Séminaire Gouvaren

L’émergence du droit public:

outils, éthique et construction d’un état juridique nouveau

MMSH – Salle Paul-Albert Février

 

jeudi 24 novembre

14h-17h

Laure Verdon, Telemme-ANR Gouvaren, Introduction

Arnaud Paturet, CTAD, CNRS-ENS Paris, La naissance du droit public: les apports du droit romain

Andrea Zorzi, Università di Firenze, L’affermazione del diritto penale nelle città comunali tra XIII e XIV secolo

 

vendredi 25 novembre

10h-12h

Laure Verdon, Telemme-ANR Gouvaren, La définition de l’office de sénéchal de Provence et ses enjeux: le cas de Guillaume Lagonesse

Marc Aymes, CETOBaC, CNRS-EHESS-Collège de France, La griffe de l’état: formulaires ottomans du XIXe siècle

 

14h-17h

Anne Lemonde, Université de Grenoble Pierre Mendès-France, Enquêtes princières, chartes de franchise et Statut: réflexions sur le processus de genèse du droit public en Dauphiné; 1282-1410

Eric Wenzel, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, La question sous contrôle: les enquêtes administratives sur la torture judiciaire dans le ressort du Parlement de Paris au XVIIIe siècle.


Discussion

Programme en téléchargement

Sentences et décisions judiciaires

du Moyen Âge à nos jours

enjeux de société, enjeux politiques, enjeux économiques

(histoire, histoire du droit, sociologie)

Colloque du 6 au 8 octobre 2011 à Dijon, Université de Bourgogne, amphithéâtre Mathiez.
Programme et informations sur calenda ou sur le site de l’Université de Bourgogne.

Concernant le domaine judiciaire voir également l’ouvrage récemment paru Valeurs et justice, écarts et proximités entre société et monde judiciaire du Moyen Âge au XVIIIe siècle. L’introduction et la table des matières sont consultables sur le sites des Presses Universitaires de Rennes.

Le peuple au Moyen Âge

A l’occasion des XXVIe rencontres de Pétrarque, la Fabrique de l’Histoire est à Montpellier et s’intéresse cette semaine à l’histoire du peuple.

Le deuxième volet de cette enquête porte sur le Moyen Âge. Pour parler du concept de populus et de son évolution au cours du Moyen Âge étaient invités Danielle Iancu, Patrick Gilli et Thomas Granier.

émission en podcast sur le site de France culture

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda

Benedetto Croce

Vient de paraître :

Giovanni Perazzoli, Benedetto Croce e il diritto positivo. Sulla «realtà» del diritto.« Dall’analisi della teoria del diritto positivo di Benedetto Croce emerge una questione logico-filosofica che nelle canoniche teorie positiviste viene o presupposta o non riconosciuta: la questione di che cosa sia la « realtà » (o l’irrealtà) del diritto positivo. Riducendo in  modo radicale il diritto alla volontà, Croce svela il  tratto metafisico che, il più delle volte inconsapevolmente, si trova nella presupposizione di una realitas giuridica al volere. Prova indiretta di questa persistente lettura metafisica del diritto positivo è che la tesi crociana sia stata fatta più volte oggetto della critica di ‘perdere’ il diritto. Ma che cos’è la ‘realtà’ del diritto che andrebbe perduta in una teoria positiva del diritto?  Svolgendo il  filo di questa domanda, l’indagine mette in luce come la teoria giuridica crociana, proprio perché rappresenta una delle più radicali sconfessioni della metafisica assunta (e non riconosciuta) nelle teorie di diritto positivo, permetta di rileggere, nel segno di un più rigoroso giuspositivismo, i presupposti concettuali delle teorie dei massimi teorici del diritto: Hans Kelsen, Santi Romano, Rudolf von Jhering, Vittorio Emanuele Orlando, Carl Schmitt, Herbert L. A. Hart. A ognuna di queste teorie il libro dedica infatti delle lunghe note interpretative, collegate idealmente alle questioni discusse in sede di esegesi crociana. Sostenitore del diritto positivo all’interno di una visione liberale, Croce  costruisce  la propria posizione attraverso un forte impegno teoretico, guardando in primo luogo a ciò che determina il diritto posto nella sua origine: la volontà e la sua struttura. Il libro  analizza perciò la filosofia della pratica di Croce nelle sue componenti, rilevandone gli aspetti di forza e di debolezza,  e indicandone l’interesse e l’originalità sia per l’impostazione teorica del problema giuridico, sia per i temi che riguardano le teorie della scelta razionale (come emerge in particolare nel confronto di Croce con Vilfredo Pareto).  Prisma dalle molte facce, il diritto positivo appare come un tema che, attraverso la domanda sull’esperienza, interessa direttamente la filosofia teoretica. Contrariamente a quanto spesso sostenuto, il pensiero di Croce ha avuto un’attenzione specifica al tema dell’esperienza, e alla possibilità di dire il ‘nome’ senza trasformare il nominalismo in una nuova metafisica. Il libro ne dà conto nell’esame della tormentata analisi che Croce dedica all’interpretazione della legge. »

Pour commander l’ouvrage :

Società editrice il Mulino
Strada Maggiore, 37 – 40125 Bologna
tel. 051256011
fax 051256034
www.mulino.it
info@mulino.it

Istituto italiano per gli studi storici
via B. Croce, 12 – 80134 Napoli
tel. 0815517159
fax 0815514813
www.iiss.it
info@iiss.it

Historiographie française et italienne

Mélanges de l’EFR 121/2 (2009)

Guido CASTELNUOVO et Stéphanie WYLER, Introduction

Guido CASTELNUOVO, Deux historiographies et leurs miroirs, de l’après-guerre à la fin du XXe siècle : quelques jalons introductifs

Carla CASAGRANDE, Jacques Le Goff e la storia degli intellettuali

Michel LAUWERS, L’Église dans l’Occident médiéval : histoire religieuse ou histoire de la société ? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au XXe siècle

Luigi PROVERO, Castelli, villaggi e poteri locali : modelli e varianti

Gian Maria VARANINI, Ricerche sullo stato tardomedievale in Italia e in Francia negli ultimi quarant’anni

Site de l’Ecole Française de Rome

Détente radiophonique

Le jeudi 2 décembre, sur France culture, Jacques Munier recevait Jean-Claude Maire-Vigueur.

L’historien présentait notamment l’organisation administrative et sociale de la ville de Rome à partir de son ouvrage Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècle.

Accès au podcast de l’émission

Page de l’éditeur

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

La ville méditerranéenne

Dans le cadre du séminaire Economie et Société, le LAMM s’intéresse cette année à « La ville méditerranéenne au Moyen Âge ».

Pour la première séance, le 11 octobre, nous aurons le plaisir d’entendre Noël Coulet et Giovanni Vitolo sur « La ville capitale : Aix-en-Provence-Naples ».

MMSH – Salle Georges Duby, 14h-17h.

Programme du séminaire.

Les publications de l’EFR en ligne

De nombreuses publications de l’Ecole Française de Rome sont accessibles en ligne.

Les 200 premiers titres de la « Collection de l École française de Rome » et tous les tomes des Mélanges de l’École française de Rome précédents à l’année 2000 sont disponibles à partir de Persée.

Les ouvrages et les périodiques publiés depuis l’année 2000 sont consultables sur le site Casalini digital division.

Voir les précisions sur les modalités de consultation et de téléchargement.

Le gouvernement pontifical

Patrick GILLI et Julien THERY, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (XIIe-mi XIVe siècle), Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2010, 676 p., ISBN : 978 2 84269 893 5 ; prix : 58 euros.

Avant-propos et sommaire à télécharger

Les vecteurs de l’idéel – 2

Du 30 septembre au 2 octobre 2010 se tiendra à l’Université de Milan le deuxième atelier du projet « Les vecteurs de l’idéel. Le pouvoir symbolique entre Moyen Âge et Renaissance (v. 1200-v. 1640) ». Cet atelier porte sur « les langages de la société politique » et aborde tant la théorie que la pratique.

programme en pdf