Séminaires du LAMOP

Pour l’année 2010-2011, Marcel Detienne et Robert Jacob proposent des séminaires sur le thème :

PLACES DU POLITIQUE, LIEUX DU JURIDIQUE
Approches comparatives et expérimentales

Les diverses journées permettent d’établir des comparaisons dans les domaines du politique et du juridique sur un temps long ce qui rejoint tout à fait les préoccupations du programme Gouvaren.

Présentation générale et programme détaillé des séminaires

Suivre les évolutions du programme sur le site du LAMOP

Détente radiophonique

Le jeudi 2 décembre, sur France culture, Jacques Munier recevait Jean-Claude Maire-Vigueur.

L’historien présentait notamment l’organisation administrative et sociale de la ville de Rome à partir de son ouvrage Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècle.

Accès au podcast de l’émission

Page de l’éditeur

Histoire du droit – nouvelle édition

Albert RIGAUDIERE, Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne, 4e édition, Paris, 2010.Couverture "Histoire du droit..."

« Cette Histoire du droit et des institutions de la France médiévale et moderne vise à décrire, en quatre temps, comment s’est lentement construit le système juridique et institutionnel français.

Droit et institutions s’y croisent en permanence pour montrer que la lente découverte du legs politique et juridique romain dans un Occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions, a largement servi la renaissance de l’Etat. Mais il serait faux d’en rester à cette image stéréotypée d’un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l’apport du droit féodal, l’action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes ont admirablement contribué à façonner l’Etat royal. Un État constamment construit sur les droits et le Droit, autour d’un maillage d’institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique. »

Rives n° 37

Du castrum au registre, et vice-versa.
L’enquête générale en Provence angevine,
fin XIIIe-fin XIVe siècle

Le dernier numéro de la revue Rives méditerranéennes vient de paraître :

Thierry Pécout (dir.), Du castrum au registre, et vice-versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin XIIIe-fin XIVe siècle, Rives méditerranéennes, n°37, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2010, 99 pages.

« L’intérêt de l’historiographie pour l’enquête domaniale et de réformation des XIIIe et XIVe siècles ne se dément pas. Les motivations politiques et idéologiques, les questions de mise en  registre et de conception du document, l’apport des outils formels issus de la procédure criminelle, autant de pistes ouvertes qui nous font presque oublier l’intérêt considérable d’une pareille documentation pour la connaissance des structures domaniales de la monarchie angevine de Naples. Comme un solide et paisible point d’ancrage, les terres provençales nourrissent ses ambitions méditerranéennes. Mais c’est aussi à la découverte de l’intimité et de l’équilibre des relations de l’homme, des communautés et des espaces, que nous invite le décryptage de ces longs registres d’enquête. » (T. P.)

La Provence est un terrain de choix pour l’étude des enquêtes domaniales – ainsi qu’en témoigne notamment notre programme  – puisque, comme le note Thierry Pécout dès l’avant-propos, elles se déroulent à un rythme trentenaire entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle. Les articles rassemblés dans ce numéro [1] témoignent de cette fréquence et de l’apport des enquêtes à la connaissance de l’implantation des comtes de Provence jusqu’aux marges de leur principauté, propos appuyé par un  riche travail cartographique.

Sommaire

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Avant-propos »

L’enquête générale de Charles II, 1297-1299

Damien Ruiz (Aix-Marseille I, UMR TELEMME), « L’enquête sur les dtroits et revenus de Charles II en Provence (1297-1299). Le registre de la baillie de Seyne (AD13, B 1036): quelques jalons chronologiques »

Joachim Stephan (Université Adam-Mickiewicz, Poznan), « Les bases du pouvoir royal dans la viguerie de Sisteron, selon l’enquête de Charles II »

L’enquête générale du roi Robert, 1331-1334

Philippe Jansen (UMR Cépam, Nice Sophia Antipolis), « Les droits comtaux dans les circonscriptions de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 »

Conclusion : pérennité d’une pratique administrative sous la première maison d’Anjou

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Une quatrième enquête générale en Provence? L’enquête du sénéchal en 1364-1365 »

 

Un des intérêts majeurs de ce volume réside justement dans la démarche mise en exergue dans le titre qui « insiste sur le passage d’une information recueillie localement et procédant des structures spatiales et sociales qui constituent le cadre de vie en Provence à cette époque (le castrum), à une donnée administrative et comptable enregistrée, archivée et utilisable (le registre) » (T. P.).

Cet axe d’étude donne ainsi lieu à l’association d’analyses chronologiques et codicologiques, ainsi qu’en témoigne l’article de Damien Ruiz. Il s’agit pour lui de recréer le déroulement de l’enquête à partir du registre. Nous mesurons ainsi toute la difficulté pour l’administration comtale de parvenir au recueil de l’information, comme le montrent les exemples de manque de déclarants ou de déclaration des coseigneurs.  L’étude des enquêtes provençales permet d’éclairer les fonctions des différents agents de la principauté. Le cas de la baillie de Seyne, en particulier, révèle le rôle majeur des officiers locaux, agissant en lieu et place « d’une commission itinérante comme on en trouve la plupart du temps » (D. R.).
Surtout, ces enquêtes permettent « une définition du domaine royal » (T. P.). La contribution de Joachim Stephan détaille les droits royaux dans la baillie de Sisteron. Il met en avant leur évolution – notamment en ce qui concerne la dépendance – et apporte des éclairages quant au vocabulaire employé. Dans cette baillie, le pouvoir royal est déjà bien établi à la fin du XIIIe siècle, ce que montre la quasi omniprésence des mentions du majus dominium.
L’accroissement de l’autorité comtale est également bien attesté en Provence orientale, territoire riche offrant de grandes « perspectives de revenus », comme le développe Philippe Jansen. Ce dernier apporte de solides conclusions étayées par des tableaux de synthèse (taux de perception de l’albergue et de la cavalcade par exemple) fruit du travail d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno sur cette circonscription. Il s’agit ainsi pour l’auteur d’ « évaluer le rapport financier de la domination comtale ». L’évolution des droits comtaux y est forte surtout en ce qui concerne la justice.

C’est justement par l’adjonction de plusieurs enquêtes que nous pouvons percevoir au plus près l’évolution de l’emprise comtale sur le territoire. La conclusion de Thierry Pécout sur l’enquête de 1364-1365, réalisée dans un contexte d’aliénations territoriales non négligeables, est à ce titre riche fort utile. Réalisée « dans la continuité des grandes enquêtes angevines », elle met en exergue le souci de l’administration de « compléter et utiliser les données recueillies » afin de contrôler au mieux ses possessions sur le long terme.


[1] Contributions présentées initialement lors d’une journée d’étude du programme d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno le 7 novembre 2008.