2e journée d’études Gouvaren

Le 17 juin 2010 aura lieu la deuxième journée d’études de notre programme ANR Gouvaren

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Aix-en-Provence

Salle Paul-Albert Février

9h30-17h


Session du matin: 9h30-12h30


Anne MAILLOUX, LAMM – ANR GOUVAREN

Introduction


Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble


Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle


Session de l’après-midi: 14h – 17h


Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont


Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles


Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240


Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Programme en téléchargement

Memini, L’écrit et la ville

Le GREPSOMM, Groupe de REcherche sur les Pouvoirs et Sociétés dans l’Occident Médiéval et Moderne, a travaillé de 2006 à 2008 sur le thème de « L’écrit et la ville ». Deux tables-rondes se sont tenues à Montréal et à Québec portant respectivement sur les cartulaires et les registres de délibérations municipales. Le volume 12 de la revue Memini regroupe la plupart des interventions de ces journées.

Pour une « révision en profondeur des désignations »

L’ensemble des articles témoigne de la difficulté de définir les deux types de sources au coeur des travaux. Ce ne peut être fait, en tous les cas, en fonction des juridictions ayant produit les actes étudiés. Au sein des cartulaires, mais également parfois dans les registres de délibérations, se trouvent des actes reçus par la ville tout aussi bien que divers autres documents émanant des institutions municipales.
Ce n’est que par l’accumulation d’un grand nombre d’études de cas qu’il est possible de cerner au plus près les intentions des communautés médiévales et les processus d’élaboration de leurs écrits. Sur ce point, le volume de Memini constitue un matériel de réflexion et de travail majeur tant par les thématiques dégagées que par l’ampleur géographique étudiée puisque la quasi totalité de l’espace français est couverte par les divers articles.

Les cartulaires municipaux:

Une « cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter »

L’introduction de Kouky Fianu et de Michel Hébert insiste sur le fait que « le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur ».
Dans son article, Caroline Bourlet s’est attachée à recenser tous les cartulaires municipaux de la moitié nord de la France « incluant les régions du nord de la Loire et l’est de la Saône ». Travaillant à partir de la définition du « cartulaire » réactualisée par la Commission internationale de Diplomatique et la Commission internationale de Sigillographie, elle propose un recensement plus strict que ceux proposés précédemment (151 manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle, dont les deux tiers seraient d’origine municipale). L’article est richement illustré de graphiques et tableaux donnant une vision d’ensemble de la documentation sous de nombreux angles d’étude. Ce travail permet de mettre l’accent sur un grand nombre de divergences qui empêche de concevoir ces sources comme un corpus cohérent.
Ce caractère hétérogène est constaté tant entre les cartulaires entre eux, ce que remarque également Michel Hébert pour la Provence, qu’au sein même des cartulaires, ainsi que le montrent les contributions de Kouky Fianu sur Orléans et de Sébastien Drolet pour Abbeville. Ces travaux témoignent, s’il en était encore besoin, de l’importance de l’apport de la codicologie non seulement à l’étude générale des écrits des diverses juridictions médiévales mais également à la détermination des causes de leur rédaction et à la compréhension des enjeux de pouvoir.
Par exemple, le cartulaire d’Abbeville est composé à un moment où les privilèges de la commune étaient menacés par l’arrivée de nouvelles autorités. Sébastien Drolet met ainsi en évidence le parallèle entre les différentes vagues d’écriture et l’évolution de la conjoncture politique. De même, Sébastien Hamel montre que le cartulaire de Saint-Quentin est composé alors que les institutions municipales ont à faire face à des conflits de juridiction majeurs.
L’examen de ce dernier cartulaire révèle comme souvent la présence de quelques actes sur les infractions commises par les baillis. La prise en compte de cette source « municipale » est donc à n’en pas douter un complément précieux aux documents sollicités usuellement dans le cadre de l’étude sur l’administration des principautés territoriales et les moyens de gouvernement mis en oeuvre par les souverains (enquêtes etc…).
Afin d’affiner la définition du cartulaire municipal, retenons les propos de Sébastien Hamel qui assimile le livre rouge de Saint-Quentin à un « recueil de jurisprudence, dans son sens médiéval et coutumier d’accumulation de décisions (ou précédents), de motivations que les juges en donnent (…) et que les autorités municipales de Saint-Quentin considéreraient comme l’essentiel du droit de la ville, plus que la loi de la ville elle-même (c’est-à-dire sa charte de commune), parce qu’elle l’interprétait et l’appliquait dans des cas concrets ».

Les registres de délibérations

Une source « lissée au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir ».

Concernant la définition des registres de délibérations, il convient là encore de rester prudents. Comme le montrent les articles de Lynn Gaudreault et de Cynthia Law-Kam Cio pour la Provence ou l’article de Florent Garnier et Nathalie Preynat pour le Rouergue et l’Auvergne, le registre de délibérations – ou cartularium consilii que l’on trouve majoritairement dans le comté de Provence – ne contient pas toujours, voire pas du tout selon les lieux, le détail des débats des autorités municipales, pour se concentrer sur les ordonnances émanant du jus statuendi.
L’article de Lynn Gaudreault propose une réflexion intéressante sur la qualification de ces sources, rattachées à la notion d’ « écrit pragmatique », en partant d’une présentation de l’historiographie anglophone du concept de literacy. Sur ce point, l’auteur remet en cause la traduction de « scripturalité » proposée par Joseph Morsel. Comme pour les cartulaires, les premiers registres de délibérations conservés dans les villes provençales étudiées (Brignoles par Lynn Gaudreault et Barjols par Cynthia Law-Kam Cio) témoignent du lien ténu entre écrit et conjoncture politique.

Ce volume de Memini met en exergue le rôle identitaire ou mémoriel (en particulier par la sélection même des actes en amont de la rédaction) des deux sources étudiées. Kouky Fianu et Michel Hébert retiennent comme vecteurs identitaires forts les normes de présentation graphique, les choix stylistiques des scribes, ou encore les choix linguistiques, sujets abordés ou approfondis dans l’ensemble des contributions rassemblées.
Au-delà de l’approche du gouvernement médiéval qui nous occupe ici, et afin d’élargir la réflexion, terminons sur les mots de Kouky Fianu : « plutôt qu’une institution, les manuscrits laissent voir la variété de la production scripturale à la fin du Moyen Âge et contraint ainsi ceux qui s’y intéressent à examiner plus attentivement les producteurs d’écrits dans une perspective d’histoire sociale de l’écriture. À trop vouloir classer la documentation comme l’émanation d’une institution ou d’une autre (urbaine, monastique, municipale, etc.), ne risque-t-on pas d’occulter l’histoire culturelle qui a animé les villes de la fin du Moyen Âge?

La conscience archivistique de la cité

Conférence d’Attilio Bartoli Langeli

Université d’Avignon – 8 avril 2010

Le but de la conférence était de présenter un état récent des questionnements et travaux portant sur les documents produits et conservés par les communes médiévales de l’Italie septentrionale et centrale.

« Faire des documents »

Suivant la chronologie de la documentation, Attilio Bartoli Langeli a tout d’abord insisté sur « la primauté documentaire des institutions ecclésiastiques », pour ensuite décrire les mécanismes du passage de la cité épiscopale à la cité communale, porté par les notaires « formés à l’ombre de l’épiscopat »1.

Attilio Bartoli Langeli s’est attaché à la répartition des documents entre les « documents en séries » (brevia, etc…) et les « documents sur livre » qui ne sont pas authentiques2. Concernant les cartulaires conçus comme des « livres de documents », il convient de souligner l’importance des cartulaires épiscopaux italiens peu connus3.

Après avoir détaillé les natures des sources ecclésiastiques urbaines, Attilio Bartoli Langeli a poursuivi ce cheminement chronologique en s’intéressant aux cités communales, d’autant que dans les quelques cités possédant des cartulaires épiscopaux, on remarque une étroite correspondance avec les cartulaires municipaux.

Mais la cité ne se contente pas de reproduire les schémas documentaires ecclésiastiques. Les communes italiennes innovent avec la création de « registres de listes », tels qu’on en trouve à Bologne pour contrôler la citoyenneté4.

« Conserver les documents »

Attilio Bartoli Langeli a insisté sur le caractère secret de l’archive, définie comme « dépôt protégé et secret des munimina de l’institution ». Sur ce point, il a rappelé des éléments étymologiques, comme la définition de l’arca par Isidore de Séville ou celle de l’adjectif arcanus.

Les communes passent de la conservation des munimina à celle des instrumenta. On peut distinguer tout d’abord les chartes et les libri jurium5. Si la forme et la nature juridique (parchemin/livre et original/copie) diffèrent, il s’agit des mêmes types de documents, souvent des mêmes textes, la ville conservant l’original pour attester de ses droits mais ayant fait recopier les actes au sein d’un même registre par facilité de conservation et de consultation.

À côté de ces actes émanant de l’extérieur, la commune conserve l’archive publique, courante ou selon le terme des archivistes les « archives de sédimentation ». La majorité des sources du pouvoir communal est constituée de « registres originaux » englobant toute la documentation qui relève de l’activité quotidienne des offices (registres des reformationes, registres judiciaires et financiers). La cité use de divers moyens pour mettre en oeuvre la conservation de ses archives, comme à Bologne, où l’on trouve une camera actorum.

« De l’archive publique à la publicité de l’archive »: La mise en archive a un rôle majeur dans la nature même du document, elle lui donne toute sa valeur juridique « un document extrait des archives publiques est authentique ».

1 Voir en particulier les récents travaux de Gianmarco De Angelis sur les premières documentations communales lombardes et plus généralement sur les rapports entre la culture de l’écrit et les institutions urbaines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central. Thèse soutenue à l’Université de Turin sur le sujet Poteri cittadini e intellettuali di potere a Bergamo dall’età carolingia all’affermazione del comune. Scrittura, documentazione e iniziativa politica nei secoli IX-XII.

2 Cristina Carbonetti Venditelli, Documenti su libro. L’attività documentaria del comune di Viterbo nel Duecento, Roma 1996.

3 Le pergamene dell’Archivio della Prepositura di Trento (1154-1297), éd. Emanuele Curzel, Sonia Gentilini et Gian Maria Varanini, Bologne, 2004.

4 Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse documentarie e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista Storica Italiana, a. CVII (1996), pp. 149-229.

5 Voir le site scrineum et en particulier les travaux d’Antonella Rovere. Sur les libri jurium concernant l’espace français et provençal voir la note de lecture sur le volume de Memini L’écrit et la ville.

La photographie du professeur Attilio Bartoli Langeli provient du site de l’Université de Pérouse.