Benedetto Croce

Vient de paraître :

Giovanni Perazzoli, Benedetto Croce e il diritto positivo. Sulla «realtà» del diritto.« Dall’analisi della teoria del diritto positivo di Benedetto Croce emerge una questione logico-filosofica che nelle canoniche teorie positiviste viene o presupposta o non riconosciuta: la questione di che cosa sia la « realtà » (o l’irrealtà) del diritto positivo. Riducendo in  modo radicale il diritto alla volontà, Croce svela il  tratto metafisico che, il più delle volte inconsapevolmente, si trova nella presupposizione di una realitas giuridica al volere. Prova indiretta di questa persistente lettura metafisica del diritto positivo è che la tesi crociana sia stata fatta più volte oggetto della critica di ‘perdere’ il diritto. Ma che cos’è la ‘realtà’ del diritto che andrebbe perduta in una teoria positiva del diritto?  Svolgendo il  filo di questa domanda, l’indagine mette in luce come la teoria giuridica crociana, proprio perché rappresenta una delle più radicali sconfessioni della metafisica assunta (e non riconosciuta) nelle teorie di diritto positivo, permetta di rileggere, nel segno di un più rigoroso giuspositivismo, i presupposti concettuali delle teorie dei massimi teorici del diritto: Hans Kelsen, Santi Romano, Rudolf von Jhering, Vittorio Emanuele Orlando, Carl Schmitt, Herbert L. A. Hart. A ognuna di queste teorie il libro dedica infatti delle lunghe note interpretative, collegate idealmente alle questioni discusse in sede di esegesi crociana. Sostenitore del diritto positivo all’interno di una visione liberale, Croce  costruisce  la propria posizione attraverso un forte impegno teoretico, guardando in primo luogo a ciò che determina il diritto posto nella sua origine: la volontà e la sua struttura. Il libro  analizza perciò la filosofia della pratica di Croce nelle sue componenti, rilevandone gli aspetti di forza e di debolezza,  e indicandone l’interesse e l’originalità sia per l’impostazione teorica del problema giuridico, sia per i temi che riguardano le teorie della scelta razionale (come emerge in particolare nel confronto di Croce con Vilfredo Pareto).  Prisma dalle molte facce, il diritto positivo appare come un tema che, attraverso la domanda sull’esperienza, interessa direttamente la filosofia teoretica. Contrariamente a quanto spesso sostenuto, il pensiero di Croce ha avuto un’attenzione specifica al tema dell’esperienza, e alla possibilità di dire il ‘nome’ senza trasformare il nominalismo in una nuova metafisica. Il libro ne dà conto nell’esame della tormentata analisi che Croce dedica all’interpretazione della legge. »

Pour commander l’ouvrage :

Società editrice il Mulino
Strada Maggiore, 37 – 40125 Bologna
tel. 051256011
fax 051256034
www.mulino.it
info@mulino.it

Istituto italiano per gli studi storici
via B. Croce, 12 – 80134 Napoli
tel. 0815517159
fax 0815514813
www.iiss.it
info@iiss.it

La rumeur au Moyen Âge

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), Rennes, 2011.

« La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer. »

On s’intéressera à la partie de l’ouvrage consacrée à la rumeur dans les pratiques de gouvernement et en particulier aux articles suivants :

– Nicole Brocard « La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles », p. 119-132.

– Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge », p. 149-176.

– Maïté Billoré, « Les projets de Louis de France outre-Manche à l’épreuve de la rumeur (1216-1217) », p. 177-194

Site des presses universitaires de Rennes, présentant le sommaire et l’introduction disponibles en pdf.

L’écriture des juristes à l’époque moderne

L’Écriture des juristes. XVIe-XVIIIe siècle,

Laurence Giavarini (dir.), série Perspectives humanistes, n°2, dirigée par Stéphan Geonget et Emmanuel Naya.     

« Ce livre s’intéresse au pouvoir propre de la «mise en écrit» dans la constitution du droit, ainsi  qu’à la place des formes d’écriture diverses dans les pratiques sociales des juristes de l’époque  moderne. Il fallait réunir les travaux d’historiens du droit, d’historiens de l’Ancien Régime, de  philosophes, de littéraires pour envisager tous les aspects de la question de l’écriture des  juristes  – qui inclut, sans s’y réduire, le problème de l’écriture du droit. »

Historiographie française et italienne

Mélanges de l’EFR 121/2 (2009)

Guido CASTELNUOVO et Stéphanie WYLER, Introduction

Guido CASTELNUOVO, Deux historiographies et leurs miroirs, de l’après-guerre à la fin du XXe siècle : quelques jalons introductifs

Carla CASAGRANDE, Jacques Le Goff e la storia degli intellettuali

Michel LAUWERS, L’Église dans l’Occident médiéval : histoire religieuse ou histoire de la société ? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au XXe siècle

Luigi PROVERO, Castelli, villaggi e poteri locali : modelli e varianti

Gian Maria VARANINI, Ricerche sullo stato tardomedievale in Italia e in Francia negli ultimi quarant’anni

Site de l’Ecole Française de Rome

Pouvoir d’un seul et bien commun

Fr. COLLARD (dir.), Pouvoir d’un seul et bien commun. La pensée et l’exercice du bonum commune dans les monarchies médiévales, colloque international Paris Ouest Nanterre, 19 décembre 2008, Revue française d’histoire des idées politiques, 32, octobre 2010.

Parmi les articles de ce numéro spécial de la RFHIP, signalons celui de Lydwine Scordia de l’université de Rouen sur « Le bien commun, argument pro et contra de la fiscalité royale, dans la France de la fin du Moyen Âge ». L’historienne, qui a réalisé une thèse sur la théorie de l’impôt, porte désormais son attention sur l’opposition au pouvoir royal dans la France des XIIIe-XVe siècle, sur l’élaboration des normes du pouvoir et se consacre plus particulièrement au thème de son HDR en préparation : Amour et désamour du roi de France (XIIIe-XVIe siècles). Un parcours de recherche qui rejoint l’ensemble de nos préoccupations et témoigne de l’orientation actuelle des recherches françaises sur le Pouvoir.

Le cartulaire dit de Charles II de Navarre

Véronique Lamazou-Duplan (dir ), Anne Goule , Philippe  Charon, série  Codices  y  Carularios, Pampelune, 2010.

« À l’initiative des universités de Pau (UPPA – laboratoire ITEM (EA 3002) et de Pampelune (UPNA), un programme de recherche financé par les fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire du pouvoir des rois de Navarre  à travers une série exceptionnelle de cartulaires royaux navarrais conservés de part et d’autre des Pyrénées, lorsqu’à la fin du Moyen-Âge des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont devenus par le jeu d’héritages et des mariages rois de ce royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par V. Lamazou-Duplan (UPPA) et par E. Ramirez Vaquero (UPNA), livre ici ses premiers résultats en éditant ce cartulaire méconnu conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Ce registre de papier rassemble 132 actes datés entre 1297 et 1372, pour certains vidimant des actes plus anciens (l’acte le plus ancien est le vidimus de la fondation de la collégiale de Mortain en Normandie, en 1084). Ce cartulaire dit de Charles II de Navarre (1349-1387) lui est dédié environ pour la moitié des actes mais dépasse aussi sa trajectoire politique exceptionnelle puisque l’autre moitié des actes copiés est consacrée plus largement au lignage, terres et droits des Évreux-Navarre.

Les parties liminaires et l’étude de ce registre, ainsi que chaque analyse et tradition des actes, sont présentées en français et en espagnol.

Cette édition ouvre la nouvelle série Codices y Cartularios de la collection Corpus Documental »

Page de l’éditeur

Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque