Coups d’état à la fin du Moyen Âge

Un ouvrage à relire…

Aux fondements du pouvoir politique en Europe occidentale

François Foronda, Jean-Philippe Genet, José Manuel Nieto Soria (éd.)

Collection de la Casa de Velázquez no 91, Madrid, 2005

Forgé par Gabriel Naudé, au temps baroque d’une raison d’État triomphante, le concept de  » coup d’État  » peut-il s’appliquer à des âges antérieurs, en particulier à celui de la genèse médiévale de l’État moderne ? C’est à cette question d’histoire rétrospective qu’ont tenté de répondre les auteurs de cet ouvrage. Leurs réponses, qui dessinent un vaste panorama occidental et comparatiste – de l’Angleterre à la péninsule italienne et de la péninsule Ibérique à la Suède – tendent à démontrer que, bien avant de devenir un concept, le coup d’État a d’abord été une pratique généralisée. Car, quelle que soit la nature du régime politique en vigueur ici ou là, que le coup d’État vienne du dedans ou du dehors, qu’il soit perpétré par ceux qui ont le pouvoir ou par ceux qui le contestent et projettent de s’en emparer, il ramène aux fondements même d’une construction étatique en quête d’assurance et de réassurance. En d’autres termes, le coup d’État est comme une pratique constituante.

Table des matières

François Foronda
Avant-propos

Jean-Philippe Genet:
Le coup d’État, ou les légitimités contrairées

Patrick Boucheron:
Théories et pratiques du coup d’État dans l’Italie princière du Quattrocento

Corinne Péneau:
Separare regem a regimine regni.  » Coups d’État  » et expression de la loi dans la Suède des XIVe et XVe siècles

José Manuel Nieto Soria:
Rex inutilis y tiranía en el debate político de la Castilla bajomedieval

Remedios Morán Martín:
Alteza… merçenario soys. Intentos de ruptura institucional en las Cortes de León y Castilla

John Watts:
Usurpation in England. A Paradox of State-Growth

Mélanie Pierrard:
D’une proposition à l’autre. La vision des changements dynastiques dans les Bruts et les Chroniques de Londres en Angleterre aux XIVe et XVe siècles

Jean-Marie Moeglin:
Chute et mort d’Adolf de Nassau (1298). Stratégies et scénarios pour un coup d’État

Yann Potin:
Le coup d’État  » révélé  » ? Régence et trésors du roi (septembre-novembre 1380)

François Foronda:
S’emparer du roi. Un rituel d’intégration politique dans la Castille trastamare

Ana Isabel Carrasco Manchado:
La toma del poder de Isabel I de Castilla. Golpe a la legitimidad de Enrique IV

Pau Cateura Bennàsser:
Los conceptos de orden y desorden político en la historiografía balear

María Asenjo González:
Ciudades y poder regio en la Castilla Trastámara (1400-1450)

Eloísa Ramírez Vaquero:
Un golpe revolucionario en Navarra: 13 de marzo de 1328

Armand Jamme:
Renverser le pape. Droits, complots et conceptions politiques aux origines du Grand schisme d’Occident

Flocel Sabaté i Curull:
El poder soberano en la Cataluña bajomedieval: definición y ruptura

Gilles Lecuppre:
De l’essence du coup d’État à sa nécessité. L’imposture, entre fausse légitimité et complot véritable

María Concepción Quintanilla Raso:
Discurso aristocrático, resistencia y conflictividad en el siglo XV castellano

Juan Manuel Carretero Zamora:
Crisis sucesoria y problemas en el ejercicio del poder en Castilla (1504-1518)

Miguel Ángel Ladero Quesada:
¿Golpes de Estado a fines de la Edad Media? Fundamentos del poder político en la Europa occidental

Claude Gauvard:
Le coup d’État, de l’émotion à la sujetion

Extraits sur le site de la Casa de Velazquez

 

 

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Détente radiophonique

Le jeudi 2 décembre, sur France culture, Jacques Munier recevait Jean-Claude Maire-Vigueur.

L’historien présentait notamment l’organisation administrative et sociale de la ville de Rome à partir de son ouvrage Cavaliers et citoyens. Guerre, conflits et société dans l’Italie communale, XIIe-XIIIe siècle.

Accès au podcast de l’émission

Page de l’éditeur

Le gouvernement pontifical

Patrick GILLI et Julien THERY, Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (XIIe-mi XIVe siècle), Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2010, 676 p., ISBN : 978 2 84269 893 5 ; prix : 58 euros.

Avant-propos et sommaire à télécharger