La littérature politique

Au-delà des miroirs :

la littérature politique dans la France de Charles VI et Charles VII

Metz, 15 et 16 septembre 2011
Université Paul Verlaine-Metz, UFR Sciences Humaines et Arts, Salle du Conseil (D206)

Colloque organisé par Frédérique LACHAUD, Université Paul Verlaine-Metz (CRULH) et Lydwine SCORDIA, Université de Rouen (GRHis).

Programme en téléchargement

Le peuple au Moyen Âge

A l’occasion des XXVIe rencontres de Pétrarque, la Fabrique de l’Histoire est à Montpellier et s’intéresse cette semaine à l’histoire du peuple.

Le deuxième volet de cette enquête porte sur le Moyen Âge. Pour parler du concept de populus et de son évolution au cours du Moyen Âge étaient invités Danielle Iancu, Patrick Gilli et Thomas Granier.

émission en podcast sur le site de France culture

Légitimation et lignage en péninsule Ibérique au Moyen Âge

E-Spania

revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales

Georges Martin, José Carlos Ribeiro Miranda dir.

Numéro 11, juin 2011

Sommaire

Georges MARTIN et José Carlos Ribeiro MIRANDA
Avant-propos

José MATTOSO
Introdução: Legitimação e linhagem

Francisco BAUTISTA
Cardeña, Pedro de Barcelos y la Genealogía del Cid

Arsenio DACOSTA
Memoria linajística, legitimación dinástica y justificación personal en el Libro del linaje de los señores de Ayala y sus continuaciones

Mª do Rosário FERREIRA
A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens

Maria Joana GOMES
Para além da linhagem. Poder e sucessão régia no feminino

Sara GONZALEZ
Los linajes paralelos: legitimación de la milicia funcionarial en las crónicas nobiliarias castellanas del siglo XV

Carlos HEUSCH
La pluma al servicio del linaje. El desarrollo de los nobiliarios en la Castilla trastámara

Ana Sofia LARANJINHA
Linhagens arturianas na Península Ibérica: o tempo das origens

Georges MARTIN
Linaje y legitimidad en la historiografía regia hispana de los siglos IX al XIII

José Carlos Ribeiro MIRANDA
O argumento da linhagem na literatura ibérica do séc. XIII

David NOGALES RINCÓN
Cultura visual y genealogía en la corte regia de Castilla durante la segunda mitad del siglo XV

José Augusto de SOTTOMAYOR-PIZARRO
Linhagem e estruturas de parentesco. Algumas reflexões

António RESENDE DE OLIVEIRA
O genealogista e as suas linhagens: D. Pedro, Conde de Barcelos

Varia

Fernando ARIAS GUILLÉN
La imagen del monarca en el siglo XIV. Alfonso XI frente a Eduardo III

Vicent Josep ESCARTÍ
Conexiones e interferencias en la literatura valenciana del siglo XV

Estelle MAINTIER-VERMOREL
« De feminis decimus mentionem ». Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes

Articles en ligne sur le site de la revue

Avant le contrat social.

Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle.

Recueil sous la direction de François FORONDA.

Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

Le grand nombre d’articles donne une bonne vue d’ensemble des principes de gouvernement de l’Occident médiéval puisque sont représentés la péninsule italienne, l’empire, la France, l’Angleterre, ainsi que la péninsule ibérique.

Quelques mots de l’auteur:

« Le titre de cet ouvrage ne laisse guère de doute sur son sens, d’autant moins en raison de son exergue rousseauiste : Avant le contrat social. J’entends déjà le concert des prochaines critiques, celles que feront tous ceux qui, sans toujours aller au-delà des introductions dans leurs lectures, taxeront l’entreprise de téléologique, reprenant ainsi le stéréotype qu’il est de bon ton d’employer, en France et à l’oral surtout, pour faire la fine bouche du programme lancé autrefois par Jean-Philippe Genet. Allez, je lâche la formule qui agace : « Genèse de l’État moderne », dont l’auteur n’a d’ailleurs nullement besoin de mes services pour répondre aux critiques, cependant rarement poussées jusqu’à une réelle réfutation des considérables résultats obtenus et encore à obtenir. Toutefois, il me semble que le récit que forment ces résultats, d’ailleurs pas toujours assez connu ou pris en compte en dehors de la communauté historienne, voire plus étroitement encore en dehors de celle des médiévistes, que ce récit donc est davantage orienté dans l’esprit de ses détracteurs qu’il ne l’est en réalité. Il ne m’a pas semblé en effet, en reprenant certains des chapitres des sept volumes publiés, et d’autres contributions aux multiples colloques et rencontres organisés en relation ou dans la mouvance de ce programme, que le sens du récit soit si clair que cela ; ne serait-ce qu’en raison d’un certain morcellement éditorial, ou de l’absence d’une synthèse sur le sujet, du moins à l’échelle européenne, et de l’ampleur des situations prises en compte.
Combien même serait-il un peu orienté, faut-il être contre l’idée qu’il puisse exister des processus ? Qu’il soit possible d’expliquer leur pourquoi et non pas seulement leur comment ? Et d’affirmer ce qu’ils construisent, ou pas d’ailleurs, c’est-à-dire finalement d’en retracer l’histoire ? Dire Avant le contrat social, cela veut dire en effet que le contractualisme médiéval, ses théories et ses pratiques, précèdent les théories du pacte social de Bodin à Rousseau et les constructions politiques qu’elles fondent, dont on nous répète souvent qu’il faut les refonder par de nouveaux pactes, peut-être pour mieux les liquider en fait. Mais cela n’implique pas que le chemin soit rectiligne et continu. Les processus ne vont pas toujours à terme, ils peuvent s’interrompre, rebondir et reprendre, parfois se faire réversibles aussi. Autrement dit, il n’y a pas de fatalité dans leur issue, et peut-être pas même de rapport généalogique entre les situations. Et dire cela est respecter presque à la lettre l’esprit expérimental qui a présidé autrefois à la définition, au lancement et à la conduite du programme sur la genèse de l’État moderne. »

Accès à l’introduction et et à la table des matières

Les experts à l’honneur

Le colloque qui s’est déroulé en octobre 2010 à Toulouse sur  » Expertise et valeur des choses au Moyen Âge – Le besoin d’expertise » n’avait pas pour objet d’aborder le thème du politique, mais nous retiendrons tout de même les contributions sur l’espace provençal qu’il a occasionnées. En revanche, le congrès de la SHMESP qui vient de s’achever a favorisé divers angles d’approche dont certains touchent aux thématiques de Gouvaren. L’essentiel des communications se rapportant aux questions de gouvernement se trouvaient classées dans la session « Expertise et droit ». Mais c’est surtout au sein de l’atelier des doctorants (faut-il y voir un signe de renouvellement historiographique?) que l’expertise politique était abordée avec trois interventions auxquelles il convient d’ajouter une communication sur l’expertise au sein d’une enquête.

Programme du congrès de la SHMESP et téléchargement des résumés des communications

Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Droit, écriture : la construction de la souveraineté

Colloque international sur Philippe de Commynes

Orléans – 17-18 mars 2011

« Commynes a été retenu par le Ministre sur proposition du Haut Comité des Célébrations Nationales pour figurer au nombre des anniversaires officiels pour l’année 2011. Pour le cinq-centième anniversaire de sa mort, il a paru souhaitable d’organiser une manifestation scientifique d’ampleur, afin de célébrer notre premier mémorialiste et un politique de premier plan. Pour ce faire, l’ANR Juslittera, l’Université d’Orléans et l’Université du Maine apportent leur concours à la mise en oeuvre d’un colloque international qui se déroulera les 17 et 18 mars 2011. En raison des liens de ce colloque avec l’ANR, une partie des communications est consacrée aux rapports de Commynes avec l’institution, droit, justice, leur réception… Mais il est bien évident que ce cadre n’est pas limitatif : le spectre très large des intérêts commyniens nous permet d’accueillir des approches fort diverses. Le colloque est résolument interdisciplinaire, et il associe littéraires, juristes, historiens… Sans rompre avec les acquis d’une riche tradition, les communications tiendront compte des recherches actuelles dans ces différents domaines et permettront de présenter un « Commynes en mouvement », à la fois héritier et « passeur » entre Moyen Âge et Renaissance, qui suscite de nombreuses interrogations. Les actes de ce colloque seront publiés à l’automne 2011 aux éditions Droz à Genève. »

Au-delà du seul personnage de Philippe de Commynes, plusieurs contributions permettent de s’approcher au plus près des discours politiques de la fin du Moyen Âge (Gilles Lecuppre « Conseils croisés d’historiens pour gouverner la France et l’Angleterre – fin XVe-début XVIe s.- » ; Jan Dumolyn « Les mémoires et les pratiques du discours politique en Flandre »). D’autres interventions permettent de riches comparaisons, révélant par exemple l’influence de la pensée commynienne ou les rapports de l’homme avec le monde urbain (Marc Boone) comme avec divers pays (Jean-Philippe Genet « Commynes et l’Angleterre, Stéphane Péquignot « Commynes et l’Espagne », Patrick Gilli « France/Italie, regards croisés »).

Annonce et programme sur calenda

La rumeur au Moyen Âge

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), Rennes, 2011.

« La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer. »

On s’intéressera à la partie de l’ouvrage consacrée à la rumeur dans les pratiques de gouvernement et en particulier aux articles suivants :

– Nicole Brocard « La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles », p. 119-132.

– Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge », p. 149-176.

– Maïté Billoré, « Les projets de Louis de France outre-Manche à l’épreuve de la rumeur (1216-1217) », p. 177-194

Site des presses universitaires de Rennes, présentant le sommaire et l’introduction disponibles en pdf.

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

Mélanges de la Casa de Velázquez

Nos recherches étant très ancrées dans le monde méditerranéen, nous sommes heureux de la mise en ligne des Mélanges de la Casa de Velázquez, revue de l’École des hautes études hispaniques et ibériques.

Si ce site permet la consultation d’articles récents, précisons que l’ancienne série des Mélanges de la Casa de Velázquez (du numéro 1 au 32) est consultable sur Persée.

Appel à communication sur « l’opinion publique »

L’Université du Québec à Chicoutimi et le Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres (CIERL, Université Laval) organisent un colloque sur le thème

« Rumeurs, propagande et manipulation de l’opinion publique aux XIVe, XVe et XVIe siècles »

les 20 et 21 mai 2011 à Québec.

L’appel à communication ci-dessous est ouvert jusqu’au 31 janvier 2011.

Longtemps associée à la seule période contemporaine, la propagande ou, à défaut d’un terme moins polémique, la manipulation de l’opinion publique, peut-elle encore être totalement exclue en ce qui a trait à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne? Si Bernard Guenée et Claude Gauvard notamment soutiennent le caractère opératoire de ce concept dont ils observent des manifestations dès la guerre de Cent Ans, plusieurs spécialistes contestent cette vision du champ politique, considérant le phénomène comme étant nettement postérieur, et lié à la montée en puissance de la bourgeoisie ou encore à l’apparition des médias de masse. Certes, beaucoup d’encre a coulé depuis que Bourdieu a avancé en 1973 l’idée provocatrice que “l’opinion publique n’existe pas” et, à rebours, un consensus parait s’établir désormais autour de la position des historiens des Lumières suivant lesquels l’instrumentalisation de “l’opinion publique” nait avec l’esprit révolutionnaire, le terme n’apparaissant lui-même qu’en 1798 dans le Dictionnaire de l’Académie Française. Mais alors comment interpréter l’institution des États Généraux par Philippe le Bel (1302) autrement que comme une entreprise destinée à légitimer les décisions du pouvoir auprès du peuple? À quelles fins peut-on associer les libelles, pamphlets et brochures qui circulent autour de l’assassinat du duc de Guise (1563) ou d’Henri III (1589)? Est-il concevable que des figures, des instruments, voire des foyers de propagande aient pu exister aux XIVe, XVe ou XVIe siècles? Le cas échéant, comment peut-on reconstituer cette doxa que l’on s’emploie à propager? Quelles traces ont pu laisser les rumeurs diffusées au sein d’une société hétérogène et, pour l’essentiel, analphabète? Qui peut prétendre exprimer l’opinion du peuple? Voilà autant de questions que nous vous proposons d’explorer, dans une perspective littéraire ou historique, à l’occasion du colloque « Rumeurs, propagande et manipulation de l’opinion publique aux XIVe, XVe et XVIe siècles » organisé par l’Université du Québec à Chicoutimi, et qui se tiendra du 20 au 21 mai 2011 à Québec, dans les locaux de l’ENAP.

Comité organisateur : Luc Vaillancourt (professeur au département des arts et lettres de l’UQAC et membre du CIERL), Jenny Brun (chargée de cours au département des sciences humaines de l’UQAC)

Comité scientifique : Claude La Charité (titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire, Université du Québec à Rimouski), Luc Vaillancourt (professeur au département des arts et lettres de l’UQAC), Michel de Waele (professeur au département d’histoire de l’Université Laval)

Les propositions de communications, de 200 mots environ et rédigées en français, devront être soumises avant le 31 janvier 2011 à l’adresse suivante propagande.uqac@gmail.com .

Les vecteurs de l’idéel – 2

Du 30 septembre au 2 octobre 2010 se tiendra à l’Université de Milan le deuxième atelier du projet « Les vecteurs de l’idéel. Le pouvoir symbolique entre Moyen Âge et Renaissance (v. 1200-v. 1640) ». Cet atelier porte sur « les langages de la société politique » et aborde tant la théorie que la pratique.

programme en pdf

Les langages politiques au Moyen Age

Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle), Médiévales 57, automne 2009.

Si les outils du gouvernement, considérés dans leurs aspects pratiques par le biais de la structure institutionnelle ou encore des techniques administratives, ont aujourd’hui pleinement acquis pour les médiévistes le statut d’objets d’histoire, les concepts qui fondent la définition même du politique et, surtout, le système de communication qu’ils dessinent, entendu comme un instrument à part entière de la prise de décision politique, sont un domaine encore à explorer pour une large part. C’est ce à quoi est dévolu le programme Gouvaren, et c’est également le thème qu’aborde le numéro 57 de la revue Médiévales.
L’ensemble des cinq contributions réunies ici par Aude Mairey (1) s’interrogent en effet sur un élément particulier de ce système de communication entre gouvernants et gouvernés, à savoir « […] les langages qui s’inscrivent dans le cadre d’une communication axée sur des rapports de pouvoir et sur la notion de gouvernement au sein de la société chrétienne», dont A.M. lie l’émergence « aux transformations profondes de l’exercice du pouvoir et de la domination dans les derniers siècles du Moyen Age (p. 6) ». L’objectif du recueil est, ainsi, de déterminer à la fois quelles sont les interactions mises en œuvre par ces langages et sur quelles dynamiques horizontales et verticales ils reposent de manière à tenter de déterminer une sorte de grammaire d’un langage politique commun au plus grand nombre. Doivent, de la sorte, être étudiés finement non seulement les « discours » dont la finalité est de type propagandiste, mais également l’ensemble des signes institués au Moyen Age comme médiateurs de communication, ce qui nécessite de s’interroger également sur les gestes et paroles organisés sous la forme de rituels. Vaste entreprise, qu’A. M. circonscrit pour ce recueil précis aux seuls signes linguistiques.

Ce champ de recherche, neuf et prometteur, s’inscrit à l’évidence, comme le rappelle A. M. dans son introduction, dans le domaine historiographique plus large de la constitution d’un « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, une circulation de l’information qui apparaît de plus en plus aux historiens comme nécessaire à l’accomplissement de l’acte de gouvernement (2). Les notions mises en œuvre par la construction et le caractère performatif dévolu à ces langages auraient nécessité, pour cette raison, un approfondissement certain tant en introduction que dans les différents articles. Ainsi la distinction entre « information » et « communication » est-elle d’emblée entendue dans son acception courante, c’est-à-dire l’information correspondant au contenu alors que la communication représente plutôt les différents modes de transmission et de circulation d’une information. Un article récent de J. Morsel revient, cependant, sur ces définitions et offre d’utiles clés en la matière (3) . Il vise, notamment, à distinguer les deux verbes – informer et communiquer- dans leur finalité politique, ce qui fait de ces deux notions de pertinents outils d’analyse de l’acte de gouvernement. Ainsi, le point sur lequel le lecteur demeure quelque peu sur sa faim à la lecture de ce riche et important numéro est-il précisément celui de l’usage des différents supports de la parole publique comme instruments de communication, outil de « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, et, au final, moteur de l’acte de gouvernement.
Pour ne pas revenir sur les rituels, qui n’étaient pas l’objet du recueil, on ne peut que regretter que la question, par exemple, du sermon politique manié par des autorités laïques ne soit abordée que par un seul article, au demeurant fort pertinent (F. Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », p. 75-92). Comme le montre l’auteur, le sermon en tant que parole publique peut être un media de communication manié par les autorités laïques, en l’occurrence les Cortes au XIVe et XVe siècle, dans l’objectif de revendiquer et d’exercer une forme d’autorité (4) . Si le cas des Cortes demeure confiné dans le cadre du palais, il est d’autres prises de parole publique qui contribuent à définir l’espace public en tant que lieu par excellence de ce dialogue. L’important article de M. Della Misericordia, fondé sur l’étude du fonctionnement des assemblées de communautés dans la Lombardie du XVe siècle (M. Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan », p.93-112), pose d’emblée la question de l’usage de l’expression publique comme outil d’institutionalisation et mode d’action de la communauté. Il montre, notamment, comment se forge progressivement un code de communication qui contribue à définir l’éthique du gouvernement, en valorisant l’interaction physique.

L’enquête, en tant qu’instrument d’information mais aussi de dialogue entre gouvernants et gouvernés, peut également être envisagée sous cet angle ; c’est d’ailleurs ce domaine qui est le plus porteur, en l’état actuel, de pistes de recherche. Les prochains séminaires de Gouvaren auront à explorer notamment les modes d’enregistrement de l’information, et de la confection formelle des registres afin de déterminer la part de « performativité » attribuée à ces documents par le pouvoir : souvent considérés avant tout comme des documents de gestion administrative et comptable par l’information qu’elles contiennent régulièrement vérifiée et mise à jour, les enquêtes publiques n’en sont pas moins un outil de la prise de décision politique par, précisément, l’échange qu’elles permettent entre gouvernants et gouvernés.

——-

1- Aude Mairey, « Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle) » ; Xavier Storelli, « Les harangues de la bataille de l’Etendard (1138) » ; Catherine Daniel, « L’audience des prophéties de Merlin : entre rumeurs populaires et textes savants » ; Aude Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Age » ; François Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane » ; Massimo Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan. »
2- Sous l’impulsion des travaux de C. Gauvard principalement, le geste politique, celui qui notamment conduit à l’élaboration de la loi, est désormais considéré par les médiévistes comme reposant sur une dynamique d’échange – ce que l’on peut également nommer une interaction entre gouvernants et gouvernés- qui repose sur la plainte, ou requête adressée par les sujets, à laquelle doit répondre la protection, ou bienveillance du prince. Voir notamment : Un Moyen Age pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir), PUF, 2010, p.4.
3- Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la
réponse. » , contribution au programme de recherche initié par le LAMOP entre 2004 et 2006 sur l’espace public
au Moyen Age, inédit mais accessible en ligne sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/espacepublic/index.htm#13juin
4- Les travaux de Jean-Paul Boyer sur les sermons politiques attribués au roi de Naples et comte de Provence Robert Ier, au début du XIVe siècle, vont dans le même sens.