Coups d’état à la fin du Moyen Âge

Un ouvrage à relire…

Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale

François Foronda, Jean-Philippe Genet, José Manuel Nieto Soria (éd.)

Collection de la Casa de Velázquez no 91, Madrid, 2005

Forgé par Gabriel Naudé, au temps baroque d’une raison d’État triomphante, le concept de  » coup d’État  » peut-il s’appliquer à des âges antérieurs, en particulier à celui de la genèse médiévale de l’État moderne ? C’est à cette question d’histoire rétrospective qu’ont tenté de répondre les auteurs de cet ouvrage. Leurs réponses, qui dessinent un vaste panorama occidental et comparatiste – de l’Angleterre à la péninsule italienne et de la péninsule Ibérique à la Suède – tendent à démontrer que, bien avant de devenir un concept, le coup d’État a d’abord été une pratique généralisée. Car, quelle que soit la nature du régime politique en vigueur ici ou là, que le coup d’État vienne du dedans ou du dehors, qu’il soit perpétré par ceux qui ont le pouvoir ou par ceux qui le contestent et projettent de s’en emparer, il ramène aux fondements même d’une construction étatique en quête d’assurance et de réassurance. En d’autres termes, le coup d’État est comme une pratique constituante.

Table des matières

François Foronda
Avant-propos

Jean-Philippe Genet:
Le coup d’État, ou les légitimités contrairées

Patrick Boucheron:
Théories et pratiques du coup d’État dans l’Italie princière du Quattrocento

Corinne Péneau:
Separare regem a regimine regni.  » Coups d’État  » et expression de la loi dans la Suède des XIVe et XVe siècles

José Manuel Nieto Soria:
Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval

Remedios Morán Martín:
Alteza… merçenario soys. Intentos de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla

John Watts:
Usurpation in England. A Paradox of State-Growth

Mélanie Pierrard:
D’une proposition à l’autre. La vision des changements dynastiques dans les Bruts et les Chroniques de Londres en Angleterre aux XIVe et XVe siècles

Jean-Marie Moeglin:
Chute et mort d’Adolf de Nassau (1298). Stratégies et scénarios pour un coup d’État

Yann Potin:
Le coup d’État  » révélé  » ? Régence et trésors du roi (septembre-novembre 1380)

François Foronda:
S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare

Ana Isabel Carrasco Manchado:
La toma del poder de Isabel I de Castilla. Golpe a la legitimidad de Enrique IV

Pau Cateura Bennàsser:
Los conceptos de orden y desorden político en la historiografía balear

María Asenjo González:
Ciudades y poder regio en la Castilla Trastámara (1400-1450)

Eloísa Ramírez Vaquero:
Un golpe revolucionario en Navarra: 13 de marzo de 1328

Armand Jamme:
Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand schisme d’Occident

Flocel Sabaté i Curull:
El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura

Gilles Lecuppre:
De l’essence du coup d’État à sa nécessité. L’imposture, entre fausse légitimité et complot véritable

María Concepción Quintanilla Raso:
Discurso aristocrático, resistencia y conflictividad en el siglo XV castellano

Juan Manuel Carretero Zamora:
Crisis sucesoria y problemas en el ejercicio del poder en Castilla (1504-1518)

Miguel Ángel Ladero Quesada:
¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media? Fundamentos del poder político en la Europa occidental

Claude Gauvard:
Le coup d’État, de l’émotion à la sujetion

Extraits sur le site de la Casa de Velazquez

 

 

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda