Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Colloque du 13 au 15 décembre 2010

« À l’exception de quelques publications récentes portant principalement sur l’Angleterre, la France ou l’Italie (Judith FERSTER, Fictions of advice, 1996 ; Carla CASAGRANDE et al., Consilium, teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, 2004), les recherches sur le conseil sont à ce jour peu nombreuses. Elles sont pratiquement inexistantes dans le domaine des études hispaniques médiévales. Cette rencontre sera donc l’occasion de lancer une réflexion interdisciplinaire sur la pratique du conseil en péninsule ibérique au Moyen Âge et d’étudier le roôle du conseiller dans les sphères du pouvoir : cour royale ou seigneuriale, gouvernement municipal, espace judiciaire.

Il s’agira notamment de déterminer les qualités normatives du bon conseiller, d’identifier et d’analyser les documents et les textes qui définissent son rôle et de montrer comment, dans quelles circonstances et sous quelles formes le conseiller remplit sa fonction. Ces éléments de réflexion devraient nous permettre de déterminer, d’une part, la place et l’importance des conseillers dans le gouvernement et d’éclairer, d’autre part, les réseaux de pouvoir qu’ils peuvent eux-mêmes constituer. Nous tenterons d’établir une typologie des conseillers et de leurs pratiques ainsi qu’une rhétorique du conseil. Dans le droit fil de la réflexion menée depuis plusieurs années par le SEMH-Sorbonne, le GDR SIREM et aujourd’hui le GDRE AILP sur l’histoire des femmes en péninsule ibérique, une attention particulière sera prêtée aux conseillères.

La réalité et l’imaginaire du conseil seront abordés selon les axes suivants : typologie des conseillers et de leurs vertus, évaluation des témoignages documentaires et littéraires décrivant leur rôle, pratiques et rhétorique du conseil, institutions et contextes dans lesquels il se pratique.

Neuf chercheurs espagnols, portugais et suisses venus d’horizons disciplinaires divers et représentant sept organismes ont décidé de rejoindre treize chercheurs français relevant eux-mêmes de disciplines diverses et représentant dix organismes afin de confronter leurs analyses dans l’intention de mieux cerner la place et le rôle de ceux et de celles qui exercèrent leur influence sur les détenteurs du pouvoir et de définir les constantes et les évolutions de leur pratique. »

Programme

Informations sur calenda

Un recueil d’articles sur les techniques de la politique dans l’Italie médiévale.

Les éditions Viella viennent de publier un recueil d’articles centré sur les techniques de la politique dans l’Italie du bas Moyen Age, qui compare le devenir des communes et celui des seigneuries. Une approche originale et pertinente qui met l’accent sur les innovations mais aussi les adaptations nécessaires des techniques administratives et des idéologies politiques qui les fondent.

Tecniche di potere nel tardo medioevo

Regimi comunali e signorie in Italia

A cura di Massimo Vallerani

collana I libri di Viella, 114
autunno 2010, 15×21 cm, 216 p., bross.

ISBN 978-88-8334-422-0 € 24,00
(in corso di stampa)

Tecniche di potere nel tardo medioevo

Tra XIV e XV secolo il panorama politico delle città italiane muta radicalmente. L’Italia dei comuni si trasforma in un insieme disomogeneo di stati territoriali in formazione, cambiano la natura delle istituzioni e gli strumenti di governo usati per inquadrare le società locali.

Superando il tradizionale dibattito sul passaggio dal «comune» alla «signoria», basato su una semplice contrapposizione di modelli istituzionali, gli studi riuniti in questo volume privilegiano l’esame, in chiave comparativa, di alcune specifiche tecniche di potere dell’Italia centro-settentrionale: l’uso strategico dei podestà forestieri da parte dei signori sovracittadini; il sostegno delle società di Popolo alle prime signorie cittadine; la disciplina dell’arbitrium del giudice nelle normative delle città comunali e signorili; la natura dei poteri eccezionali nelle città “repubblicane” della Toscana; la propaganda signorile nello stato Visconteo; e la diffusione della grazia come sistema di governo extra-istituzionale nella Lombardia quattrocentesca. Si tratta di strumenti tecnici che hanno matrici culturali e ideologiche diverse, ma che sono combinati in forme nuove e adattati ai contesti locali da compagini di governo alla ricerca di stabilità e di legittimazione. La varietà delle soluzioni non nasconde, tuttavia, il tentativo, comune a gran parte dei governi tardomedievali, di raggiungere un equilibrio di potere esterno o addirittura opposto agli apparati istituzionali dello stato. Una tensione irrisolta tra potere e istituzioni che ha segnato nel lungo periodo la storia dell’Italia moderna.

descrizione

Massimo Vallerani insegna Storia medievale presso l’Università di Torino. Tra le sue ultime pubblicazioni: La giustizia pubblica medievale (Il Mulino 2005) e la cura del volume Sistemi di eccezione (Il Mulino 2009).

curatore

Massimo Vallerani, Introduzione (p. 7)
Paolo Grillo, La selezione del personale politico: podestà e vicari nelle signorie sovracittadine a cavallo fra Due e Trecento (p. 25)
Riccardo Rao, Le signorie dell’Italia nord-occidentale fra istituzioni comunali e società (1280ca.-1330ca.) (p. 53)
Federica Cengarle, La signoria di Azzone Visconti tra prassi, retorica e iconografia (1329-1339): prime note (p. 89)
Massimo Vallerani, L’arbitrio negli statuti cittadini del Trecento. Note comparative (p. 117)
Lorenzo Tanzini, Emergenza, eccezione, deroga: tecniche e retoriche del potere nei comuni toscani del XIV secolo (p. 149)
Maria Nadia Covini, De gratia speciali. Sperimentazioni documentarie e pratiche di potere tra i Visconti e gli Sforza (p. 183)

Indice dei nomi (p. 207)

indice

Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge

Pierre Prétou

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2010.

« À la fin du Moyen Âge, la Gascogne défendait un mode original de résolution des conflits consistant en des médiations pénales. La structure de la société et de l’habitat – un monde de maisons et de familles coagulées dans leurs privilèges – ajoutée à la faiblesse régionale des pouvoirs souverains, expliquait un maintien tardif des procédures d’apaisement dans la répression des crimes. La pacification l’emportait alors sur les enquêtes et l’affliction des peines, coercitions réservées à une minorité d’affaires. Toutefois, au XVe siècle, une épiphanie justicière vint heurter ces usages si anciens dont «personne n’avait plus mémoire du contraire». Pratiques inquisitoires, traques de criminels, procédures d’office et tortures judiciaires s’abattirent sur des populations qui continuaient à proclamer leurs anciennes coutumes comme garantes des équités ancestrales. L’exercice de la justice devint un défi peuplé de discours frénétiques, de fers, d’entreprises autoritaires, de tyrannies d’exercice, de grâce souveraine et de contestations communautaires. À l’issue de la guerre de Cent Ans, la conquête judiciaire ajustait la Gascogne aux rigueurs et aux miséricordes venues de France. Vivacité des traditions et exigences de la souveraineté triomphante se mêlèrent alors en une surprenante acculturation pénale dépossédant partiellement les communautés de leurs protections coutumières. Attractive, cette émergence des charismes justiciers rallia si bien les Gascons qu’ils finirent par consentir leur sujétion à la majesté des Valois, ainsi qu’au gouvernement judiciaire des hommes qui était venu avec elle. »

Introduction et table des matières