Publications récentes

Deux publications récentes concernent directement la thématique des enquêtes et, d’une manière plus générale pour la première, les modalités du gouvernement dans l’Occident médiéval.
Il s’agit de :
– Jacques DALARUN, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. La question du service, au coeur de l’action politique est ici posée dans ses dimensions idéologiques et pratiques. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.

– Laure VERDON, La voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes, PUR, 2013
L’avarice et la tyrannie de la domination seigneuriale médiévale semblent avoir acquis valeur de fait historique. Mais qu’enont réellement pensé ceux qui les subissaient ? Comment ont-ils réagi, au quotidien, face aux manifestations d’un pouvoir que nous considérons aujourd’hui comme injuste et insupportable ? C’est en conservant présente à l’esprit cette interrogation,en adoptant une méthodologie qui emprunte aux sciences sociales, en partant « du bas » et non « du haut », que ces concepts sont ici revisités par le biais de sources qui donnent la parole aux dominés. L’ouvrage s’appuie sur une documentation de type inquisitoire, relative à des conflits de juridiction notamment ayant mis aux prises le comte de Provence, les seigneurs et les communautés entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, pour proposer une nouvelle lecture des rapports de domination mais également des structures qui définissent les communautés rurales et urbaines dans le contexte de la mise en place d’un pouvoir de type souverain par les Angevins en Provence.

« De grace especial »

 

 

 

Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge

Edition de la thèse d’état de Claude Gauvard en format poche

Présentation sommaire de l’éditeur : « Tous, hommes de pouvoir, ceux de la vie politique et religieuse comme de la réalité quotidienne, manipulent donc le crime. La question alors est double et concerne aussi bien la société que l’État : jusqu’où et sous quelles formes s’enracine et se résout la peur du mal ? À quel domaine, celui de la raison ou du sacré, appartiennent, en ces XIVe et XVe siècles, les désordres qu’engendrent la violence et le crime ? ». Publiée en 1991, la thèse d’État de Claude Gauvard s’est rapidement imposée comme un grand classique des sciences historiques.

Introduction et bon de commande en téléchargement

Ecritures de l’espace social

Mélanges d’histoire médiévale offerts à Monique Bourin

Travaux réunis par D. Boisseuil, P. Chastang, L. Feller et J. Morsel

« L’histoire sociale du Moyen Âge est aujourd’hui en pleine évolution : elle redéfinit ses objets et, construisant des approches originales, délaisse vieux paradigmes et anciennes périodisations, sans rien renier pour autant de l’acquis transmis par les générations précédentes. Ce livre s’empare des thématiques les plus renouvelées depuis les années 1990 – l’espace, l’écriture, la vie économique com- prise comme l’une des modalités de la domination sociale.

Ces différentes approches témoignent du dyna- misme d’une discipline qui se place délibérément à la croisée des sciences de l’homme et de celles de la société, n’hésitant pas, pour enrichir ses analyses, à mobiliser les concepts de la sociologie et de l’économie. Des sciences plus classiques et plus techniques, comme la paléographie et la diplomatique, sont de la même façon convoquées pour saisir les raisons de l’inscription des choses et des faits dans des listes ou dans des récits. Au cœur de ces problématiques se retrouvent les notions de territoire, seigneurie, paroisse mais également des sujets qui rénovent l’histoire sociale, telle l’anthroponymie. L’histoire économique, quant à elle, dépassant les débats qui ont structuré son historiographie dans la seconde moitié du xxe siècle, cherche à définir les notions-clés de crise ou de commer- cialisation et s’interroge sur le fonctionnement concret de la société paysanne.

Conçu comme un hommage à Monique Bourin et à son œuvre d’historienne, ce livre atteste de la richesse et de la fécondité de son enseignement ainsi que de son talent à transfor- mer un champ d’études en guidant et fédérant les travaux de très nombreux chercheurs. »

 

 

 

Table des matières, bon de commande, présentation en téléchargement

Les dépenses publiques

El alimento del estado y la salud de la republica

Orígenes, desarrollo y estructura del gasto público en Europa (siglos XIII-XVII)

Colloque de Madrid du 3 au 6 octobre 2011.

Le colloque est découpé en trois sessions thématiques :

Sección Primera: Gastar más para el bien común: la teoría del gasto en la Europa Medieval y Moderna.

Sección Segunda: Administrar justicia y defender a la nación: la naturaleza del gasto público.

– Sección Tercera: La necesidad no conoce la ley: las políticas del gasto.

Programme détaillé à consulter sur le site du colloque

Coups d’état à la fin du Moyen Âge

Un ouvrage à relire…

Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale

François Foronda, Jean-Philippe Genet, José Manuel Nieto Soria (éd.)

Collection de la Casa de Velázquez no 91, Madrid, 2005

Forgé par Gabriel Naudé, au temps baroque d’une raison d’État triomphante, le concept de  » coup d’État  » peut-il s’appliquer à des âges antérieurs, en particulier à celui de la genèse médiévale de l’État moderne ? C’est à cette question d’histoire rétrospective qu’ont tenté de répondre les auteurs de cet ouvrage. Leurs réponses, qui dessinent un vaste panorama occidental et comparatiste – de l’Angleterre à la péninsule italienne et de la péninsule Ibérique à la Suède – tendent à démontrer que, bien avant de devenir un concept, le coup d’État a d’abord été une pratique généralisée. Car, quelle que soit la nature du régime politique en vigueur ici ou là, que le coup d’État vienne du dedans ou du dehors, qu’il soit perpétré par ceux qui ont le pouvoir ou par ceux qui le contestent et projettent de s’en emparer, il ramène aux fondements même d’une construction étatique en quête d’assurance et de réassurance. En d’autres termes, le coup d’État est comme une pratique constituante.

Table des matières

François Foronda
Avant-propos

Jean-Philippe Genet:
Le coup d’État, ou les légitimités contrairées

Patrick Boucheron:
Théories et pratiques du coup d’État dans l’Italie princière du Quattrocento

Corinne Péneau:
Separare regem a regimine regni.  » Coups d’État  » et expression de la loi dans la Suède des XIVe et XVe siècles

José Manuel Nieto Soria:
Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval

Remedios Morán Martín:
Alteza… merçenario soys. Intentos de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla

John Watts:
Usurpation in England. A Paradox of State-Growth

Mélanie Pierrard:
D’une proposition à l’autre. La vision des changements dynastiques dans les Bruts et les Chroniques de Londres en Angleterre aux XIVe et XVe siècles

Jean-Marie Moeglin:
Chute et mort d’Adolf de Nassau (1298). Stratégies et scénarios pour un coup d’État

Yann Potin:
Le coup d’État  » révélé  » ? Régence et trésors du roi (septembre-novembre 1380)

François Foronda:
S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare

Ana Isabel Carrasco Manchado:
La toma del poder de Isabel I de Castilla. Golpe a la legitimidad de Enrique IV

Pau Cateura Bennàsser:
Los conceptos de orden y desorden político en la historiografía balear

María Asenjo González:
Ciudades y poder regio en la Castilla Trastámara (1400-1450)

Eloísa Ramírez Vaquero:
Un golpe revolucionario en Navarra: 13 de marzo de 1328

Armand Jamme:
Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand schisme d’Occident

Flocel Sabaté i Curull:
El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura

Gilles Lecuppre:
De l’essence du coup d’État à sa nécessité. L’imposture, entre fausse légitimité et complot véritable

María Concepción Quintanilla Raso:
Discurso aristocrático, resistencia y conflictividad en el siglo XV castellano

Juan Manuel Carretero Zamora:
Crisis sucesoria y problemas en el ejercicio del poder en Castilla (1504-1518)

Miguel Ángel Ladero Quesada:
¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media? Fundamentos del poder político en la Europa occidental

Claude Gauvard:
Le coup d’État, de l’émotion à la sujetion

Extraits sur le site de la Casa de Velazquez

 

 

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


L’ordo

Symposium de la société internationale des médiévistes

30 juin-2 juillet 2011

Dans le cadre de nos problématiques, nous retiendrons en particulier des présentations des sessions sur l’ordre féodal, sur les documents comptables et sur le désordre.

Session 2 L’ordre féodal / Feudal Order

Chair Joseph Morsel (to be confirmed)

  • Tomislav Vignjević. Triplex status mundi: The Depictions of the Three Orders of Society
  • Didier Panfili. L’ordre grégorien vu depuis Sainte-Foy de Conques
  • Victoria Turner. Divining differences: Saracens and Social Order in Gautier de Coinci’s Miracles de Nostre Dame

Session 8 Comptabilité / Ordering and Accounting

Chair Olivier Mattéoni (to be confirmed)

  • Aude Wirth-Jaillard. Ordonner, ranger, classer dans les documents comptables médiévaux
  • Mélanie Dubois-Morestin. Gérer, classer, ranger : ordo domestique et écrit pratique à travers les archives privées d’un artisan avignonnais du XIVe siècle, Jean Teisseire.

Session 9 Désordre / Disorder

Chair Jean-Philippe Genet

  • Justine Firnhaber-Baker. Competing Definitions of Order in the Jacquerie of 1358

Programme complet sur Calenda

Cités politiques

Colloque des 27-28 mai 2011
Paris

Cités humanistes, cités politiques (1400-1600)

Programme

Vendredi 27 mai ( 14h00 – 18h30 )
CULTURES POLITIQUES, CULTURES HUMANISTES

Présidente de séance : Anne-Marie Cocula (Université de Bordeaux 3)

14h00 – Ilaria Taddei (Université de Grenoble II) « Entre humanisme et politique : la cité du lys dans les discours d’investiture de la Seigneurie florentine au Quattrocento »
14h30 – Marc Boone & Anne-Laure Van Bruaene (Université de Gand) « De la politique à l’humanisme : la culture publique à Gand et à Anvers aux XVe et XVIe siècles »
15h00 – Marie Houllemare (Université de Picardie) « Henri II et les parlements »
16h00 – Pause
16h30 – Robert Descimon (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) « Cité humaniste, id est cité absolutiste ? Paris au temps du prévôt des marchands Guillaume Budé »
17h00 – Barbara Diefendorf (Boston University) « Lyon se présente à son roi : les entrées royales de 1549, 1564 et 1595 »
17h30 – Daisy Delogu (University of Chicago) « En quoi la ville est-elle un espace féminin/féministe ? Les corps politiques de Christine de Pizan »

Samedi 28 mai ( 9h00 – 13h00 )
L’HUMANISTE DANS LA CITÉ

Président de séance : Enzo Baldini (Università di Torino)

9h00 – Marie Barral-Baron (Université d’Angers) « Erasme et la cité humaniste »
9h30 – Clémence Revest (Ecole française de Rome) « Les humanistes dans la Rome du Grand Schisme : déception, colère et dénigrement » cités politiques (1400 – 1600)
10h00 – Michael Randall (Brandeis University) « La cité trop humaine chez Rabelais »
11h00 – Pause
11h30 – Loris Petris (Université de Neuchâtel) « Jean Du Bellay et la cité dans sa dimension concrète et ses représentations »
12h00 – Jean Balsamo (Université de Reims) « Topiques urbaines et tradition hodoeporique à la fin de la Renaissance »

Samedi 28 mai ( 14h30 – 18h30 )
CITÉS DIVISÉES, CITÉS RECONSTRUITES

Président de séance : Mack P. Holt (George Mason University)

14h30 – Richard Cooper (Brasenose College, Oxford) « Ville ruinée, ville récupérée »
15h00 – Cornel Zwierlein (Bochum Universität) « Durée et stabilité de la cité au XVIe siècle : théorisation et pratiques entre l’Italie, la France et l’Allemagne »
15h30 – Tatiana Debbagi Baranova (Université de Paris Sorbonne) « Ville imaginaire et conflit politique dans Du grand et loyal devoir, fidélité et obéissance de messieurs de Paris envers le Roy »
16h30 – Pause
17h00 – Marie Lezowski (Université de Paris-Sorbonne) « Pour une lecture humaniste de l’opposition à Charles Borromée, à Milan »
17h30 – Grégory Champeaud (Université de Bordeaux 3) « Être humaniste dans une cité traumatisée et divisée : Elie Vinet à Bordeaux pendant les guerres de religion (1562-1587) »

Lieu : University of Chicago Center, 6 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Colloque organisé par Elisabeth Crouzet-Pavan (Université Paris-Sorbonne), Denis Crouzet (Université Paris-Sorbonne), Philippe Desan (University of Chicago)

Informations et programme

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Pouvoir d’un seul et bien commun

Fr. COLLARD (dir.), Pouvoir d’un seul et bien commun. La pensée et l’exercice du bonum commune dans les monarchies médiévales, colloque international Paris Ouest Nanterre, 19 décembre 2008, Revue française d’histoire des idées politiques, 32, octobre 2010.

Parmi les articles de ce numéro spécial de la RFHIP, signalons celui de Lydwine Scordia de l’université de Rouen sur « Le bien commun, argument pro et contra de la fiscalité royale, dans la France de la fin du Moyen Âge ». L’historienne, qui a réalisé une thèse sur la théorie de l’impôt, porte désormais son attention sur l’opposition au pouvoir royal dans la France des XIIIe-XVe siècle, sur l’élaboration des normes du pouvoir et se consacre plus particulièrement au thème de son HDR en préparation : Amour et désamour du roi de France (XIIIe-XVIe siècles). Un parcours de recherche qui rejoint l’ensemble de nos préoccupations et témoigne de l’orientation actuelle des recherches françaises sur le Pouvoir.

Le cartulaire dit de Charles II de Navarre

Véronique Lamazou-Duplan (dir ), Anne Goule , Philippe  Charon, série  Codices  y  Carularios, Pampelune, 2010.

« À l’initiative des universités de Pau (UPPA – laboratoire ITEM (EA 3002) et de Pampelune (UPNA), un programme de recherche financé par les fonds communs Aquitaine-Navarre et par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques, s’est attaché à étudier la mémoire du pouvoir des rois de Navarre  à travers une série exceptionnelle de cartulaires royaux navarrais conservés de part et d’autre des Pyrénées, lorsqu’à la fin du Moyen-Âge des princes de lignages français (Champagne, Capétiens, Évreux, Foix-Grailly, Albret) sont devenus par le jeu d’héritages et des mariages rois de ce royaume pyrénéen.

Ce programme de recherche, piloté par V. Lamazou-Duplan (UPPA) et par E. Ramirez Vaquero (UPNA), livre ici ses premiers résultats en éditant ce cartulaire méconnu conservé aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

Ce registre de papier rassemble 132 actes datés entre 1297 et 1372, pour certains vidimant des actes plus anciens (l’acte le plus ancien est le vidimus de la fondation de la collégiale de Mortain en Normandie, en 1084). Ce cartulaire dit de Charles II de Navarre (1349-1387) lui est dédié environ pour la moitié des actes mais dépasse aussi sa trajectoire politique exceptionnelle puisque l’autre moitié des actes copiés est consacrée plus largement au lignage, terres et droits des Évreux-Navarre.

Les parties liminaires et l’étude de ce registre, ainsi que chaque analyse et tradition des actes, sont présentées en français et en espagnol.

Cette édition ouvre la nouvelle série Codices y Cartularios de la collection Corpus Documental »

Page de l’éditeur

Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque

Séminaires du LAMOP

Pour l’année 2010-2011, Marcel Detienne et Robert Jacob proposent des séminaires sur le thème :

PLACES DU POLITIQUE, LIEUX DU JURIDIQUE
Approches comparatives et expérimentales

Les diverses journées permettent d’établir des comparaisons dans les domaines du politique et du juridique sur un temps long ce qui rejoint tout à fait les préoccupations du programme Gouvaren.

Présentation générale et programme détaillé des séminaires

Suivre les évolutions du programme sur le site du LAMOP

Détente radiophonique

Le jeudi 2 décembre, sur France culture, Jacques Munier recevait Jean-Claude Maire-Vigueur.

L’historien présentait notamment l’organisation administrative et sociale de la ville de Rome à partir de son ouvrage Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècle.

Accès au podcast de l’émission

Page de l’éditeur

Histoire du droit – nouvelle édition

Albert RIGAUDIERE, Histoire du droit et des institutions dans la France médiévale et moderne, 4e édition, Paris, 2010.Couverture "Histoire du droit..."

« Cette Histoire du droit et des institutions de la France médiévale et moderne vise à décrire, en quatre temps, comment s’est lentement construit le système juridique et institutionnel français.

Droit et institutions s’y croisent en permanence pour montrer que la lente découverte du legs politique et juridique romain dans un Occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions, a largement servi la renaissance de l’Etat. Mais il serait faux d’en rester à cette image stéréotypée d’un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l’apport du droit féodal, l’action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes ont admirablement contribué à façonner l’Etat royal. Un État constamment construit sur les droits et le Droit, autour d’un maillage d’institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique. »