d’Etude sur la Diachronie et sur l’Emergence de la Littérature anglaise) organise un colloque international sur « La Formule au Moyen Âge » à Nancy-Université les 5 et 6 novembre 2010. La vocation de cette rencontre est avant tout d’étudier l’omniprésence de la formule dans les textes littéraires, mais certaines interventions se rapportent au politique.

Vendredi 5 novembre 2010
10h00-12h00
Atelier 2 : Histoire politique
10h00-10h30 Julian Führer (Universität Zürich), « Les citations bibliques dans les actes de souverains entre rituel et expression individuelle »
10h30-11h00 Justine Firnhaber-Baker (All Souls College, Oxford University), « Formulating Opposition to Seigneurial War in the Parlement de Paris (c. 1330-1364) »
11h00-11h30 David Dominé-Cohn (EHESS), « Formuler le pouvoir ducal en Bretagne au XIVe siècle, entre France et Angleterre »
11h30-12h00 Rosa Benoit-Meggenis (Université Lyon 2), « Le salut de l’empereur et de l’empire : la rhétorique impériale byzantine autour du devoir de prière des moines. »

Les cartulaires de Lorraine

La MSH Lorraine héberge le vendredi 8 octobre une journée d’études du centre de médiévistique Jean Schneider :

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVI e siècles )

Programme :
9h45 : Accueil
10h00 : Cédric Giraud (Université Nancy 2), Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) et Benoît-Michel Tock (Université de
Strasbourg) : accueil et présentation de la journée.
10h15 : Katharina Gross (Université de la Sarre, Sarrebruck) : La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens.
10h45 : Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) : La transcription des actes dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Mihiel (XIIe
siècle).

11h15 : questions et débat.
11h30 : Jean-Pol Evrard (docteur en histoire) : Le cartulaire de l’abbaye Saint-Paul de Verdun (XIIIe siècle).
12h00 : Michel Parisse (Université Paris I-Sorbonne) : Le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Beaupré.
12h30 : questions et débat.
13h00 : déjeuner.
14h15 : Dumitru Chihaï et Marius Beely (Université de Zürich) : Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle.
14h45 : Léonard Dauphant (Université Paris IV) : Copie et conservation des archives dans les Trésors des Chartes des États lorrains, de
René d’Anjou à René II.
15h15 : questions et débat.
15h30 : Hélène Schneider (Université Nancy 2) : L’enregistrement des actes sous René II, duc de Lorraine.
16h00 : Jean-Christophe Blanchard (Université Nancy 2) : Le cartulaire de la terre et seigneurie de Germiny (Meurthe-et-Moselle, ar.
Toul, c. Colombey-les-Belles) rédigé pour Nicolas de Lutzelbourg en 1540.
16h30 : questions et débat.

La ville méditerranéenne

Dans le cadre du séminaire Economie et Société, le LAMM s’intéresse cette année à « La ville méditerranéenne au Moyen Âge ».

Pour la première séance, le 11 octobre, nous aurons le plaisir d’entendre Noël Coulet et Giovanni Vitolo sur « La ville capitale : Aix-en-Provence-Naples ».

MMSH – Salle Georges Duby, 14h-17h.

Programme du séminaire.

Les pratiques de l’écrit

Note de lecture sur le numéro 56 de Médiévales consacré aux pratiques de l’écrit

Résumés des articles

Aux articles d’Alice Rio et de François Bougard couvrant la période VIe-Xe siècle succèdent les articles de Paul Bertrand et de Laurent Morelle centrés sur les changements intervenus à partir du XIe siècle1.

Laurent Morelle articule son propos autour de la « mutation documentaire » du milieu du XIe siècle. La production diplomatique de cette période est notamment caractérisée par des continuations et « la nouvelle écriture d’actes existants ». L’auteur détaille ainsi des cas d’ajouts sur les chartes qui ouvrent de multiples questions comme l’anticipation des écrits et leur valeur juridique. Il émet l’hypothèse que ces compléments soient le résultat de négociations postérieures à la rédaction de la charte originelle. Ainsi, les divers éléments de corroboration ne déterminent pas le caractère achevé d’un acte. Confronter l’acte à ses évolutions et remaniements lui permet de conclure que la distinction entre original et copie n’a pas forcément de sens pour certains actes de la période étudiée.

Paul Bertrand, quant à lui, remet en question les cadres chronologiques. Il s’interroge, tout d’abord, sur la réalité d’une révolution de l’écrit aux XIIe et XIIIe siècles. Sans nier l’état des sources, il atténue le phénomène d’essor de la production en prenant en compte le souci de la conservation, qui n’était pas, selon lui, une priorité avant le XIIe siècle. De même, à l’influence d’une « anarchie politique » sur la faiblesse documentaire des Xe-XIe siècles, il oppose « une transformation de l’écrit », alors moins considéré.

Par leurs buts, les deux articles sont complémentaires. Laurent Morelle centre son travail sur « l’instrumentation des actions juridiques » et sur « l’économie de l’écrit ». Il ne dresse pas un état des lieux bibliographique et préfère mettre « en résonance des observations nées de l’analyse de dossiers ouverts sans protocole particulier ». Ces dossiers émanent du monde monastique. Mais, qu’il s’agisse d’institutions princières ou monastiques, les problématiques liées à l’écrit sont les mêmes, comme en témoigne notamment le programme de notre deuxième journée d’étude. Laurent Morelle écrit à ce propos que « dans les monastères, l’écrit diplomatique (…) est aussi le signe tangible d’une bonne administration, l’outil d’une restauration patrimoniale ».

Se plaçant dans la lignée des problématiques soulevées par Michael Clanchy, Paul Bertrand nous soumet un « questionnaire raisonné, afin de faciliter l’accès des chercheurs à certains grands résultats des spécialistes de l’histoire documentaire ». Résolument polémique et épistémologique, son article remet en cause les préoccupations actuelles des médiévistes, le thème du « pourquoi écrire » monopolisant, selon lui, la communauté scientifique. De même, il souligne l’intérêt d’approfondir les liens entre « mémoire, oralité, écriture et autres « langages » comme les signes, les images… ». Il nous invite ainsi à nuancer l’évidence du « manichéisme oral-écrit », qui fait généralement ressortir l’écrit comme « grand gagnant ». Dans une démarche toute autre, Laurent Morelle tend à mettre entre parenthèse la force probatoire de l’oral et de la mémoire des témoins, à partir d’une réflexion sur l’emploi de sine scripto, scriptum ayant alors le sens d’écrit en forme.

Les articles de Laurent Morelle et Paul Bertrand permettent de faire le point sur les principales réflexions autour de l’écrit entre Xe et XIIIe siècle. En effet, bien que l’article de Laurent Morelle se concentre sur le seul XIe siècle et sur les écrits diplomatiques monastiques, les documents et problématiques abordés convergent :

– L’apparition au XIe siècle et surtout aux XIIe-XIIIe siècles du chirographe est considérée comme le signe d’une stabilisation de l’écriture diplomatique (LM). Il dépasse le cadre mémoriel de l’écrit pour « prévenir tout conflit » (PB).

– Pour les deux auteurs, la pancarte pose plusieurs problèmes typologiques ; elle « perturbe les catégories documentaires traditionnelles » (LM). Chez Paul Bertrand, les pancartes, « vastes récapitulatifs (…) d’actions juridiques touchant à des biens possédés par une institution », sont abordées sous l’angle de la relation oral-écrit : « il s’agit de se souvenir de la transaction et des personnes qui y avaient assisté ». Laurent Morelle s’intéresse davantage à leur forme, entre actes continués et cartulaires, certaines pancartes étant de « véritables cartulaires « en placard » ».

– C’est surtout le cartulaire qui est « au cœur des débats » (LM). Tandis que Laurent Morelle se concentre sur les aspects mémoriels, Paul Bertrand insiste sur « la facilitation de la gestion ». L’auteur appelle ainsi au développement des études mettant en parallèle cartulaires et premiers documents de gestion. Dressant un bilan historiographique, Laurent Morelle note que « deux aspects du cartulaire semblent aujourd’hui attirer de nouveau les spécialistes : sa nature d’écrit-collection », (…) sa nature de « copie » ». Il invite ainsi à la prudence en distinguant « mise en codex et mise en cartulaire ». Enfin, il propose une lecture rétroactive. L’acte n’est plus cantonné à son rôle d’élément constitutif du cartulaire, ce dernier ayant une influence sur la rédaction des actes : « anticipant leur cartularisation, les actes se feraient plus explicites » .

Le numéro s’achève sur un entretien avec Roger Chartier: Voir ses cours sur le site du Collège de France.

1L. Morelle « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle ». P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles ».

Bilan historiographique

Les actes du congrès du Comité français des sciences historiques viennent de paraître aux Presses universitaires de France.

Les historiens français à l’oeuvre, dirigé par Pascal Cauchy, Claude Gauvard et Jean-François Sirinelli dresse un bilan de la recherche historique des quinze dernières années. Nous nous intéresserons bien sûr particulièrement au chapitre sur le Moyen Âge de Claude Gauvard et Régine Le Jan et à celui que Jean-Philippe Genet consacre au politique.

Don et contre-don

Notre équipe est heureuse de vous annoncer la parution de l’ouvrage Le don et le contre-don, sous la direction de Lucien Faggion et Laure Verdon.

Lucien Faggion et Laure Verdon (dir.), Le don et le contre-don, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, Collection le temps de l’histoire, 2010, 169 p.

Le gouvernement des communautés politiques

A paraître

Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière
(Paris, 6, 7 et 8 novembre 2008)

Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge
Entre puissance et négociation : Villes, Finances, État

Textes réunis par Corinne Leveleux-Teixeira, Anne Rousselet-Pimont, Pierre Bonin et Florent Garnier regroupés autour de trois thèmes centraux dans les recherches d’Albert Rigaudière : la ville, les finances et l’État.