Les Capbreus du roi de Majorque enfin publiés !

Les capbreus(ou terriers) des possessions roussillonnaises du roi Jacques II de Majorque (1292-1294) viennent d’être publiés aux éditions du CTHS. Précédant l’édition complète indexée de la série bien connue des 7 capbreus, enrichie de 3 autres terriers contemporains conservés aux archives départementales des Pyrénées Orientales (reconnaissances royales de Toreilles, capbreu des possessions de Pere de Peyrestortes à Tautavel et de Ramon Roig à Toulouges), une introduction substantielle évoque tour à tour le contexte historique d’une monarchie qui fut sans doute pionnière dans la définition des droits relevant du domaine et du forgement des outils pratiques de gouvernement, la structure codicologique et diplomatique des registres, les modalités inquisitoires qui les ont engendrés, les structures économiques, sociales et politiques enfin que ces riches documents permettent d’étudier finement, sans oublier un développement détaillé sur les fameuses enluminures qui ouvrent chacun des capbreus, images reproduites dans l’ouvrage. L’ensemble s’offre de la sorte comme une synthèse sur divers aspects, notamment l’exercice du pouvoir seigneurial en Roussillon à la fin du XIIIe siècle, et se prête à d’utiles mises en perspectives, notamment avec la série des enquêtes provençales menées quelques années plus tard en Provence sous l’égide de Leopardo da Foligno.

Rodrigue Tréton (éd), avec la collaboration de Aymat Catafau et Laure Verdon, Les capbreus du roi Jacques II de Majorque (1292-1294), 2 tomes, Paris, éditions du CTHS, collection de documents inédits sur l’histoire de France, vol. 56, 2011.

Cités politiques

Colloque des 27-28 mai 2011
Paris

Cités humanistes, cités politiques (1400-1600)

Programme

Vendredi 27 mai ( 14h00 – 18h30 )
CULTURES POLITIQUES, CULTURES HUMANISTES

Présidente de séance : Anne-Marie Cocula (Université de Bordeaux 3)

14h00 – Ilaria Taddei (Université de Grenoble II) « Entre humanisme et politique : la cité du lys dans les discours d’investiture de la Seigneurie florentine au Quattrocento »
14h30 – Marc Boone & Anne-Laure Van Bruaene (Université de Gand) « De la politique à l’humanisme : la culture publique à Gand et à Anvers aux XVe et XVIe siècles »
15h00 – Marie Houllemare (Université de Picardie) « Henri II et les parlements »
16h00 – Pause
16h30 – Robert Descimon (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) « Cité humaniste, id est cité absolutiste ? Paris au temps du prévôt des marchands Guillaume Budé »
17h00 – Barbara Diefendorf (Boston University) « Lyon se présente à son roi : les entrées royales de 1549, 1564 et 1595 »
17h30 – Daisy Delogu (University of Chicago) « En quoi la ville est-elle un espace féminin/féministe ? Les corps politiques de Christine de Pizan »

Samedi 28 mai ( 9h00 – 13h00 )
L’HUMANISTE DANS LA CITÉ

Président de séance : Enzo Baldini (Università di Torino)

9h00 – Marie Barral-Baron (Université d’Angers) « Erasme et la cité humaniste »
9h30 – Clémence Revest (Ecole française de Rome) « Les humanistes dans la Rome du Grand Schisme : déception, colère et dénigrement » cités politiques (1400 – 1600)
10h00 – Michael Randall (Brandeis University) « La cité trop humaine chez Rabelais »
11h00 – Pause
11h30 – Loris Petris (Université de Neuchâtel) « Jean Du Bellay et la cité dans sa dimension concrète et ses représentations »
12h00 – Jean Balsamo (Université de Reims) « Topiques urbaines et tradition hodoeporique à la fin de la Renaissance »

Samedi 28 mai ( 14h30 – 18h30 )
CITÉS DIVISÉES, CITÉS RECONSTRUITES

Président de séance : Mack P. Holt (George Mason University)

14h30 – Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) « Ville ruinée, ville récupérée »
15h00 – Cornel Zwierlein (Bochum Universität) « Durée et stabilité de la cité au XVIe siècle : théorisation et pratiques entre l’Italie, la France et l’Allemagne »
15h30 – Tatiana Debbagi Baranova (Université de Paris Sorbonne) « Ville imaginaire et conflit politique dans Du grand et loyal devoir, fidélité et obéissance de messieurs de Paris envers le Roy »
16h30 – Pause
17h00 – Marie Lezowski (Université de Paris-Sorbonne) « Pour une lecture humaniste de l’opposition à Charles Borromée, à Milan »
17h30 – Grégory Champeaud (Université de Bordeaux 3) « Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée : Elie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de religion (1562-1587) »

Lieu : University of Chicago Center, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Colloque organisé par Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne), Philippe Desan (University of Chicago)

Informations et programme

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

La pathologie du pouvoir

vices, crimes et délits des gouvernants au Moyen Âge

Université Montpellier III – 10 juin 2011

« Cette première journée d’études, largement internationale, vise à explorer un thème délicat : celui de l’acceptation par les sociétés médiévales de la corruption et des seuils de déclenchement de l’inacceptable. La formulation choisie (la pathologie du pouvoir) insiste sur le caractère de dérèglement des équilibres internes au corps social et au corps politique que le déploiement des vices chez les dirigeants entraîne presque inévitablement. Les études prennent en considération aussi bien les élites politiques laïques que cléricales dans le Moyen Âge occidental. »

Programme

Acteurs de l’écriture à Paris

Le vendredi 27 mai 2011, de 14h30 à 17h30, le séminaire du LAMOP et de l’IRHT a pour thème :

Acteurs de l’écriture à Paris au Moyen Âge : scribes, clercs, greffiers, notaires, écrivains, etc…

Lamop logo

« La connaissance de la place de l’écrit dans la société médiévale a connu récemment de profonds renouvellements. Ce séminaire croisera l’approche des pratiques et des techniques, caractéristique de ce champ d’étude, et l’approche sociale des hommes et des femmes qui écrivaient ou qui avaient recours à l’écrit pour tenter une histoire sociale de ceux qui ont écrit à Paris au Moyen Age : professionnels de l’écriture ou tous ceux qui, en capacité de prendre la plume, l’ont prise dans le cadre de leur activité, pour transmettre un savoir, pour garder une mémoire ou pour un usage restreint et plus domestique. Ceci implique de cerner et de suivre dans le temps leurs profils, leurs parcours, leurs places institutionnelles, leurs méthodes de travail, les rapports sociaux (en particulier hiérarchiques) qui entourent leur activité d’écriture, comme leur statut dans la société parisienne. »