René d’Anjou

Jean-Michel Matz et Noël-Yves Tonnerre (dir.), René d’Anjou (1409-1480) Pouvoirs et gouvernement, Presses Universitaires de Rennes, 2011, ISBN : 978-2-7535-1702-8, Prix : 20 euros.
Cet ouvrage confronte René d’Anjou aux problématiques récentes de l’histoire politique de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, notamment autour de la question de la genèse de l’État moderne. Le rapport de René à ses territoires et à ses sujets est crucial à appréhender, puisqu’il conditionne son rôle sur l’échiquier politique français et sa crédibilité internationale. Afin de retrouver un rayonnement européen qui le rende capable de rivaliser avec les grands États de son temps, René d’Anjou devait au préalable pacifier ses territoires et les gouverner avec efficacité.

Publications récentes

Deux publications récentes concernent directement la thématique des enquêtes et, d’une manière plus générale pour la première, les modalités du gouvernement dans l’Occident médiéval.
Il s’agit de :
– Jacques DALARUN, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. La question du service, au coeur de l’action politique est ici posée dans ses dimensions idéologiques et pratiques. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.

– Laure VERDON, La voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes, PUR, 2013
L’avarice et la tyrannie de la domination seigneuriale médiévale semblent avoir acquis valeur de fait historique. Mais qu’enont réellement pensé ceux qui les subissaient ? Comment ont-ils réagi, au quotidien, face aux manifestations d’un pouvoir que nous considérons aujourd’hui comme injuste et insupportable ? C’est en conservant présente à l’esprit cette interrogation,en adoptant une méthodologie qui emprunte aux sciences sociales, en partant « du bas » et non « du haut », que ces concepts sont ici revisités par le biais de sources qui donnent la parole aux dominés. L’ouvrage s’appuie sur une documentation de type inquisitoire, relative à des conflits de juridiction notamment ayant mis aux prises le comte de Provence, les seigneurs et les communautés entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, pour proposer une nouvelle lecture des rapports de domination mais également des structures qui définissent les communautés rurales et urbaines dans le contexte de la mise en place d’un pouvoir de type souverain par les Angevins en Provence.