Résister à la justice, dans l’Europe médiévale et moderne

Colloque de Pessac

du 12 au 14 décembre 2011

Le programme Gouvaren sera représenté à ce colloque par Laure Verdon dans le cadre de la section: « Contestation et construction de l’État justicier »

 

Informations sur calenda.

Programme en téléchargement

Le peuple au Moyen Âge

A l’occasion des XXVIe rencontres de Pétrarque, la Fabrique de l’Histoire est à Montpellier et s’intéresse cette semaine à l’histoire du peuple.

Le deuxième volet de cette enquête porte sur le Moyen Âge. Pour parler du concept de populus et de son évolution au cours du Moyen Âge étaient invités Danielle Iancu, Patrick Gilli et Thomas Granier.

émission en podcast sur le site de France culture

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


Jeux de pouvoirs et transformations de la ville en Méditerranée.

Le 4 mai, les doctorants de l’UMR TELEMME reçoivent des jeunes chercheurs de tous horizons pour parler notamment des pouvoirs dans la ville de Méditerranée du Moyen Âge à nos jours.

Programme sur le site de l’UMR TELEMME

Compte-rendu Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

journée du 5 novembre 2010

Gouvaren

Programme :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Compte-rendu sommaire :

Introduction d’Anne Mailloux

Lors de la journée de juin, nous avions traité de l’enregistrement de l’information en partant d’une analyse technique des documents. Il s’agit aujourd’hui de s’orienter vers ce qui nous occupera durant la troisième année Gouvaren en mettant « l’autorité » au centre de nos interrogations. Nous passerons donc de la question de l’autorité du document à celle de l’auctoritas. L’angle choisi, dans un champ d’étude des pratiques documentaires, est celui d’une progression de l’oral vers l’écrit.

Auctoritas, auctoritates

Si la journée de juin avait été largement ouverte au Moyen Âge central, cette deuxième séance de l’année 2010 porte sur une période plus tardive et dans des contextes institutionnels différents (Anne Mailloux). Le thème de l’auctoritas et de ses écrits a été, tout d’abord, exploré à partir d’un cas de « réaction seigneuriale » de la fin du XVe siècle (Pierre Prétou) et dans le cadre de l’enregistrement des décisions pontificales durant le XIVe siècle (Armand Jamme). Le litige présenté par Pierre Prétou associait d’ailleurs plusieurs juridictions puisqu’il oppose le seigneur Gaston de Foix, baron de Coarraze, à la cour de Pampelune qui initie une enquête suite aux plaintes des habitants de la seigneurie de Gaston de Foix constitués en syndicat.

Les communautés d’habitants étaient majoritairement représentées durant cette journée. Ce furent d’abord des communautés rurales ainsi que l’attestent les contributions de Pierre Prétou et de Paul Fermon. Ce dernier s’est également intéressé à un litige mais qui oppose deux communautés la communauté de Barbentane, bourg provençal (défendeur) à celle des Issards, de l’autre côté du Rhône, dans le royaume de France (demandeur) à propos de leurs droits sur l’île de Courtines, iscle dont l’emplacement est modifié suite à une crue du Rhône à la fin du XVe siècle.

Enfin, deux interventions se sont consacrées aux communautés urbaines de la fin du Moyen Âge dans deux espaces distincts, soit Marseille, dans le comté de Provence (François Otchakovsky-Laurens) dont les registres de délibérations sont étudiés sur deux décennies de la fin du XIVe siècle, et un ensemble de villes du Rhin supérieur (Olivier Richard). Ces dernières présentent des situations très diverses, puisqu’il s’agit tout autant de grandes que de petites villes, tout aussi bien de cités épiscopales que de communes libres, situation dont le meilleur exemple est celui de Bâle où l’autonomie était forte. Quelle que soit la situation, les conseils de ville passent commande de livres des serments, qui constituent un large corpus s’étalant du XIVe au XVIe siècle présenté dans ses moindres détails par Olivier Richard.

L’écrit et l’enregistrement

Si la journée d’étude précédente s’était centrée sur les cartulaires, les sources étudiées pour cette deuxième journée étaient quant à elle d’une grande variété. Certains actes ont essentiellement une valeur probatoire. Pierre Prétou a bien montré comment les divers documents utilisés servent « d’arme diplomatique ». D’une part, Gaston de Foix se munit d’un grand nombre d’actes pour prouver ses droits, tandis que l’enquête menée par la cour de Pampelune a pour but de conduire à une condamnation pour crime de lèse-majesté. Les sources présentées par Paul Fermon sont d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit en majorité de vues figurées destinées à faire preuve.

François Otchakovsky-Laurens a également insisté sur le rôle de certains documents des registres de délibérations de Marseille insérés pour leur valeur probatoire. Son étude sur les assemblées marseillaises, et sur leur enregistrement, repose, en effet, sur l’analyse de ces registres qui contiennent des documents divers, dépassant le seul cadre des procès-verbaux des réunions, selon les nécessités ressenties par le conseil de ville. Le travail du notaire en amont et en aval de ces réunions révèle plusieurs éléments. Retenons, tout d’abord, que certains actes non destinés originellement à l’enregistrement changent de fonction. C’est le cas notamment des brouillons ajoutés parfois pour justifier une décision. Surtout, François Otchakovsky-Laurens a constaté que « l’on passe de la mise en forme des séances à leur mise en conformité ». On aboutit à un contrôle a posteriori de l’universitas sur son image. « Une sélection s’effectue sans que l’on puisse forcément parler de censure ». Ici, l’écrit permet à la ville d’asseoir son autorité. C’est également ce que montrent les travaux d’Olivier Richard. Ce dernier a conduit une fine étude des livres de serments, dont la définition ne peut se limiter à des registres où sont consignées des formules de serments apprêtées. Ces livres sont en fait assez distincts de l’exercice du pouvoir et ont essentiellement une fonction de représentation du pouvoir.

Contrairement aux autres documents étudiés durant cette journée, les livres de serments n’ont pas une valeur probatoire mais sont avant tout fonctionnels, ce que montrent notamment les sélections effectuées en amont de la mise par écrit. Il en va de même pour les registres pontificaux. Armand Jamme a plus précisément comparé les registres de la chancellerie et ceux de la chambre apostolique, dans la thématique de la désignation à un office qui est, par définition, « le point le plus patent du fait de gouverner ». La question de savoir s’il était nécessaire d’avoir une bulle pour être officier du pape a longtemps été contournée car la réponse semblait évidente. En fait, Armand Jamme a montré que l’enregistrement n’est pas systématique. Dans la mesure où la décision émane du pape, nul n’est besoin de se référer à une pièce diplomatique particulière.

Les mots de l’auctoritas. La relation entre rituel et oralité

L’influence de l’oral sur l’écrit n’est pas une évidence. Les diverses interventions ont fait ressortir une multiplicité des rapports oral-écrit. Certaines ont insisté sur la modification de l’écrit en fonction de ce qui est dit. Le dossier exploité par Pierre Prétou est éloquent sur ce point puisque les questions des enquêteurs sont modifiées à partir d’un unique témoignage. Les témoins qui déposent après celui-ci se souviennent des méfaits de Gaston de Foix. Si dans ce cas seule une partie des écrits est modifiée par l’oral, l’écrit ne reflète parfois que ce qui est ou doit être dit, comme le révèle l’usage des livres de serment du Rhin supérieur. L’oralité occupe également une place majeure dans le processus décisionnaire pontifical. Armand Jamme a concentré son intervention sur une fine étude du vocabulaire reposant notamment sur des analyses statistiques des choix des mots de l’autorité et de leurs occurrences, au fil des pontificats. Il a montré que les libri officialium sont fondés sur la simple parole du pape.

Au sein des registres de délibérations étudiés par François Otchakovsjy-Laurens, l’oral est peu perceptible, contrairement aux registres marseillais du début du XIVe siècle, où les délibérations au sens propre font une grande part au déroulement des assemblées et à la participation de ses différents membres. Les témoignages de l’oralité sont assez faibles, ce qui s’explique notamment par l’interdiction de 1348 de faire des conciliabules en séance. L’expression des avis des conseillers peut se trouver au sein de corrections faites aux registres et de façon générale dans les nombreuses traces du travail effectué en aval. En revanche, le poids de l’oral semble inexistant dans le cas de la peinture de l’île de Barbentane. Bien que l’enquête repose sur des témoignages oraux, ces derniers ne suffisent pas à contrebalancer la preuve que constitue la peinture qui ne révèle que la situation après la crue du Rhône (Paul Fermon).

Conclusion

Les riches travaux de cette journée ont clairement répondu à la question de la reproduction du rituel à l’écrit. Cela aura permis de mieux cerner « les mécanismes qui font que la mise en écrit vient conforter une ritualisation de l’oralité » (Anne Mailloux). Les contributions ont lancé deux grandes pistes qui partent de l’étude de l’écrit et qui méritent d’être approfondies à l’avenir à savoir écrit-norme-pouvoir d’une part et écrit-discours-rituel d’autre part (Laure Verdon).

Rives n° 37

Du castrum au registre, et vice-versa.
L’enquête générale en Provence angevine,
fin XIIIe-fin XIVe siècle

Le dernier numéro de la revue Rives méditerranéennes vient de paraître :

Thierry Pécout (dir.), Du castrum au registre, et vice-versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin XIIIe-fin XIVe siècle, Rives méditerranéennes, n°37, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2010, 99 pages.

« L’intérêt de l’historiographie pour l’enquête domaniale et de réformation des XIIIe et XIVe siècles ne se dément pas. Les motivations politiques et idéologiques, les questions de mise en  registre et de conception du document, l’apport des outils formels issus de la procédure criminelle, autant de pistes ouvertes qui nous font presque oublier l’intérêt considérable d’une pareille documentation pour la connaissance des structures domaniales de la monarchie angevine de Naples. Comme un solide et paisible point d’ancrage, les terres provençales nourrissent ses ambitions méditerranéennes. Mais c’est aussi à la découverte de l’intimité et de l’équilibre des relations de l’homme, des communautés et des espaces, que nous invite le décryptage de ces longs registres d’enquête. » (T. P.)

La Provence est un terrain de choix pour l’étude des enquêtes domaniales – ainsi qu’en témoigne notamment notre programme  – puisque, comme le note Thierry Pécout dès l’avant-propos, elles se déroulent à un rythme trentenaire entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle. Les articles rassemblés dans ce numéro [1] témoignent de cette fréquence et de l’apport des enquêtes à la connaissance de l’implantation des comtes de Provence jusqu’aux marges de leur principauté, propos appuyé par un  riche travail cartographique.

Sommaire

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Avant-propos »

L’enquête générale de Charles II, 1297-1299

Damien Ruiz (Aix-Marseille I, UMR TELEMME), « L’enquête sur les dtroits et revenus de Charles II en Provence (1297-1299). Le registre de la baillie de Seyne (AD13, B 1036): quelques jalons chronologiques »

Joachim Stephan (Université Adam-Mickiewicz, Poznan), « Les bases du pouvoir royal dans la viguerie de Sisteron, selon l’enquête de Charles II »

L’enquête générale du roi Robert, 1331-1334

Philippe Jansen (UMR Cépam, Nice Sophia Antipolis), « Les droits comtaux dans les circonscriptions de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 »

Conclusion : pérennité d’une pratique administrative sous la première maison d’Anjou

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Une quatrième enquête générale en Provence? L’enquête du sénéchal en 1364-1365 »

 

Un des intérêts majeurs de ce volume réside justement dans la démarche mise en exergue dans le titre qui « insiste sur le passage d’une information recueillie localement et procédant des structures spatiales et sociales qui constituent le cadre de vie en Provence à cette époque (le castrum), à une donnée administrative et comptable enregistrée, archivée et utilisable (le registre) » (T. P.).

Cet axe d’étude donne ainsi lieu à l’association d’analyses chronologiques et codicologiques, ainsi qu’en témoigne l’article de Damien Ruiz. Il s’agit pour lui de recréer le déroulement de l’enquête à partir du registre. Nous mesurons ainsi toute la difficulté pour l’administration comtale de parvenir au recueil de l’information, comme le montrent les exemples de manque de déclarants ou de déclaration des coseigneurs.  L’étude des enquêtes provençales permet d’éclairer les fonctions des différents agents de la principauté. Le cas de la baillie de Seyne, en particulier, révèle le rôle majeur des officiers locaux, agissant en lieu et place « d’une commission itinérante comme on en trouve la plupart du temps » (D. R.).
Surtout, ces enquêtes permettent « une définition du domaine royal » (T. P.). La contribution de Joachim Stephan détaille les droits royaux dans la baillie de Sisteron. Il met en avant leur évolution – notamment en ce qui concerne la dépendance – et apporte des éclairages quant au vocabulaire employé. Dans cette baillie, le pouvoir royal est déjà bien établi à la fin du XIIIe siècle, ce que montre la quasi omniprésence des mentions du majus dominium.
L’accroissement de l’autorité comtale est également bien attesté en Provence orientale, territoire riche offrant de grandes « perspectives de revenus », comme le développe Philippe Jansen. Ce dernier apporte de solides conclusions étayées par des tableaux de synthèse (taux de perception de l’albergue et de la cavalcade par exemple) fruit du travail d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno sur cette circonscription. Il s’agit ainsi pour l’auteur d’ « évaluer le rapport financier de la domination comtale ». L’évolution des droits comtaux y est forte surtout en ce qui concerne la justice.

C’est justement par l’adjonction de plusieurs enquêtes que nous pouvons percevoir au plus près l’évolution de l’emprise comtale sur le territoire. La conclusion de Thierry Pécout sur l’enquête de 1364-1365, réalisée dans un contexte d’aliénations territoriales non négligeables, est à ce titre riche fort utile. Réalisée « dans la continuité des grandes enquêtes angevines », elle met en exergue le souci de l’administration de « compléter et utiliser les données recueillies » afin de contrôler au mieux ses possessions sur le long terme.


[1] Contributions présentées initialement lors d’une journée d’étude du programme d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno le 7 novembre 2008.

 

3e journée Gouvaren

Construire l’autorité. De la parole au registre

Ce sujet sera décliné principalement selon l’axe des modes d’enregistrement de l’information dans ces différents types de supports, afin de poursuivre la réflexion entamée lors de la précédente rencontre sur le thème «Enregistrer l’information. Cartulaires, registres, estimes… dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales». Les communications permettront de mettre en exergue le processus de passage de l’oralité à la scripturalité.

vendredi 5 novembre 2010Gouvaren
MMSH, salle Paul-Albert Février

9h30 – 12h30 :

Anne Mailloux, LAMM – ANR Gouvaren,
Introduction.

Pierre Prétou, Université de La Rochelle,
Enregistrer des enormia : autonomie de la parole et mises en scène procédurales entre le royaume de France et les couronnes ibériques, fin du XVe siècle.

Paul Fermon, EPHE Paris,
De l’enquête au document figuré : le procès de l’Ile de Courtines devant le Grand Conseil (1487-1514).

14h-17h30 :

Armand Jamme, CNRS – Université de Lyon II,
Obéir aux ordres du pape. La place de l’oralité dans les documents du XIVe siècle (Chancellerie et Chambre apostolique).

François Otchakovsky-Laurens, Université de Provence,
Les assemblées urbaines et l’enregistrement de la parole publique, d’après les registres de délibérations de la commune de Marseille.

Olivier Richard, Université de Haute Alsace,
La parole et l’écrit dans les livres de serment des villes de Haute-Rhénanie à la fin du Moyen Âge.

Programme en téléchargement

La ville méditerranéenne

Dans le cadre du séminaire Economie et Société, le LAMM s’intéresse cette année à « La ville méditerranéenne au Moyen Âge ».

Pour la première séance, le 11 octobre, nous aurons le plaisir d’entendre Noël Coulet et Giovanni Vitolo sur « La ville capitale : Aix-en-Provence-Naples ».

MMSH – Salle Georges Duby, 14h-17h.

Programme du séminaire.

Le gouvernement des communautés politiques

A paraître

Actes du colloque en l’honneur d’Albert Rigaudière
(Paris, 6, 7 et 8 novembre 2008)

Le gouvernement des communautés politiques à la fin du Moyen Âge
Entre puissance et négociation : Villes, Finances, État

Textes réunis par Corinne Leveleux-Teixeira, Anne Rousselet-Pimont, Pierre Bonin et Florent Garnier regroupés autour de trois thèmes centraux dans les recherches d’Albert Rigaudière : la ville, les finances et l’État.

Quand gouverner, c’est enquêter

Les actes du colloque d’ouverture de Gouvaren viennent de paraître !

Thierry Pécout  (dir.), Quand gouverner, c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière, Occident, XIIIe-XIVe siècles, Actes du colloque international, De Boccard, Paris, 2010, 627 pages.

Sommaire

L’ENQUÊTE DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE

Amélia AGUIAR ANDRADE, Les enquêtes royales au Portugal, 1220-1343

Maria Filomena COELHO, Inquiricões régias medievais portuguesas : problemas de abordagem e historiografia

Alexandra BEAUCHAMP, Contra injurias, violencias, corrumpciones sordidas, fraudes enormes, extorsiones illicitas : enquêtes générales et contrôle des officiers royaux dans la Couronne d’Aragon des années 1340

Eloísa RAMÍREZ VAQUERO, Inquirir, evaluar, actuar en un reino lejano : Navarra s. XIII-XIV

Carlos ESTEPA DÍEZ, El Libro Becerro de las Behetrías (1351-1352) : Pesquisa real, poderes señoriales y fiscalidad de Estado

LE ROYAUME DE FRANCE, LE DAUPHINÉ ET LES TERRITOIRES SAVOYARDS

Frédéric BOUTOULLE, L’enquête de 1236-1237 en Bordelais

Marie DEJOUX, Mener une enquête générale, pratiques et méthodes : l’exemple de la tournée ordonnée par Louis IX en Languedoc à l’hiver 1247-1248

Gaël CHENARD, Les enquêtes administratives dans les domaines d’Alphonse de Poitiers

Olivier MATTÉONI, Louis II de Bourbon, l’enquête et la réforme : remarques sur une pratique de gouvernement

Aurelle LEVASSEUR, L’enquête générale princière comme technique de gouvernement : réflexions typologiques à partir de l’exemple du Dauphiné (1250-1349)

Nicolas CARRIER, Les enquêtes delphinales du milieu du XIIIe siècle dans le contexte des Alpes occidentales

LE ROYAUME DE NAPLES, LES TERRES DE L’ÉGLISE ET LE ROYAUME D’ITALIE

Jean-Paul BOYER, La domanialité entre Provence et Mezzogiorno sous la première dynastie angevine

Serena MORELLI, La territorializzazione della politica : competenze, metodi e obiettivi del personale amministrativo addetto alle inchieste

Armand JAMME, Entre révélation des réalités et propagande politique, l’enquête et ses desseins dans l’État pontifical aux XIIIe et XIVe siècles

Riccardo RAO, Le inchieste patrimoniali nei comuni dell’Italia settentrionale (XII-XIV secolo)

Damien BROC, Légitimation du gouvernement de la commune de Gênes et contrôle de la légalité : les enquêtes des syndicatores generales (1363-1404)

LA PROVENCE ANGEVINE

Laure VERDON, La notion d’usurpatio et ses usages : apports de la législation et des enquêtes à la construction de la souveraineté en Provence (1250-1335)

Thierry PÉCOUT, Le personnel des enquêteurs en Provence angevine : hommes et réseaux (1251-1365)

Michel HÉBERT, L’enquête de 1319-1320 sur la cavalcade en Provence

Jean-Luc BONNAUD, Le pouvoir comtal en Provence au miroir de l’enquête de Leopardo da Foligno contre Guillaume de Vaumeilh (baillie de Sisteron, 1332)

Philippe JANSEN, La participation des communautés et de leurs représentants à l’enquête comtale de 1332-1333

Anne MAILLOUX, Codicologie des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno en Provence (1331-1334). Premier bilan et perspectives

Noël COULET, L’enquête de Véran d’Esclapon dans la viguerie d’Aix (1379)

LES PRINCIPAUTÉS DE FLANDRE ET D’EUROPE ORIENTALE

Marc BOONE, Le comté de Flandre au XIVe siècle : les enquêtes administratives et juridiques comme armes politiques dans les conflits entre villes et prince

Joachim STEPHAN, Le Landbuch de la marche de Brandebourg (1375)

Enikö CSUKOVITS, La pratique de l’enquête sur les droits royaux dans le royaume de Hongrie au XIVe siècle

ENQUETE ET RÉFORME DANS LES INSTITUTIONS ECCLÉSIASTIQUES

Damien CARRAZ, Les enquêtes générales de la papauté sur l’ordre de l’Hôpital (1338 et 1373). Analyse comparée dans le prieuré de Provence

Memini, L’écrit et la ville

Le GREPSOMM, Groupe de REcherche sur les Pouvoirs et Sociétés dans l’Occident Médiéval et Moderne, a travaillé de 2006 à 2008 sur le thème de « L’écrit et la ville ». Deux tables-rondes se sont tenues à Montréal et à Québec portant respectivement sur les cartulaires et les registres de délibérations municipales. Le volume 12 de la revue Memini regroupe la plupart des interventions de ces journées.

Pour une « révision en profondeur des désignations »

L’ensemble des articles témoigne de la difficulté de définir les deux types de sources au coeur des travaux. Ce ne peut être fait, en tous les cas, en fonction des juridictions ayant produit les actes étudiés. Au sein des cartulaires, mais également parfois dans les registres de délibérations, se trouvent des actes reçus par la ville tout aussi bien que divers autres documents émanant des institutions municipales.
Ce n’est que par l’accumulation d’un grand nombre d’études de cas qu’il est possible de cerner au plus près les intentions des communautés médiévales et les processus d’élaboration de leurs écrits. Sur ce point, le volume de Memini constitue un matériel de réflexion et de travail majeur tant par les thématiques dégagées que par l’ampleur géographique étudiée puisque la quasi totalité de l’espace français est couverte par les divers articles.

Les cartulaires municipaux:

Une « cristallisation de l’image que la municipalité souhaite projeter »

L’introduction de Kouky Fianu et de Michel Hébert insiste sur le fait que « le cartulaire est une mémoire du passé assurée par la copie, certes, mais d’un passé choisi et construit par ses auteurs pour le futur ».
Dans son article, Caroline Bourlet s’est attachée à recenser tous les cartulaires municipaux de la moitié nord de la France « incluant les régions du nord de la Loire et l’est de la Saône ». Travaillant à partir de la définition du « cartulaire » réactualisée par la Commission internationale de Diplomatique et la Commission internationale de Sigillographie, elle propose un recensement plus strict que ceux proposés précédemment (151 manuscrits du XIIIe au XVIIIe siècle, dont les deux tiers seraient d’origine municipale). L’article est richement illustré de graphiques et tableaux donnant une vision d’ensemble de la documentation sous de nombreux angles d’étude. Ce travail permet de mettre l’accent sur un grand nombre de divergences qui empêche de concevoir ces sources comme un corpus cohérent.
Ce caractère hétérogène est constaté tant entre les cartulaires entre eux, ce que remarque également Michel Hébert pour la Provence, qu’au sein même des cartulaires, ainsi que le montrent les contributions de Kouky Fianu sur Orléans et de Sébastien Drolet pour Abbeville. Ces travaux témoignent, s’il en était encore besoin, de l’importance de l’apport de la codicologie non seulement à l’étude générale des écrits des diverses juridictions médiévales mais également à la détermination des causes de leur rédaction et à la compréhension des enjeux de pouvoir.
Par exemple, le cartulaire d’Abbeville est composé à un moment où les privilèges de la commune étaient menacés par l’arrivée de nouvelles autorités. Sébastien Drolet met ainsi en évidence le parallèle entre les différentes vagues d’écriture et l’évolution de la conjoncture politique. De même, Sébastien Hamel montre que le cartulaire de Saint-Quentin est composé alors que les institutions municipales ont à faire face à des conflits de juridiction majeurs.
L’examen de ce dernier cartulaire révèle comme souvent la présence de quelques actes sur les infractions commises par les baillis. La prise en compte de cette source « municipale » est donc à n’en pas douter un complément précieux aux documents sollicités usuellement dans le cadre de l’étude sur l’administration des principautés territoriales et les moyens de gouvernement mis en oeuvre par les souverains (enquêtes etc…).
Afin d’affiner la définition du cartulaire municipal, retenons les propos de Sébastien Hamel qui assimile le livre rouge de Saint-Quentin à un « recueil de jurisprudence, dans son sens médiéval et coutumier d’accumulation de décisions (ou précédents), de motivations que les juges en donnent (…) et que les autorités municipales de Saint-Quentin considéreraient comme l’essentiel du droit de la ville, plus que la loi de la ville elle-même (c’est-à-dire sa charte de commune), parce qu’elle l’interprétait et l’appliquait dans des cas concrets ».

Les registres de délibérations

Une source « lissée au bénéfice d’une unanimité de façade qui cherche à construire une cohésion sociale autour des décisions des élites du pouvoir ».

Concernant la définition des registres de délibérations, il convient là encore de rester prudents. Comme le montrent les articles de Lynn Gaudreault et de Cynthia Law-Kam Cio pour la Provence ou l’article de Florent Garnier et Nathalie Preynat pour le Rouergue et l’Auvergne, le registre de délibérations – ou cartularium consilii que l’on trouve majoritairement dans le comté de Provence – ne contient pas toujours, voire pas du tout selon les lieux, le détail des débats des autorités municipales, pour se concentrer sur les ordonnances émanant du jus statuendi.
L’article de Lynn Gaudreault propose une réflexion intéressante sur la qualification de ces sources, rattachées à la notion d’ « écrit pragmatique », en partant d’une présentation de l’historiographie anglophone du concept de literacy. Sur ce point, l’auteur remet en cause la traduction de « scripturalité » proposée par Joseph Morsel. Comme pour les cartulaires, les premiers registres de délibérations conservés dans les villes provençales étudiées (Brignoles par Lynn Gaudreault et Barjols par Cynthia Law-Kam Cio) témoignent du lien ténu entre écrit et conjoncture politique.

Ce volume de Memini met en exergue le rôle identitaire ou mémoriel (en particulier par la sélection même des actes en amont de la rédaction) des deux sources étudiées. Kouky Fianu et Michel Hébert retiennent comme vecteurs identitaires forts les normes de présentation graphique, les choix stylistiques des scribes, ou encore les choix linguistiques, sujets abordés ou approfondis dans l’ensemble des contributions rassemblées.
Au-delà de l’approche du gouvernement médiéval qui nous occupe ici, et afin d’élargir la réflexion, terminons sur les mots de Kouky Fianu : « plutôt qu’une institution, les manuscrits laissent voir la variété de la production scripturale à la fin du Moyen Âge et contraint ainsi ceux qui s’y intéressent à examiner plus attentivement les producteurs d’écrits dans une perspective d’histoire sociale de l’écriture. À trop vouloir classer la documentation comme l’émanation d’une institution ou d’une autre (urbaine, monastique, municipale, etc.), ne risque-t-on pas d’occulter l’histoire culturelle qui a animé les villes de la fin du Moyen Âge?