Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

Acteurs de l’écriture à Paris

Le vendredi 27 mai 2011, de 14h30 à 17h30, le séminaire du LAMOP et de l’IRHT a pour thème :

Acteurs de l’écriture à Paris au Moyen Âge : scribes, clercs, greffiers, notaires, écrivains, etc…

Lamop logo

« La connaissance de la place de l’écrit dans la société médiévale a connu récemment de profonds renouvellements. Ce séminaire croisera l’approche des pratiques et des techniques, caractéristique de ce champ d’étude, et l’approche sociale des hommes et des femmes qui écrivaient ou qui avaient recours à l’écrit pour tenter une histoire sociale de ceux qui ont écrit à Paris au Moyen Age : professionnels de l’écriture ou tous ceux qui, en capacité de prendre la plume, l’ont prise dans le cadre de leur activité, pour transmettre un savoir, pour garder une mémoire ou pour un usage restreint et plus domestique. Ceci implique de cerner et de suivre dans le temps leurs profils, leurs parcours, leurs places institutionnelles, leurs méthodes de travail, les rapports sociaux (en particulier hiérarchiques) qui entourent leur activité d’écriture, comme leur statut dans la société parisienne. »

Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

L’écriture des juristes à l’époque moderne

L’Écriture des juristes. XVIe-XVIIIe siècle,

Laurence Giavarini (dir.), série Perspectives humanistes, n°2, dirigée par Stéphan Geonget et Emmanuel Naya.     

« Ce livre s’intéresse au pouvoir propre de la «mise en écrit» dans la constitution du droit, ainsi  qu’à la place des formes d’écriture diverses dans les pratiques sociales des juristes de l’époque  moderne. Il fallait réunir les travaux d’historiens du droit, d’historiens de l’Ancien Régime, de  philosophes, de littéraires pour envisager tous les aspects de la question de l’écriture des  juristes  – qui inclut, sans s’y réduire, le problème de l’écriture du droit. »

Le cartulaire dit de Charles II de Navarre

Véronique Lamazou-Duplan (dir ), Anne Goule , Philippe  Charon, série  Codices  y  Carularios, Pampelune, 2010.

« À l’initiative des universités de Pau (UPPA – laboratoire ITEM (EA 3002) et de Pampelune (UPNA), un programme de recherche financé par les fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire du pouvoir des rois de Navarre  à travers une série exceptionnelle de cartulaires royaux navarrais conservés de part et d’autre des Pyrénées, lorsqu’à la fin du Moyen-Âge des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont devenus par le jeu d’héritages et des mariages rois de ce royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par V. Lamazou-Duplan (UPPA) et par E. Ramirez Vaquero (UPNA), livre ici ses premiers résultats en éditant ce cartulaire méconnu conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Ce registre de papier rassemble 132 actes datés entre 1297 et 1372, pour certains vidimant des actes plus anciens (l’acte le plus ancien est le vidimus de la fondation de la collégiale de Mortain en Normandie, en 1084). Ce cartulaire dit de Charles II de Navarre (1349-1387) lui est dédié environ pour la moitié des actes mais dépasse aussi sa trajectoire politique exceptionnelle puisque l’autre moitié des actes copiés est consacrée plus largement au lignage, terres et droits des Évreux-Navarre.

Les parties liminaires et l’étude de ce registre, ainsi que chaque analyse et tradition des actes, sont présentées en français et en espagnol.

Cette édition ouvre la nouvelle série Codices y Cartularios de la collection Corpus Documental »

Page de l’éditeur

Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

De l’usage de la formule

Le GRENDEL (Groupe de Recherche et d’Etude sur la Diachronie et sur l’Emergence de la Littérature anglaise) organise un colloque international sur « La Formule au Moyen Âge » à Nancy-Université les 5 et 6 novembre 2010. La vocation de cette rencontre est avant tout d’étudier l’omniprésence de la formule dans les textes littéraires, mais certaines interventions se rapportent au politique.

Vendredi 5 novembre 2010
10h00-12h00
Atelier 2 : Histoire politique
10h00-10h30 Julian Führer (Universität Zürich), « Les citations bibliques dans les actes de souverains entre rituel et expression individuelle »
10h30-11h00 Justine Firnhaber-Baker (All Souls College, Oxford University), « Formulating Opposition to Seigneurial War in the Parlement de Paris (c. 1330-1364) »
11h00-11h30 David Dominé-Cohn (EHESS), « Formuler le pouvoir ducal en Bretagne au XIVe siècle, entre France et Angleterre »
11h30-12h00 Rosa Benoit-Meggenis (Université Lyon 2), « Le salut de l’empereur et de l’empire : la rhétorique impériale byzantine autour du devoir de prière des moines. »

Les cartulaires de Lorraine

La MSH Lorraine héberge le vendredi 8 octobre une journée d’études du centre de médiévistique Jean Schneider :

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVI e siècles )

Programme :
9h45 : Accueil
10h00 : Cédric Giraud (Université Nancy 2), Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) et Benoît-Michel Tock (Université de
Strasbourg) : accueil et présentation de la journée.
10h15 : Katharina Gross (Université de la Sarre, Sarrebruck) : La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens.
10h45 : Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) : La transcription des actes dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Mihiel (XIIe
siècle).

11h15 : questions et débat.
11h30 : Jean-Pol Evrard (docteur en histoire) : Le cartulaire de l’abbaye Saint-Paul de Verdun (XIIIe siècle).
12h00 : Michel Parisse (Université Paris I-Sorbonne) : Le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Beaupré.
12h30 : questions et débat.
13h00 : déjeuner.
14h15 : Dumitru Chihaï et Marius Beely (Université de Zürich) : Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle.
14h45 : Léonard Dauphant (Université Paris IV) : Copie et conservation des archives dans les Trésors des Chartes des États lorrains, de
René d’Anjou à René II.
15h15 : questions et débat.
15h30 : Hélène Schneider (Université Nancy 2) : L’enregistrement des actes sous René II, duc de Lorraine.
16h00 : Jean-Christophe Blanchard (Université Nancy 2) : Le cartulaire de la terre et seigneurie de Germiny (Meurthe-et-Moselle, ar.
Toul, c. Colombey-les-Belles) rédigé pour Nicolas de Lutzelbourg en 1540.
16h30 : questions et débat.

Les pratiques de l’écrit

Note de lecture sur le numéro 56 de Médiévales consacré aux pratiques de l’écrit

Résumés des articles

Aux articles d’Alice Rio et de François Bougard couvrant la période VIe-Xe siècle succèdent les articles de Paul Bertrand et de Laurent Morelle centrés sur les changements intervenus à partir du XIe siècle1.

Laurent Morelle articule son propos autour de la « mutation documentaire » du milieu du XIe siècle. La production diplomatique de cette période est notamment caractérisée par des continuations et « la nouvelle écriture d’actes existants ». L’auteur détaille ainsi des cas d’ajouts sur les chartes qui ouvrent de multiples questions comme l’anticipation des écrits et leur valeur juridique. Il émet l’hypothèse que ces compléments soient le résultat de négociations postérieures à la rédaction de la charte originelle. Ainsi, les divers éléments de corroboration ne déterminent pas le caractère achevé d’un acte. Confronter l’acte à ses évolutions et remaniements lui permet de conclure que la distinction entre original et copie n’a pas forcément de sens pour certains actes de la période étudiée.

Paul Bertrand, quant à lui, remet en question les cadres chronologiques. Il s’interroge, tout d’abord, sur la réalité d’une révolution de l’écrit aux XIIe et XIIIe siècles. Sans nier l’état des sources, il atténue le phénomène d’essor de la production en prenant en compte le souci de la conservation, qui n’était pas, selon lui, une priorité avant le XIIe siècle. De même, à l’influence d’une « anarchie politique » sur la faiblesse documentaire des Xe-XIe siècles, il oppose « une transformation de l’écrit », alors moins considéré.

Par leurs buts, les deux articles sont complémentaires. Laurent Morelle centre son travail sur « l’instrumentation des actions juridiques » et sur « l’économie de l’écrit ». Il ne dresse pas un état des lieux bibliographique et préfère mettre « en résonance des observations nées de l’analyse de dossiers ouverts sans protocole particulier ». Ces dossiers émanent du monde monastique. Mais, qu’il s’agisse d’institutions princières ou monastiques, les problématiques liées à l’écrit sont les mêmes, comme en témoigne notamment le programme de notre deuxième journée d’étude. Laurent Morelle écrit à ce propos que « dans les monastères, l’écrit diplomatique (…) est aussi le signe tangible d’une bonne administration, l’outil d’une restauration patrimoniale ».

Se plaçant dans la lignée des problématiques soulevées par Michael Clanchy, Paul Bertrand nous soumet un « questionnaire raisonné, afin de faciliter l’accès des chercheurs à certains grands résultats des spécialistes de l’histoire documentaire ». Résolument polémique et épistémologique, son article remet en cause les préoccupations actuelles des médiévistes, le thème du « pourquoi écrire » monopolisant, selon lui, la communauté scientifique. De même, il souligne l’intérêt d’approfondir les liens entre « mémoire, oralité, écriture et autres « langages » comme les signes, les images… ». Il nous invite ainsi à nuancer l’évidence du « manichéisme oral-écrit », qui fait généralement ressortir l’écrit comme « grand gagnant ». Dans une démarche toute autre, Laurent Morelle tend à mettre entre parenthèse la force probatoire de l’oral et de la mémoire des témoins, à partir d’une réflexion sur l’emploi de sine scripto, scriptum ayant alors le sens d’écrit en forme.

Les articles de Laurent Morelle et Paul Bertrand permettent de faire le point sur les principales réflexions autour de l’écrit entre Xe et XIIIe siècle. En effet, bien que l’article de Laurent Morelle se concentre sur le seul XIe siècle et sur les écrits diplomatiques monastiques, les documents et problématiques abordés convergent :

– L’apparition au XIe siècle et surtout aux XIIe-XIIIe siècles du chirographe est considérée comme le signe d’une stabilisation de l’écriture diplomatique (LM). Il dépasse le cadre mémoriel de l’écrit pour « prévenir tout conflit » (PB).

– Pour les deux auteurs, la pancarte pose plusieurs problèmes typologiques ; elle « perturbe les catégories documentaires traditionnelles » (LM). Chez Paul Bertrand, les pancartes, « vastes récapitulatifs (…) d’actions juridiques touchant à des biens possédés par une institution », sont abordées sous l’angle de la relation oral-écrit : « il s’agit de se souvenir de la transaction et des personnes qui y avaient assisté ». Laurent Morelle s’intéresse davantage à leur forme, entre actes continués et cartulaires, certaines pancartes étant de « véritables cartulaires « en placard » ».

– C’est surtout le cartulaire qui est « au cœur des débats » (LM). Tandis que Laurent Morelle se concentre sur les aspects mémoriels, Paul Bertrand insiste sur « la facilitation de la gestion ». L’auteur appelle ainsi au développement des études mettant en parallèle cartulaires et premiers documents de gestion. Dressant un bilan historiographique, Laurent Morelle note que « deux aspects du cartulaire semblent aujourd’hui attirer de nouveau les spécialistes : sa nature d’écrit-collection », (…) sa nature de « copie » ». Il invite ainsi à la prudence en distinguant « mise en codex et mise en cartulaire ». Enfin, il propose une lecture rétroactive. L’acte n’est plus cantonné à son rôle d’élément constitutif du cartulaire, ce dernier ayant une influence sur la rédaction des actes : « anticipant leur cartularisation, les actes se feraient plus explicites » .

Le numéro s’achève sur un entretien avec Roger Chartier: Voir ses cours sur le site du Collège de France.

1L. Morelle « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle ». P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles ».

Les publications de l’EFR en ligne

De nombreuses publications de l’Ecole Française de Rome sont accessibles en ligne.

Les 200 premiers titres de la « Collection de l École française de Rome » et tous les tomes des Mélanges de l’École française de Rome précédents à l’année 2000 sont disponibles à partir de Persée.

Les ouvrages et les périodiques publiés depuis l’année 2000 sont consultables sur le site Casalini digital division.

Voir les précisions sur les modalités de consultation et de téléchargement.

Chartae Burgundiae Medii Aevi

Des milliers de documents et des centaines de cartulaires sont conservés et constituent le patrimoine écrit de la Bourgogne médiévale. Le programme CBMA met à disposition et soutient l’étude de ce fonds documentaire extraordinairement riche.

Publications proches des centres d’intérêt de Gouvaren :

Lien vers le blog Laetus diaconus

En savoir plus sur le programme

Les cartulaires des rois de Navarre

Actualités du programme

Les cartulaires des rois de Navarre


À l’initiative de l’université de Pau et des Pays de l’Adour et de l’université publique de Navarre, un  programme de recherche financé par les Fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général  des  Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire des rois de Navarre à la fin du Moyen Âge,  lorsque des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont  devenus par le jeu des héritages et des mariages rois de ce petit royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par Veronique Lamazou-Duplan (UPPA) et par Eloisa Ramirez  Vaquero (UPNA), livrera ses premiers résultats sous trois formes :
– l’étude et l’édition des cartulaires des rois de Navarre :
– deux journées d’études : à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour le 4 novembre 2010 (programme et informations) et à  l’Université publique de Navarra, début 2011
– une exposition (du 15 septembre 2010 au 10 novembre 2010) destinée au grand public et aux scolaires  est organisée à Pau, avec la collaboration des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de  l’Archivo Real y General de Navarra qui présente une trentaine de précieux documents médiévaux  conservés dans les deux services d’archives et qui sont rarement exposés.
Contacts : Véronique Lamazou-Duplan (veronique.lamazou@univ-pau.fr)