« De grace especial »

 

 

 

Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge

Edition de la thèse d’état de Claude Gauvard en format poche

Présentation sommaire de l’éditeur : « Tous, hommes de pouvoir, ceux de la vie politique et religieuse comme de la réalité quotidienne, manipulent donc le crime. La question alors est double et concerne aussi bien la société que l’État : jusqu’où et sous quelles formes s’enracine et se résout la peur du mal ? À quel domaine, celui de la raison ou du sacré, appartiennent, en ces XIVe et XVe siècles, les désordres qu’engendrent la violence et le crime ? ». Publiée en 1991, la thèse d’État de Claude Gauvard s’est rapidement imposée comme un grand classique des sciences historiques.

Introduction et bon de commande en téléchargement

Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

Les dépenses publiques

El alimento del estado y la salud de la republica

Orígenes, desarrollo y estructura del gasto público en Europa (siglos XIII-XVII)

Colloque de Madrid du 3 au 6 octobre 2011.

Le colloque est découpé en trois sessions thématiques :

Sección Primera: Gastar más para el bien común: la teoría del gasto en la Europa Medieval y Moderna.

Sección Segunda: Administrar justicia y defender a la nación: la naturaleza del gasto público.

– Sección Tercera: La necesidad no conoce la ley: las políticas del gasto.

Programme détaillé à consulter sur le site du colloque

La littérature politique

Au-delà des miroirs :

la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Metz, 15 et 16 septembre 2011
Université Paul Verlaine-Metz, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle du Conseil (D206)

Colloque organisé par Frédérique LACHAUD, Université Paul Verlaine-Metz (CRULH) et Lydwine SCORDIA, Université de Rouen (GRHis).

Programme en téléchargement

Sentences et décisions judiciaires

du Moyen Âge à nos jours

enjeux de société, enjeux politiques, enjeux économiques

(histoire, histoire du droit, sociologie)

Colloque du 6 au 8 octobre 2011 à Dijon, Université de Bourgogne, amphithéâtre Mathiez.
Programme et informations sur calenda ou sur le site de l’Université de Bourgogne.

Concernant le domaine judiciaire voir également l’ouvrage récemment paru Valeurs et justice, écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle. L’introduction et la table des matières sont consultables sur le sites des Presses Universitaires de Rennes.

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda

Historiographie française et italienne

Mélanges de l’EFR 121/2 (2009)

Guido CASTELNUOVO et Stéphanie WYLER, Introduction

Guido CASTELNUOVO, Deux historiographies et leurs miroirs, de l’après-guerre à la fin du XXe siècle : quelques jalons introductifs

Carla CASAGRANDE, Jacques Le Goff e la storia degli intellettuali

Michel LAUWERS, L’Église dans l’Occident médiéval : histoire religieuse ou histoire de la société ? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au XXe siècle

Luigi PROVERO, Castelli, villaggi e poteri locali : modelli e varianti

Gian Maria VARANINI, Ricerche sullo stato tardomedievale in Italia e in Francia negli ultimi quarant’anni

Site de l’Ecole Française de Rome

Pouvoir d’un seul et bien commun

Fr. COLLARD (dir.), Pouvoir d’un seul et bien commun. La pensée et l’exercice du bonum commune dans les monarchies médiévales, colloque international Paris Ouest Nanterre, 19 décembre 2008, Revue française d’histoire des idées politiques, 32, octobre 2010.

Parmi les articles de ce numéro spécial de la RFHIP, signalons celui de Lydwine Scordia de l’université de Rouen sur « Le bien commun, argument pro et contra de la fiscalité royale, dans la France de la fin du Moyen Âge ». L’historienne, qui a réalisé une thèse sur la théorie de l’impôt, porte désormais son attention sur l’opposition au pouvoir royal dans la France des XIIIe-XVe siècle, sur l’élaboration des normes du pouvoir et se consacre plus particulièrement au thème de son HDR en préparation : Amour et désamour du roi de France (XIIIe-XVIe siècles). Un parcours de recherche qui rejoint l’ensemble de nos préoccupations et témoigne de l’orientation actuelle des recherches françaises sur le Pouvoir.

Le cartulaire dit de Charles II de Navarre

Véronique Lamazou-Duplan (dir ), Anne Goule , Philippe  Charon, série  Codices  y  Carularios, Pampelune, 2010.

« À l’initiative des universités de Pau (UPPA – laboratoire ITEM (EA 3002) et de Pampelune (UPNA), un programme de recherche financé par les fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire du pouvoir des rois de Navarre  à travers une série exceptionnelle de cartulaires royaux navarrais conservés de part et d’autre des Pyrénées, lorsqu’à la fin du Moyen-Âge des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont devenus par le jeu d’héritages et des mariages rois de ce royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par V. Lamazou-Duplan (UPPA) et par E. Ramirez Vaquero (UPNA), livre ici ses premiers résultats en éditant ce cartulaire méconnu conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Ce registre de papier rassemble 132 actes datés entre 1297 et 1372, pour certains vidimant des actes plus anciens (l’acte le plus ancien est le vidimus de la fondation de la collégiale de Mortain en Normandie, en 1084). Ce cartulaire dit de Charles II de Navarre (1349-1387) lui est dédié environ pour la moitié des actes mais dépasse aussi sa trajectoire politique exceptionnelle puisque l’autre moitié des actes copiés est consacrée plus largement au lignage, terres et droits des Évreux-Navarre.

Les parties liminaires et l’étude de ce registre, ainsi que chaque analyse et tradition des actes, sont présentées en français et en espagnol.

Cette édition ouvre la nouvelle série Codices y Cartularios de la collection Corpus Documental »

Page de l’éditeur

Histoire du droit – nouvelle édition

Albert RIGAUDIERE, Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne, 4e édition, Paris, 2010.Couverture "Histoire du droit..."

« Cette Histoire du droit et des institutions de la France médiévale et moderne vise à décrire, en quatre temps, comment s’est lentement construit le système juridique et institutionnel français.

Droit et institutions s’y croisent en permanence pour montrer que la lente découverte du legs politique et juridique romain dans un Occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions, a largement servi la renaissance de l’Etat. Mais il serait faux d’en rester à cette image stéréotypée d’un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l’apport du droit féodal, l’action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes ont admirablement contribué à façonner l’Etat royal. Un État constamment construit sur les droits et le Droit, autour d’un maillage d’institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique. »

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

Quand gouverner, c’est enquêter

Les actes du colloque d’ouverture de Gouvaren viennent de paraître !

Thierry Pécout  (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, XIIIe-XIVe siècles, Actes du colloque international, De Boccard, Paris, 2010, 627 pages.

Sommaire

L’ENQUÊTE DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

Amélia AGUIAR ANDRADE, Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343

Maria Filomena COELHO, Inquiricões régias medievais portuguesas : problemas de abordagem e historiografia

Alexandra BEAUCHAMP, Contra injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones illicitas : enquêtes générales et contrôle des officiers royaux dans la Couronne d’Aragon des années 1340

Eloísa RAMÍREZ VAQUERO, Inquirir, evaluar, actuar en un reino lejano : Navarra s. XIII-XIV

Carlos ESTEPA DÍEZ, El Libro Becerro de las Behetrías (1351-1352) : Pesquisa real, poderes señoriales y fiscalidad de Estado

LE ROYAUME DE FRANCE, LE DAUPHINÉ ET LES TERRITOIRES SAVOYARDS

Frédéric BOUTOULLE, L’enquête de 1236-1237 en Bordelais

Marie DEJOUX, Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-1248

Gaël CHENARD, Les enquêtes administratives dans les domaines d’Alphonse de Poitiers

Olivier MATTÉONI, Louis II de Bourbon, l’enquête et la réforme : remarques sur une pratique de gouvernement

Aurelle LEVASSEUR, L’enquête générale princière comme technique de gouvernement : réflexions typologiques à partir de l’exemple du Dauphiné (1250-1349)

Nicolas CARRIER, Les enquêtes delphinales du milieu du XIIIe siècle dans le contexte des Alpes occidentales

LE ROYAUME DE NAPLES, LES TERRES DE L’ÉGLISE ET LE ROYAUME D’ITALIE

Jean-Paul BOYER, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine

Serena MORELLI, La territorializzazione della politica : competenze, metodi e obiettivi del personale amministrativo addetto alle inchieste

Armand JAMME, Entre révélation des réalités et propagande politique, l’enquête et ses desseins dans l’État pontifical aux XIIIe et XIVe siècles

Riccardo RAO, Le inchieste patrimoniali nei comuni dell’Italia settentrionale (XII-XIV secolo)

Damien BROC, Légitimation du gouvernement de la commune de Gênes et contrôle de la légalité : les enquêtes des syndicatores generales (1363-1404)

LA PROVENCE ANGEVINE

Laure VERDON, La notion d’usurpatio et ses usages : apports de la législation et des enquêtes à la construction de la souveraineté en Provence (1250-1335)

Thierry PÉCOUT, Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux (1251-1365)

Michel HÉBERT, L’enquête de 1319-1320 sur la cavalcade en Provence

Jean-Luc BONNAUD, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre Guillaume de Vaumeilh (baillie de Sisteron, 1332)

Philippe JANSEN, La participation des communautés et de leurs représentants à l’enquête comtale de 1332-1333

Anne MAILLOUX, Codicologie des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence (1331-1334). Premier bilan et perspectives

Noël COULET, L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379)

LES PRINCIPAUTÉS DE FLANDRE ET D’EUROPE ORIENTALE

Marc BOONE, Le comté de Flandre au XIVe siècle : les enquêtes administratives et juridiques comme armes politiques dans les conflits entre villes et prince

Joachim STEPHAN, Le Landbuch de la marche de Brandebourg (1375)

Enikö CSUKOVITS, La pratique de l’enquête sur les droits royaux dans le royaume de Hongrie au XIVe siècle

ENQUETE ET RÉFORME DANS LES INSTITUTIONS ECCLÉSIASTIQUES

Damien CARRAZ, Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de l’Hôpital (1338 et 1373). Analyse comparée dans le prieuré de Provence

Memini, L’écrit et la ville

Le GREPSOMM, Groupe de REcherche sur les Pouvoirs et Sociétés dans l’Occident Médiéval et Moderne, a travaillé de 2006 à 2008 sur le thème de « L’écrit et la ville ». Deux tables-rondes se sont tenues à Montréal et à Québec portant respectivement sur les cartulaires et les registres de délibérations municipales. Le volume 12 de la revue Memini regroupe la plupart des interventions de ces journées.

Pour une « révision en profondeur des désignations »

L’ensemble des articles témoigne de la difficulté de définir les deux types de sources au coeur des travaux. Ce ne peut être fait, en tous les cas, en fonction des juridictions ayant produit les actes étudiés. Au sein des cartulaires, mais également parfois dans les registres de délibérations, se trouvent des actes reçus par la ville tout aussi bien que divers autres documents émanant des institutions municipales.
Ce n’est que par l’accumulation d’un grand nombre d’études de cas qu’il est possible de cerner au plus près les intentions des communautés médiévales et les processus d’élaboration de leurs écrits. Sur ce point, le volume de Memini constitue un matériel de réflexion et de travail majeur tant par les thématiques dégagées que par l’ampleur géographique étudiée puisque la quasi totalité de l’espace français est couverte par les divers articles.

Les cartulaires municipaux:

Une « cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter »

L’introduction de Kouky Fianu et de Michel Hébert insiste sur le fait que « le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur ».
Dans son article, Caroline Bourlet s’est attachée à recenser tous les cartulaires municipaux de la moitié nord de la France « incluant les régions du nord de la Loire et l’est de la Saône ». Travaillant à partir de la définition du « cartulaire » réactualisée par la Commission internationale de Diplomatique et la Commission internationale de Sigillographie, elle propose un recensement plus strict que ceux proposés précédemment (151 manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle, dont les deux tiers seraient d’origine municipale). L’article est richement illustré de graphiques et tableaux donnant une vision d’ensemble de la documentation sous de nombreux angles d’étude. Ce travail permet de mettre l’accent sur un grand nombre de divergences qui empêche de concevoir ces sources comme un corpus cohérent.
Ce caractère hétérogène est constaté tant entre les cartulaires entre eux, ce que remarque également Michel Hébert pour la Provence, qu’au sein même des cartulaires, ainsi que le montrent les contributions de Kouky Fianu sur Orléans et de Sébastien Drolet pour Abbeville. Ces travaux témoignent, s’il en était encore besoin, de l’importance de l’apport de la codicologie non seulement à l’étude générale des écrits des diverses juridictions médiévales mais également à la détermination des causes de leur rédaction et à la compréhension des enjeux de pouvoir.
Par exemple, le cartulaire d’Abbeville est composé à un moment où les privilèges de la commune étaient menacés par l’arrivée de nouvelles autorités. Sébastien Drolet met ainsi en évidence le parallèle entre les différentes vagues d’écriture et l’évolution de la conjoncture politique. De même, Sébastien Hamel montre que le cartulaire de Saint-Quentin est composé alors que les institutions municipales ont à faire face à des conflits de juridiction majeurs.
L’examen de ce dernier cartulaire révèle comme souvent la présence de quelques actes sur les infractions commises par les baillis. La prise en compte de cette source « municipale » est donc à n’en pas douter un complément précieux aux documents sollicités usuellement dans le cadre de l’étude sur l’administration des principautés territoriales et les moyens de gouvernement mis en oeuvre par les souverains (enquêtes etc…).
Afin d’affiner la définition du cartulaire municipal, retenons les propos de Sébastien Hamel qui assimile le livre rouge de Saint-Quentin à un « recueil de jurisprudence, dans son sens médiéval et coutumier d’accumulation de décisions (ou précédents), de motivations que les juges en donnent (…) et que les autorités municipales de Saint-Quentin considéreraient comme l’essentiel du droit de la ville, plus que la loi de la ville elle-même (c’est-à-dire sa charte de commune), parce qu’elle l’interprétait et l’appliquait dans des cas concrets ».

Les registres de délibérations

Une source « lissée au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir ».

Concernant la définition des registres de délibérations, il convient là encore de rester prudents. Comme le montrent les articles de Lynn Gaudreault et de Cynthia Law-Kam Cio pour la Provence ou l’article de Florent Garnier et Nathalie Preynat pour le Rouergue et l’Auvergne, le registre de délibérations – ou cartularium consilii que l’on trouve majoritairement dans le comté de Provence – ne contient pas toujours, voire pas du tout selon les lieux, le détail des débats des autorités municipales, pour se concentrer sur les ordonnances émanant du jus statuendi.
L’article de Lynn Gaudreault propose une réflexion intéressante sur la qualification de ces sources, rattachées à la notion d’ « écrit pragmatique », en partant d’une présentation de l’historiographie anglophone du concept de literacy. Sur ce point, l’auteur remet en cause la traduction de « scripturalité » proposée par Joseph Morsel. Comme pour les cartulaires, les premiers registres de délibérations conservés dans les villes provençales étudiées (Brignoles par Lynn Gaudreault et Barjols par Cynthia Law-Kam Cio) témoignent du lien ténu entre écrit et conjoncture politique.

Ce volume de Memini met en exergue le rôle identitaire ou mémoriel (en particulier par la sélection même des actes en amont de la rédaction) des deux sources étudiées. Kouky Fianu et Michel Hébert retiennent comme vecteurs identitaires forts les normes de présentation graphique, les choix stylistiques des scribes, ou encore les choix linguistiques, sujets abordés ou approfondis dans l’ensemble des contributions rassemblées.
Au-delà de l’approche du gouvernement médiéval qui nous occupe ici, et afin d’élargir la réflexion, terminons sur les mots de Kouky Fianu : « plutôt qu’une institution, les manuscrits laissent voir la variété de la production scripturale à la fin du Moyen Âge et contraint ainsi ceux qui s’y intéressent à examiner plus attentivement les producteurs d’écrits dans une perspective d’histoire sociale de l’écriture. À trop vouloir classer la documentation comme l’émanation d’une institution ou d’une autre (urbaine, monastique, municipale, etc.), ne risque-t-on pas d’occulter l’histoire culturelle qui a animé les villes de la fin du Moyen Âge?