Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

L’ordo

Symposium de la société internationale des médiévistes

30 juin-2 juillet 2011

Dans le cadre de nos problématiques, nous retiendrons en particulier des présentations des sessions sur l’ordre féodal, sur les documents comptables et sur le désordre.

Session 2 L’ordre féodal / Feudal Order

Chair Joseph Morsel (to be confirmed)

  • Tomislav Vignjević. Triplex status mundi: The Depictions of the Three Orders of Society
  • Didier Panfili. L’ordre grégorien vu depuis Sainte-Foy de Conques
  • Victoria Turner. Divining differences: Saracens and Social Order in Gautier de Coinci’s Miracles de Nostre Dame

Session 8 Comptabilité / Ordering and Accounting

Chair Olivier Mattéoni (to be confirmed)

  • Aude Wirth-Jaillard. Ordonner, ranger, classer dans les documents comptables médiévaux
  • Mélanie Dubois-Morestin. Gérer, classer, ranger : ordo domestique et écrit pratique à travers les archives privées d’un artisan avignonnais du XIVe siècle, Jean Teisseire.

Session 9 Désordre / Disorder

Chair Jean-Philippe Genet

  • Justine Firnhaber-Baker. Competing Definitions of Order in the Jacquerie of 1358

Programme complet sur Calenda

Les justices seigneuriales

Deux parutions récentes témoignent de l’intérêt des chercheurs pour les justices seigneuriales :

  • Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472)

Adrien Dubois

« Longtemps déconsidérées, les justices seigneuriales se voient depuis quelques années réhabilitées par des historiens confrontés à la complexité des sources qu’elles ont produites. La présente édition, consacrée à un registre de la haute justice d’Elbeuf, entend faciliter l’approche d’un document utile à l’histoire de la justice bien sûr, mais aussi à celle de l’économie et des mentalités. Les règlements de conflits comme les actes de juridiction gracieuse révèlent en effet certains aspects de la vie quotidienne de justiciables que leur conception de l’honneur et la gestion de leurs biens amènent régulièrement devant le vicomte. L’action de ce dernier apparaît en filigrane : soucieux qu’il est de faire respecter l’institution judiciaire comme de favoriser l’apaisement, il se fait tantôt juge, tantôt conciliateur…

L’arbitrage est en effet omniprésent dans cette société dont les réseaux familiaux, professionnels, amicaux ou encore de voisinage sont sans cesse ravivés par la nécessité de l’entraide. Les préoccupations matérielles et relationnelles se mêlent ainsi étroitement lors des inventaires après décès, lors des élections de tuteurs d’enfants mineurs ou encore lors de l’accès à la maîtrise d’un apprenti… et les règlements de conflits révèlent souvent eux-aussi l’étroitesse de la frontière entre concorde et discorde et les nombreux passages d’un type de relation à l’autre.

Une présentation du manuscrit et de son contexte de production, de même qu’un index des noms propres accompagné d’un index-glossaire des noms communs, permettent de se repérer plus facilement dans le fourmillement d’informations offertes par ce document précieux. »

Publications du CRAHM

  • Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge

Isabelle Mathieu

Quatrième de couverture:

« La présente étude s’attache à décrypter l’organisation et le fonctionnement de juridictions situées au premier niveau de l’appareil judiciaire. Longtemps dépeintes comme inefficaces, incompétentes, partiales et même âpres au gain, les justices seigneuriales font l’objet, depuis plusieurs années déjà, d’une révision historiographique qui montre au contraire qu’elles peuvent être pleinement parties prenantes des régulations sociales, attachées davantage à réconcilier qu’à sanctionner les plaideurs. Fondée sur le dépouillement exhaustif d’archives de la pratique judiciaire, l’étude tente une approche à la fois quantitative et qualitative des registres audienciers d’affaires judiciaires et d’amendes, tout en faisant une large place au droit coutumier en vigueur dans ces deux provinces du royaume de France. Cette recherche examine ainsi la manière dont l’audience s’organise, le personnel qu’elle mobilise, mais également l’activité quotidienne des tribunaux seigneuriaux à travers la procédure suivie, le type d’affaires jugées et les condamnations prononcées; le tout en essayant de dégager les « modèles » susceptibles d’avoir influencé la conduite de l’exercice judiciaire dans cette région et à ce niveau institutionnel. Au-delà de ces aspects strictement juridique et judiciaire, ce travail tente enfin d’appréhender le profil des plaideurs, la manière dont ils usent de la justice, et plus largement la place et le rôle assignés à cette dernière vis-à-vis des justiciables et de l’autorité seigneuriale. »

Sommaire et introduction sur le site des Presses Universitaires de Rennes

Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque

Chartae Burgundiae Medii Aevi

Des milliers de documents et des centaines de cartulaires sont conservés et constituent le patrimoine écrit de la Bourgogne médiévale. Le programme CBMA met à disposition et soutient l’étude de ce fonds documentaire extraordinairement riche.

Publications proches des centres d’intérêt de Gouvaren :

Lien vers le blog Laetus diaconus

En savoir plus sur le programme

Les cartulaires des rois de Navarre

Actualités du programme

Les cartulaires des rois de Navarre


À l’initiative de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et de l’université publique de Navarre, un  programme de recherche financé par les Fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général  des  Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire des rois de Navarre à la fin du Moyen Âge,  lorsque des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont  devenus par le jeu des héritages et des mariages rois de ce petit royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par Veronique Lamazou-Duplan (UPPA) et par Eloisa Ramirez  Vaquero (UPNA), livrera ses premiers résultats sous trois formes :
– l’étude et l’édition des cartulaires des rois de Navarre :
– deux journées d’études : à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour le 4 novembre 2010 (programme et informations) et à  l’Université publique de Navarra, début 2011
– une exposition (du 15 septembre 2010 au 10 novembre 2010) destinée au grand public et aux scolaires  est organisée à Pau, avec la collaboration des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de  l’Archivo Real y General de Navarra qui présente une trentaine de précieux documents médiévaux  conservés dans les deux services d’archives et qui sont rarement exposés.
Contacts : Véronique Lamazou-Duplan (veronique.lamazou@univ-pau.fr)

2e journée d’études Gouvaren

Le 17 juin 2010 aura lieu la deuxième journée d’études de notre programme ANR Gouvaren

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Aix-en-Provence

Salle Paul-Albert Février

9h30-17h


Session du matin: 9h30-12h30


Anne MAILLOUX, LAMM – ANR GOUVAREN

Introduction


Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble


Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle


Session de l’après-midi: 14h – 17h


Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont


Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles


Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240


Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Programme en téléchargement

La conscience archivistique de la cité

Conférence d’Attilio Bartoli Langeli

Université d’Avignon – 8 avril 2010

Le but de la conférence était de présenter un état récent des questionnements et travaux portant sur les documents produits et conservés par les communes médiévales de l’Italie septentrionale et centrale.

« Faire des documents »

Suivant la chronologie de la documentation, Attilio Bartoli Langeli a tout d’abord insisté sur « la primauté documentaire des institutions ecclésiastiques », pour ensuite décrire les mécanismes du passage de la cité épiscopale à la cité communale, porté par les notaires « formés à l’ombre de l’épiscopat »1.

Attilio Bartoli Langeli s’est attaché à la répartition des documents entre les « documents en séries » (brevia, etc…) et les « documents sur livre » qui ne sont pas authentiques2. Concernant les cartulaires conçus comme des « livres de documents », il convient de souligner l’importance des cartulaires épiscopaux italiens peu connus3.

Après avoir détaillé les natures des sources ecclésiastiques urbaines, Attilio Bartoli Langeli a poursuivi ce cheminement chronologique en s’intéressant aux cités communales, d’autant que dans les quelques cités possédant des cartulaires épiscopaux, on remarque une étroite correspondance avec les cartulaires municipaux.

Mais la cité ne se contente pas de reproduire les schémas documentaires ecclésiastiques. Les communes italiennes innovent avec la création de « registres de listes », tels qu’on en trouve à Bologne pour contrôler la citoyenneté4.

« Conserver les documents »

Attilio Bartoli Langeli a insisté sur le caractère secret de l’archive, définie comme « dépôt protégé et secret des munimina de l’institution ». Sur ce point, il a rappelé des éléments étymologiques, comme la définition de l’arca par Isidore de Séville ou celle de l’adjectif arcanus.

Les communes passent de la conservation des munimina à celle des instrumenta. On peut distinguer tout d’abord les chartes et les libri jurium5. Si la forme et la nature juridique (parchemin/livre et original/copie) diffèrent, il s’agit des mêmes types de documents, souvent des mêmes textes, la ville conservant l’original pour attester de ses droits mais ayant fait recopier les actes au sein d’un même registre par facilité de conservation et de consultation.

À côté de ces actes émanant de l’extérieur, la commune conserve l’archive publique, courante ou selon le terme des archivistes les « archives de sédimentation ». La majorité des sources du pouvoir communal est constituée de « registres originaux » englobant toute la documentation qui relève de l’activité quotidienne des offices (registres des reformationes, registres judiciaires et financiers). La cité use de divers moyens pour mettre en oeuvre la conservation de ses archives, comme à Bologne, où l’on trouve une camera actorum.

« De l’archive publique à la publicité de l’archive »: La mise en archive a un rôle majeur dans la nature même du document, elle lui donne toute sa valeur juridique « un document extrait des archives publiques est authentique ».

1 Voir en particulier les récents travaux de Gianmarco De Angelis sur les premières documentations communales lombardes et plus généralement sur les rapports entre la culture de l’écrit et les institutions urbaines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central. Thèse soutenue à l’Université de Turin sur le sujet Poteri cittadini e intellettuali di potere a Bergamo dall’età carolingia all’affermazione del comune. Scrittura, documentazione e iniziativa politica nei secoli IX-XII.

2 Cristina Carbonetti Venditelli, Documenti su libro. L’attività documentaria del comune di Viterbo nel Duecento, Roma 1996.

3 Le pergamene dell’Archivio della Prepositura di Trento (1154-1297), éd. Emanuele Curzel, Sonia Gentilini et Gian Maria Varanini, Bologne, 2004.

4 Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse documentarie e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista Storica Italiana, a. CVII (1996), pp. 149-229.

5 Voir le site scrineum et en particulier les travaux d’Antonella Rovere. Sur les libri jurium concernant l’espace français et provençal voir la note de lecture sur le volume de Memini L’écrit et la ville.

La photographie du professeur Attilio Bartoli Langeli provient du site de l’Université de Pérouse.