Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

La littérature politique

Au-delà des miroirs :

la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Metz, 15 et 16 septembre 2011
Université Paul Verlaine-Metz, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle du Conseil (D206)

Colloque organisé par Frédérique LACHAUD, Université Paul Verlaine-Metz (CRULH) et Lydwine SCORDIA, Université de Rouen (GRHis).

Programme en téléchargement

Sentences et décisions judiciaires

du Moyen Âge à nos jours

enjeux de société, enjeux politiques, enjeux économiques

(histoire, histoire du droit, sociologie)

Colloque du 6 au 8 octobre 2011 à Dijon, Université de Bourgogne, amphithéâtre Mathiez.
Programme et informations sur calenda ou sur le site de l’Université de Bourgogne.

Concernant le domaine judiciaire voir également l’ouvrage récemment paru Valeurs et justice, écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle. L’introduction et la table des matières sont consultables sur le sites des Presses Universitaires de Rennes.

Légitimation et lignage en péninsule Ibérique au Moyen Âge

E-Spania

revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales

Georges Martin, José Carlos Ribeiro Miranda dir.

Numéro 11, juin 2011

Sommaire

Georges MARTIN et José Carlos Ribeiro MIRANDA
Avant-propos

José MATTOSO
Introdução: Legitimação e linhagem

Francisco BAUTISTA
Cardeña, Pedro de Barcelos y la Genealogía del Cid

Arsenio DACOSTA
Memoria linajística, legitimación dinástica y justificación personal en el Libro del linaje de los señores de Ayala y sus continuaciones

Mª do Rosário FERREIRA
A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens

Maria Joana GOMES
Para além da linhagem. Poder e sucessão régia no feminino

Sara GONZALEZ
Los linajes paralelos: legitimación de la milicia funcionarial en las crónicas nobiliarias castellanas del siglo XV

Carlos HEUSCH
La pluma al servicio del linaje. El desarrollo de los nobiliarios en la Castilla trastámara

Ana Sofia LARANJINHA
Linhagens arturianas na Península Ibérica: o tempo das origens

Georges MARTIN
Linaje y legitimidad en la historiografía regia hispana de los siglos IX al XIII

José Carlos Ribeiro MIRANDA
O argumento da linhagem na literatura ibérica do séc. XIII

David NOGALES RINCÓN
Cultura visual y genealogía en la corte regia de Castilla durante la segunda mitad del siglo XV

José Augusto de SOTTOMAYOR-PIZARRO
Linhagem e estruturas de parentesco. Algumas reflexões

António RESENDE DE OLIVEIRA
O genealogista e as suas linhagens: D. Pedro, Conde de Barcelos

Varia

Fernando ARIAS GUILLÉN
La imagen del monarca en el siglo XIV. Alfonso XI frente a Eduardo III

Vicent Josep ESCARTÍ
Conexiones e interferencias en la literatura valenciana del siglo XV

Estelle MAINTIER-VERMOREL
« De feminis decimus mentionem ». Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes

Articles en ligne sur le site de la revue

Coups d’état à la fin du Moyen Âge

Un ouvrage à relire…

Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale

François Foronda, Jean-Philippe Genet, José Manuel Nieto Soria (éd.)

Collection de la Casa de Velázquez no 91, Madrid, 2005

Forgé par Gabriel Naudé, au temps baroque d’une raison d’État triomphante, le concept de  » coup d’État  » peut-il s’appliquer à des âges antérieurs, en particulier à celui de la genèse médiévale de l’État moderne ? C’est à cette question d’histoire rétrospective qu’ont tenté de répondre les auteurs de cet ouvrage. Leurs réponses, qui dessinent un vaste panorama occidental et comparatiste – de l’Angleterre à la péninsule italienne et de la péninsule Ibérique à la Suède – tendent à démontrer que, bien avant de devenir un concept, le coup d’État a d’abord été une pratique généralisée. Car, quelle que soit la nature du régime politique en vigueur ici ou là, que le coup d’État vienne du dedans ou du dehors, qu’il soit perpétré par ceux qui ont le pouvoir ou par ceux qui le contestent et projettent de s’en emparer, il ramène aux fondements même d’une construction étatique en quête d’assurance et de réassurance. En d’autres termes, le coup d’État est comme une pratique constituante.

Table des matières

François Foronda
Avant-propos

Jean-Philippe Genet:
Le coup d’État, ou les légitimités contrairées

Patrick Boucheron:
Théories et pratiques du coup d’État dans l’Italie princière du Quattrocento

Corinne Péneau:
Separare regem a regimine regni.  » Coups d’État  » et expression de la loi dans la Suède des XIVe et XVe siècles

José Manuel Nieto Soria:
Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval

Remedios Morán Martín:
Alteza… merçenario soys. Intentos de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla

John Watts:
Usurpation in England. A Paradox of State-Growth

Mélanie Pierrard:
D’une proposition à l’autre. La vision des changements dynastiques dans les Bruts et les Chroniques de Londres en Angleterre aux XIVe et XVe siècles

Jean-Marie Moeglin:
Chute et mort d’Adolf de Nassau (1298). Stratégies et scénarios pour un coup d’État

Yann Potin:
Le coup d’État  » révélé  » ? Régence et trésors du roi (septembre-novembre 1380)

François Foronda:
S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare

Ana Isabel Carrasco Manchado:
La toma del poder de Isabel I de Castilla. Golpe a la legitimidad de Enrique IV

Pau Cateura Bennàsser:
Los conceptos de orden y desorden político en la historiografía balear

María Asenjo González:
Ciudades y poder regio en la Castilla Trastámara (1400-1450)

Eloísa Ramírez Vaquero:
Un golpe revolucionario en Navarra: 13 de marzo de 1328

Armand Jamme:
Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand schisme d’Occident

Flocel Sabaté i Curull:
El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura

Gilles Lecuppre:
De l’essence du coup d’État à sa nécessité. L’imposture, entre fausse légitimité et complot véritable

María Concepción Quintanilla Raso:
Discurso aristocrático, resistencia y conflictividad en el siglo XV castellano

Juan Manuel Carretero Zamora:
Crisis sucesoria y problemas en el ejercicio del poder en Castilla (1504-1518)

Miguel Ángel Ladero Quesada:
¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media? Fundamentos del poder político en la Europa occidental

Claude Gauvard:
Le coup d’État, de l’émotion à la sujetion

Extraits sur le site de la Casa de Velazquez

 

 

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda

Le cartulaire dit de Charles II de Navarre

Véronique Lamazou-Duplan (dir ), Anne Goule , Philippe  Charon, série  Codices  y  Carularios, Pampelune, 2010.

« À l’initiative des universités de Pau (UPPA – laboratoire ITEM (EA 3002) et de Pampelune (UPNA), un programme de recherche financé par les fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire du pouvoir des rois de Navarre  à travers une série exceptionnelle de cartulaires royaux navarrais conservés de part et d’autre des Pyrénées, lorsqu’à la fin du Moyen-Âge des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont devenus par le jeu d’héritages et des mariages rois de ce royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par V. Lamazou-Duplan (UPPA) et par E. Ramirez Vaquero (UPNA), livre ici ses premiers résultats en éditant ce cartulaire méconnu conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Ce registre de papier rassemble 132 actes datés entre 1297 et 1372, pour certains vidimant des actes plus anciens (l’acte le plus ancien est le vidimus de la fondation de la collégiale de Mortain en Normandie, en 1084). Ce cartulaire dit de Charles II de Navarre (1349-1387) lui est dédié environ pour la moitié des actes mais dépasse aussi sa trajectoire politique exceptionnelle puisque l’autre moitié des actes copiés est consacrée plus largement au lignage, terres et droits des Évreux-Navarre.

Les parties liminaires et l’étude de ce registre, ainsi que chaque analyse et tradition des actes, sont présentées en français et en espagnol.

Cette édition ouvre la nouvelle série Codices y Cartularios de la collection Corpus Documental »

Page de l’éditeur

Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Colloque du 13 au 15 décembre 2010

« À l’exception de quelques publications récentes portant principalement sur l’Angleterre, la France ou l’Italie (Judith FERSTER, Fictions of advice, 1996 ; Carla CASAGRANDE et al., Consilium, teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, 2004), les recherches sur le conseil sont à ce jour peu nombreuses. Elles sont pratiquement inexistantes dans le domaine des études hispaniques médiévales. Cette rencontre sera donc l’occasion de lancer une réflexion interdisciplinaire sur la pratique du conseil en péninsule ibérique au Moyen Âge et d’étudier le roôle du conseiller dans les sphères du pouvoir : cour royale ou seigneuriale, gouvernement municipal, espace judiciaire.

Il s’agira notamment de déterminer les qualités normatives du bon conseiller, d’identifier et d’analyser les documents et les textes qui définissent son rôle et de montrer comment, dans quelles circonstances et sous quelles formes le conseiller remplit sa fonction. Ces éléments de réflexion devraient nous permettre de déterminer, d’une part, la place et l’importance des conseillers dans le gouvernement et d’éclairer, d’autre part, les réseaux de pouvoir qu’ils peuvent eux-mêmes constituer. Nous tenterons d’établir une typologie des conseillers et de leurs pratiques ainsi qu’une rhétorique du conseil. Dans le droit fil de la réflexion menée depuis plusieurs années par le SEMH-Sorbonne, le GDR SIREM et aujourd’hui le GDRE AILP sur l’histoire des femmes en péninsule ibérique, une attention particulière sera prêtée aux conseillères.

La réalité et l’imaginaire du conseil seront abordés selon les axes suivants : typologie des conseillers et de leurs vertus, évaluation des témoignages documentaires et littéraires décrivant leur rôle, pratiques et rhétorique du conseil, institutions et contextes dans lesquels il se pratique.

Neuf chercheurs espagnols, portugais et suisses venus d’horizons disciplinaires divers et représentant sept organismes ont décidé de rejoindre treize chercheurs français relevant eux-mêmes de disciplines diverses et représentant dix organismes afin de confronter leurs analyses dans l’intention de mieux cerner la place et le rôle de ceux et de celles qui exercèrent leur influence sur les détenteurs du pouvoir et de définir les constantes et les évolutions de leur pratique. »

Programme

Informations sur calenda

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

Mélanges de la Casa de Velázquez

Nos recherches étant très ancrées dans le monde méditerranéen, nous sommes heureux de la mise en ligne des Mélanges de la Casa de Velázquez, revue de l’École des hautes études hispaniques et ibériques.

Si ce site permet la consultation d’articles récents, précisons que l’ancienne série des Mélanges de la Casa de Velázquez (du numéro 1 au 32) est consultable sur Persée.

Quand gouverner, c’est enquêter

Les actes du colloque d’ouverture de Gouvaren viennent de paraître !

Thierry Pécout  (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, XIIIe-XIVe siècles, Actes du colloque international, De Boccard, Paris, 2010, 627 pages.

Sommaire

L’ENQUÊTE DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

Amélia AGUIAR ANDRADE, Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343

Maria Filomena COELHO, Inquiricões régias medievais portuguesas : problemas de abordagem e historiografia

Alexandra BEAUCHAMP, Contra injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones illicitas : enquêtes générales et contrôle des officiers royaux dans la Couronne d’Aragon des années 1340

Eloísa RAMÍREZ VAQUERO, Inquirir, evaluar, actuar en un reino lejano : Navarra s. XIII-XIV

Carlos ESTEPA DÍEZ, El Libro Becerro de las Behetrías (1351-1352) : Pesquisa real, poderes señoriales y fiscalidad de Estado

LE ROYAUME DE FRANCE, LE DAUPHINÉ ET LES TERRITOIRES SAVOYARDS

Frédéric BOUTOULLE, L’enquête de 1236-1237 en Bordelais

Marie DEJOUX, Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-1248

Gaël CHENARD, Les enquêtes administratives dans les domaines d’Alphonse de Poitiers

Olivier MATTÉONI, Louis II de Bourbon, l’enquête et la réforme : remarques sur une pratique de gouvernement

Aurelle LEVASSEUR, L’enquête générale princière comme technique de gouvernement : réflexions typologiques à partir de l’exemple du Dauphiné (1250-1349)

Nicolas CARRIER, Les enquêtes delphinales du milieu du XIIIe siècle dans le contexte des Alpes occidentales

LE ROYAUME DE NAPLES, LES TERRES DE L’ÉGLISE ET LE ROYAUME D’ITALIE

Jean-Paul BOYER, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine

Serena MORELLI, La territorializzazione della politica : competenze, metodi e obiettivi del personale amministrativo addetto alle inchieste

Armand JAMME, Entre révélation des réalités et propagande politique, l’enquête et ses desseins dans l’État pontifical aux XIIIe et XIVe siècles

Riccardo RAO, Le inchieste patrimoniali nei comuni dell’Italia settentrionale (XII-XIV secolo)

Damien BROC, Légitimation du gouvernement de la commune de Gênes et contrôle de la légalité : les enquêtes des syndicatores generales (1363-1404)

LA PROVENCE ANGEVINE

Laure VERDON, La notion d’usurpatio et ses usages : apports de la législation et des enquêtes à la construction de la souveraineté en Provence (1250-1335)

Thierry PÉCOUT, Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux (1251-1365)

Michel HÉBERT, L’enquête de 1319-1320 sur la cavalcade en Provence

Jean-Luc BONNAUD, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre Guillaume de Vaumeilh (baillie de Sisteron, 1332)

Philippe JANSEN, La participation des communautés et de leurs représentants à l’enquête comtale de 1332-1333

Anne MAILLOUX, Codicologie des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence (1331-1334). Premier bilan et perspectives

Noël COULET, L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379)

LES PRINCIPAUTÉS DE FLANDRE ET D’EUROPE ORIENTALE

Marc BOONE, Le comté de Flandre au XIVe siècle : les enquêtes administratives et juridiques comme armes politiques dans les conflits entre villes et prince

Joachim STEPHAN, Le Landbuch de la marche de Brandebourg (1375)

Enikö CSUKOVITS, La pratique de l’enquête sur les droits royaux dans le royaume de Hongrie au XIVe siècle

ENQUETE ET RÉFORME DANS LES INSTITUTIONS ECCLÉSIASTIQUES

Damien CARRAZ, Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de l’Hôpital (1338 et 1373). Analyse comparée dans le prieuré de Provence

Colloque « obéissance et désobéissance »

L‘ENS de Lyon accueille les 16 et 17 septembre un colloque international sur le thème « Obéissance et désobéissance dans la péninsule ibérique au Moyen Âge.

Ce colloque pluridisciplinaire aborde notamment la question de « la nécessité de l’obéissance comme élément structurant du pouvoir » et présente des interventions sur les sphères seigneuriales et princières.

« Obéissance et désobéissance dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge », Colloque, Calenda, publié le mercredi 25 août 2010, http://calenda.revues.org/nouvelle17156.html

Programme en téléchargement.