Légitimation et lignage en péninsule Ibérique au Moyen Âge

E-Spania

revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales

Georges Martin, José Carlos Ribeiro Miranda dir.

Numéro 11, juin 2011

Sommaire

Georges MARTIN et José Carlos Ribeiro MIRANDA
Avant-propos

José MATTOSO
Introdução: Legitimação e linhagem

Francisco BAUTISTA
Cardeña, Pedro de Barcelos y la Genealogía del Cid

Arsenio DACOSTA
Memoria linajística, legitimación dinástica y justificación personal en el Libro del linaje de los señores de Ayala y sus continuaciones

Mª do Rosário FERREIRA
A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens

Maria Joana GOMES
Para além da linhagem. Poder e sucessão régia no feminino

Sara GONZALEZ
Los linajes paralelos: legitimación de la milicia funcionarial en las crónicas nobiliarias castellanas del siglo XV

Carlos HEUSCH
La pluma al servicio del linaje. El desarrollo de los nobiliarios en la Castilla trastámara

Ana Sofia LARANJINHA
Linhagens arturianas na Península Ibérica: o tempo das origens

Georges MARTIN
Linaje y legitimidad en la historiografía regia hispana de los siglos IX al XIII

José Carlos Ribeiro MIRANDA
O argumento da linhagem na literatura ibérica do séc. XIII

David NOGALES RINCÓN
Cultura visual y genealogía en la corte regia de Castilla durante la segunda mitad del siglo XV

José Augusto de SOTTOMAYOR-PIZARRO
Linhagem e estruturas de parentesco. Algumas reflexões

António RESENDE DE OLIVEIRA
O genealogista e as suas linhagens: D. Pedro, Conde de Barcelos

Varia

Fernando ARIAS GUILLÉN
La imagen del monarca en el siglo XIV. Alfonso XI frente a Eduardo III

Vicent Josep ESCARTÍ
Conexiones e interferencias en la literatura valenciana del siglo XV

Estelle MAINTIER-VERMOREL
« De feminis decimus mentionem ». Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes

Articles en ligne sur le site de la revue

Conférence internationale d’histoire urbaine

Ville et société dans l’histoire européenne

Gand- 1 au 4 septembre 2010

Trois sessions intéressent plus particulièrement le programme Gouvaren.

Session M09 : Les mots de l’identité : la ville, le pouvoir et l’écrit en Europe aux derniers siècles du Moyen Âge

L’écrit et le pouvoir entretiennent des rapports étroits et le paysage documentaire dépend intimement des formes de l’organisation politique. Si le fait ne se conteste pas, il n’en doit pas moins être analysé, questionné, remis en perspective. Or, les villes médiévales peuvent fort bien se prêter à une telle enquête. Non qu’il faille suppléer à un vide historiographique. Des monographies existent. Elles scrutent ici les archives criminelles, comparent ailleurs les délibérations des conseils, réfléchissent à l’organisation des chancelleries ou étudient le personnel impliqué. Des études à plus ample échelle se sont aussi attachées à analyser précisément l’une ou l’autre des typologies documentaires qui caractérisent l’écrit urbain. Mais l’objet de cette session, plus large, diffère puisque son but est précisément de considérer l’écrit urbain sous l’angle de la conscience identitaire pour ainsi tenter de saisir quels furent les instruments documentaires privilégiés dans l’espace occidental par les pouvoirs urbains. Les conditions de la production et de la conservation des documents ne furent en effet pas uniformes. Ici, beaucoup de comptabilités, ailleurs des cartulaires communaux, souvent une abondante production normative. Assurées que la réflexion ne peut s’élaborer que selon une typologie précise, nous avons souhaité porter notre regard vers les grandes villes d’Europe occidentale et nous appuyer sur une comparaison ample, tant la notion de chancellerie urbaine propose des écarts vertigineux entre, par exemple, l’activité quasi compulsive des notaires du « monde méditerranéen », et l’absence de secrétariat urbaindans d’autres espaces. A Gand, à Venise, à Barcelone ou à Londres, comment se structurèrent et interagirent les rapports entre le pouvoir, l’écrit et l’identité de la ville ? Telle est la question qui donne sens à la session qui est ici proposée.

À travers les riches dossiers que proposent les comptabilités, les ordonnances, les registres de délibérations, la rencontre s’organisera autour des thématiques suivantes :
– Dire la personnalité urbaine
– Organisation et discours des chancelleries
– L’apport du droit dans la maturation politique urbaine
– Les expériences et les modalités de la conservation des documents
–  Les rapports (dans certains espaces) de l’autorité urbaine avec l’autorité centrale (les pouvoirs extérieurs)

  • Isabella Lazzarini (Université de Molise, Italie)

L’écrit et le pouvoir dans l’Italie bas-médiévale : les chancelleries urbaines et la construction de l’Etat territorial (XIVe-XVe siècle)

  • Jean-Louis Gaulin (Université de Lyon 2, France)

Les notaires et la ville (Italie, fin du Moyen Age)

  • Walter Prevenier, Thérèse de Hemptinne (Université de Gand, Belgique)

Les actes urbains, témoins d’une conscience identitaire et instruments de décision politique et de contrôle social en Flandre aux 14e et 15e siècles

  • Père Verdès Pijuan, (CSIC Barcelone, Espagne)

La « casa del racional » : mémoire fiscale et identité urbaine dans la couronne d’Aragon (XIVe-XVe siècle)

  • Maria Asenjo-Gonzales (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Arguments politiques et culture urbaine dans les raisonnements de Tolède

contre Grenade après 1492

  • Lynn Gaudreault (Université du Québec à Montréal)

Le registre de délibérations comme outil de représentation de l’identité urbaine et lieu de dialogue entre autorité communale et pouvoir royal (Brignoles, 1387-1391)

  • Thierry Dutour (Paris-Sorbonne, France)

« A requeste de bones genz li sires a la demande ». Recherche sur l’expression d’une identité urbaine dans le dialogue entre le Prince et la ville (espace francophone, XIIIe-XVe siècles).

  • Caroline Barron (Royal Holloway University of London, UK)

Londres et le roi à la fin du Moyen Âge

  • Bove Boris (Paris XII, France)

De la ville aux mille rues à la ville exemplaire : la variété des éloges identitaires de la ville et leur récupération par les clercs au service du roi

  • Joseph Morsel (Université de Paris 1, France)

Quand la ville (se) pose en seigneur. Nuremberg, l’écrit et la maîtrise de l’espace-temps vers 1500

Session M11 : Factions, Lineages and Conflicts in European Cities in the Late Middle Ages. Models and Analysis from Hispanic and Italian Areas.

This session wants to analyse questions that have long been of interest to the italian historiography as well as to the spanish one. It focuses especially on the role of factions in the italian “città comunali” or the “bandos” in hispanic kingdoms, issues whose research prospectives have been renewed by recent approaches attending to notions like conflict and lineage.

One of the main objectives of the session is to suggest a frame for possible comparison between some models of political urban organization in the late Middle Ages that differs from the usual comparison between institutional structures of power. Instead, the papers will underline social practices and languages that take place in very different contexts.

  • Carla Keyvanian (Auburn University)

Barons, Towers, and Hospitals: The Formation of a Social and Political Elite in Late Medieval Rome

  • Patrick Lantschner (University of Oxford)

Institutional Pluralism, Coalitions and Revolts: The Case of Late Medieval Bologna

  • Marco Gentile (Università degli Studi di Milano)

Lineage and faction in the Lombard towns (late 14th – early 16th century)

  • Cristina Jula (CSIC)

Los Velasco: stratégies lignagères, conflit et négociation à l’intérieur d’une famille de projection urbaine au Moyen Âge castillan

  • María Ángeles Martín Romera (Universidad Complutense de Madrid)

Social Networks and Urban Elite´s Conflicts in Valladolid at the End of the Middle Ages

  • Pierluigi Terenzi (Università di Milano)

Urban Conflicts and Royal Politics in Late Medieval Southern Italy. The City of L’Aquila in the Fourteenth and Fifteenth Centuries

  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra)

Urban partialities in Navarre in the Late Middle Ages

Session S17 : Urban elites and chivalrous culture in the Middle Ages : comparison between the Low Countries and Italy (XIIe-XIVe centuries)

Les recherches italiennes s’accordent depuis quelques années sur l’importance d’un phénomène de convergence sociale au sein de l’aristocratie urbaine composée au départ de groupes sociaux d’origines diverses. Ces auteurs identifient plusieurs facteurs d’intégration : richesse, maîtrise scripturaire et savoir pratique, appartenance à la militia citadine et son corollaire, le combat à cheval. Ce dernier élément apparaît comme un trait de comportement important pour accéder à la classe dirigeante en ville. Hors d’Italie, l’historiographie a encore fait peu de cas de cette problématique, bien que certains historiens du nord-ouest européen commencent à intégrer ce problème dans leur questionnaire et tentent d’évaluer sa pertinence vis-à-vis des sociétés urbaines plus septentrionales. L’ambition de cette session, en faisant appel à plusieurs contributions provenant tant du monde transalpin que du champ cisalpin, entend apporter une solide réflexion comparée à ce problème et permettre d’imposer ou non cet acquis de la recherche italienne à d’autres historiographies européennes.

  • Davide Caffù (Centro di ricerca sulle Istituzioni e le Società Medievali (CRISM))

La culture équestre dans la définition des élites urbaines à Gênes à travers les Annales lanuenses (XIIe-XIIIe siècles)

  • Frederik Buylaert (Ghent University), Jan Dumolyn (Ghent University)

Nobles between town and countryside. The integration of noble residences in the city of Bruges in an age of expansion (12th-14th century)

  • Maria Elena Cortese

The Lay Aristocracy in the Tuscan March between city and Country (11th-12th cent.)

  • Paulo Charruadas (Université libre de Bruxelles)

Urban elites and seigniorial elites in Brussels: cultural links, family ties and social convergence (12th-14th century)

Programme de la conférence