Publications récentes

Deux publications récentes concernent directement la thématique des enquêtes et, d’une manière plus générale pour la première, les modalités du gouvernement dans l’Occident médiéval.
Il s’agit de :
– Jacques DALARUN, Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma, 2012
Poursuivant une réflexion entamée dès 1999 sur la base des sources franciscaines, Jacques Dalarun s’interroge dans son dernier ouvrage – Gouverner c’est servir. Essai de démocratie médiévale, Paris, Alma éditeur, 2012 – sur les modes innovants de gouvernement inventés au Moyen Âge au sein des communautés religieuses. La question du service, au coeur de l’action politique est ici posée dans ses dimensions idéologiques et pratiques. Ce faisant, le médiéviste nourrit sa réflexion des apports de la philosophie, et trouve par là un écho sensible dans le débat actuel sur l’exercice de la démocratie contemporaine.

– Laure VERDON, La voix des dominés. Communautés et seigneurie en Provence au bas Moyen Âge, Rennes, PUR, 2013
L’avarice et la tyrannie de la domination seigneuriale médiévale semblent avoir acquis valeur de fait historique. Mais qu’enont réellement pensé ceux qui les subissaient ? Comment ont-ils réagi, au quotidien, face aux manifestations d’un pouvoir que nous considérons aujourd’hui comme injuste et insupportable ? C’est en conservant présente à l’esprit cette interrogation,en adoptant une méthodologie qui emprunte aux sciences sociales, en partant « du bas » et non « du haut », que ces concepts sont ici revisités par le biais de sources qui donnent la parole aux dominés. L’ouvrage s’appuie sur une documentation de type inquisitoire, relative à des conflits de juridiction notamment ayant mis aux prises le comte de Provence, les seigneurs et les communautés entre la seconde moitié du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, pour proposer une nouvelle lecture des rapports de domination mais également des structures qui définissent les communautés rurales et urbaines dans le contexte de la mise en place d’un pouvoir de type souverain par les Angevins en Provence.

Légitimation et lignage en péninsule Ibérique au Moyen Âge

E-Spania

revue interdisciplinaire d’études hispaniques médiévales

Georges Martin, José Carlos Ribeiro Miranda dir.

Numéro 11, juin 2011

Sommaire

Georges MARTIN et José Carlos Ribeiro MIRANDA
Avant-propos

José MATTOSO
Introdução: Legitimação e linhagem

Francisco BAUTISTA
Cardeña, Pedro de Barcelos y la Genealogía del Cid

Arsenio DACOSTA
Memoria linajística, legitimación dinástica y justificación personal en el Libro del linaje de los señores de Ayala y sus continuaciones

Mª do Rosário FERREIRA
A estratégia genealógica de D. Pedro, Conde de Barcelos, e as refundições do Livro de Linhagens

Maria Joana GOMES
Para além da linhagem. Poder e sucessão régia no feminino

Sara GONZALEZ
Los linajes paralelos: legitimación de la milicia funcionarial en las crónicas nobiliarias castellanas del siglo XV

Carlos HEUSCH
La pluma al servicio del linaje. El desarrollo de los nobiliarios en la Castilla trastámara

Ana Sofia LARANJINHA
Linhagens arturianas na Península Ibérica: o tempo das origens

Georges MARTIN
Linaje y legitimidad en la historiografía regia hispana de los siglos IX al XIII

José Carlos Ribeiro MIRANDA
O argumento da linhagem na literatura ibérica do séc. XIII

David NOGALES RINCÓN
Cultura visual y genealogía en la corte regia de Castilla durante la segunda mitad del siglo XV

José Augusto de SOTTOMAYOR-PIZARRO
Linhagem e estruturas de parentesco. Algumas reflexões

António RESENDE DE OLIVEIRA
O genealogista e as suas linhagens: D. Pedro, Conde de Barcelos

Varia

Fernando ARIAS GUILLÉN
La imagen del monarca en el siglo XIV. Alfonso XI frente a Eduardo III

Vicent Josep ESCARTÍ
Conexiones e interferencias en la literatura valenciana del siglo XV

Estelle MAINTIER-VERMOREL
« De feminis decimus mentionem ». Les Amazones de Rodrigue de Tolède : le mythe au service du pouvoir des femmes

Articles en ligne sur le site de la revue

La coseigneurie

Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge 122/1 (2010)

La coseigneurie

  • Germain BUTAUD, Remarques introductives : autour de la définition et de la typologie de la coseigneurie
  • Pierre-Yves LAFFONT, Les manifestations architecturales de la coseigneurie : châteaux et coseigneuries en France
  • Simone M. COLLAVINI, Formes de coseigneurie dans l’espace toscan : réflexions préliminaires à partir de quelques exemples en Maremme (fin XIe-XIIIe siècle)
  • Luigi PROVERO, Pluralità di poteri e strutture consortili nelle campagne del Piemonte meridionale (XII-XIII secolo)
  • Germain BUTAUD, Aperçus sur la coseigneurie en Comtat Venaissin (XIIe-XVe siècles)
  • Laure VERDON, La noblesse au miroir de la coseigneurie : l’exemple de la Provence au XIIIe siècle

Mélanges

  • Igor SANTOS SALAZAR, Trasformazioni e dinamicità del popolamento e della territorialità fra Tardoantico e Alto Medioevo (450-950) : il ruolo dei poteri centrali in tre casi a confronto
  • Mariarosaria SALERNO, Legami familiari e rapporti con il potere nel Mezzogiorno angioino : gli Ospedalieri di San Giovanni di Gerusalemme tra monarchia e papato
  • Massimo DELLA MISERICORDIA, Vendette di comunità : istituzioni giudiziarie, conflitto e pace nella montagna lombarda nel tardo Medioevo
  • Noëlle-Christine REBICHON, Le cycle des Neuf Preux au château de Castelnuovo (Piémont)
  • Sophie STALLINI, Giuditta protagonista sulla scena fiorentina del Quattrocento : Donatello, Lucrezia Tornabuoni e l’anonimo autore della Devota Rapresentatione di Iudith Hebrea

Site de l’EFR


L’ordo

Symposium de la société internationale des médiévistes

30 juin-2 juillet 2011

Dans le cadre de nos problématiques, nous retiendrons en particulier des présentations des sessions sur l’ordre féodal, sur les documents comptables et sur le désordre.

Session 2 L’ordre féodal / Feudal Order

Chair Joseph Morsel (to be confirmed)

  • Tomislav Vignjević. Triplex status mundi: The Depictions of the Three Orders of Society
  • Didier Panfili. L’ordre grégorien vu depuis Sainte-Foy de Conques
  • Victoria Turner. Divining differences: Saracens and Social Order in Gautier de Coinci’s Miracles de Nostre Dame

Session 8 Comptabilité / Ordering and Accounting

Chair Olivier Mattéoni (to be confirmed)

  • Aude Wirth-Jaillard. Ordonner, ranger, classer dans les documents comptables médiévaux
  • Mélanie Dubois-Morestin. Gérer, classer, ranger : ordo domestique et écrit pratique à travers les archives privées d’un artisan avignonnais du XIVe siècle, Jean Teisseire.

Session 9 Désordre / Disorder

Chair Jean-Philippe Genet

  • Justine Firnhaber-Baker. Competing Definitions of Order in the Jacquerie of 1358

Programme complet sur Calenda

Les justices seigneuriales

Deux parutions récentes témoignent de l’intérêt des chercheurs pour les justices seigneuriales :

  • Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472)

Adrien Dubois

« Longtemps déconsidérées, les justices seigneuriales se voient depuis quelques années réhabilitées par des historiens confrontés à la complexité des sources qu’elles ont produites. La présente édition, consacrée à un registre de la haute justice d’Elbeuf, entend faciliter l’approche d’un document utile à l’histoire de la justice bien sûr, mais aussi à celle de l’économie et des mentalités. Les règlements de conflits comme les actes de juridiction gracieuse révèlent en effet certains aspects de la vie quotidienne de justiciables que leur conception de l’honneur et la gestion de leurs biens amènent régulièrement devant le vicomte. L’action de ce dernier apparaît en filigrane : soucieux qu’il est de faire respecter l’institution judiciaire comme de favoriser l’apaisement, il se fait tantôt juge, tantôt conciliateur…

L’arbitrage est en effet omniprésent dans cette société dont les réseaux familiaux, professionnels, amicaux ou encore de voisinage sont sans cesse ravivés par la nécessité de l’entraide. Les préoccupations matérielles et relationnelles se mêlent ainsi étroitement lors des inventaires après décès, lors des élections de tuteurs d’enfants mineurs ou encore lors de l’accès à la maîtrise d’un apprenti… et les règlements de conflits révèlent souvent eux-aussi l’étroitesse de la frontière entre concorde et discorde et les nombreux passages d’un type de relation à l’autre.

Une présentation du manuscrit et de son contexte de production, de même qu’un index des noms propres accompagné d’un index-glossaire des noms communs, permettent de se repérer plus facilement dans le fourmillement d’informations offertes par ce document précieux. »

Publications du CRAHM

  • Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge

Isabelle Mathieu

Quatrième de couverture:

« La présente étude s’attache à décrypter l’organisation et le fonctionnement de juridictions situées au premier niveau de l’appareil judiciaire. Longtemps dépeintes comme inefficaces, incompétentes, partiales et même âpres au gain, les justices seigneuriales font l’objet, depuis plusieurs années déjà, d’une révision historiographique qui montre au contraire qu’elles peuvent être pleinement parties prenantes des régulations sociales, attachées davantage à réconcilier qu’à sanctionner les plaideurs. Fondée sur le dépouillement exhaustif d’archives de la pratique judiciaire, l’étude tente une approche à la fois quantitative et qualitative des registres audienciers d’affaires judiciaires et d’amendes, tout en faisant une large place au droit coutumier en vigueur dans ces deux provinces du royaume de France. Cette recherche examine ainsi la manière dont l’audience s’organise, le personnel qu’elle mobilise, mais également l’activité quotidienne des tribunaux seigneuriaux à travers la procédure suivie, le type d’affaires jugées et les condamnations prononcées; le tout en essayant de dégager les « modèles » susceptibles d’avoir influencé la conduite de l’exercice judiciaire dans cette région et à ce niveau institutionnel. Au-delà de ces aspects strictement juridique et judiciaire, ce travail tente enfin d’appréhender le profil des plaideurs, la manière dont ils usent de la justice, et plus largement la place et le rôle assignés à cette dernière vis-à-vis des justiciables et de l’autorité seigneuriale. »

Sommaire et introduction sur le site des Presses Universitaires de Rennes

Historiographie française et italienne

Mélanges de l’EFR 121/2 (2009)

Guido CASTELNUOVO et Stéphanie WYLER, Introduction

Guido CASTELNUOVO, Deux historiographies et leurs miroirs, de l’après-guerre à la fin du XXe siècle : quelques jalons introductifs

Carla CASAGRANDE, Jacques Le Goff e la storia degli intellettuali

Michel LAUWERS, L’Église dans l’Occident médiéval : histoire religieuse ou histoire de la société ? Quelques jalons pour un panorama de la recherche en France et en Italie au XXe siècle

Luigi PROVERO, Castelli, villaggi e poteri locali : modelli e varianti

Gian Maria VARANINI, Ricerche sullo stato tardomedievale in Italia e in Francia negli ultimi quarant’anni

Site de l’Ecole Française de Rome

Rives n° 37

Du castrum au registre, et vice-versa.
L’enquête générale en Provence angevine,
fin XIIIe-fin XIVe siècle

Le dernier numéro de la revue Rives méditerranéennes vient de paraître :

Thierry Pécout (dir.), Du castrum au registre, et vice-versa. L’enquête générale en Provence angevine, fin XIIIe-fin XIVe siècle, Rives méditerranéennes, n°37, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2010, 99 pages.

« L’intérêt de l’historiographie pour l’enquête domaniale et de réformation des XIIIe et XIVe siècles ne se dément pas. Les motivations politiques et idéologiques, les questions de mise en  registre et de conception du document, l’apport des outils formels issus de la procédure criminelle, autant de pistes ouvertes qui nous font presque oublier l’intérêt considérable d’une pareille documentation pour la connaissance des structures domaniales de la monarchie angevine de Naples. Comme un solide et paisible point d’ancrage, les terres provençales nourrissent ses ambitions méditerranéennes. Mais c’est aussi à la découverte de l’intimité et de l’équilibre des relations de l’homme, des communautés et des espaces, que nous invite le décryptage de ces longs registres d’enquête. » (T. P.)

La Provence est un terrain de choix pour l’étude des enquêtes domaniales – ainsi qu’en témoigne notamment notre programme  – puisque, comme le note Thierry Pécout dès l’avant-propos, elles se déroulent à un rythme trentenaire entre le milieu du XIIIe siècle et la fin du XIVe siècle. Les articles rassemblés dans ce numéro [1] témoignent de cette fréquence et de l’apport des enquêtes à la connaissance de l’implantation des comtes de Provence jusqu’aux marges de leur principauté, propos appuyé par un  riche travail cartographique.

Sommaire

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Avant-propos »

L’enquête générale de Charles II, 1297-1299

Damien Ruiz (Aix-Marseille I, UMR TELEMME), « L’enquête sur les dtroits et revenus de Charles II en Provence (1297-1299). Le registre de la baillie de Seyne (AD13, B 1036): quelques jalons chronologiques »

Joachim Stephan (Université Adam-Mickiewicz, Poznan), « Les bases du pouvoir royal dans la viguerie de Sisteron, selon l’enquête de Charles II »

L’enquête générale du roi Robert, 1331-1334

Philippe Jansen (UMR Cépam, Nice Sophia Antipolis), « Les droits comtaux dans les circonscriptions de Provence orientale d’après l’enquête de 1333 »

Conclusion : pérennité d’une pratique administrative sous la première maison d’Anjou

Thierry Pécout (UMR Telemme, IUF), « Une quatrième enquête générale en Provence? L’enquête du sénéchal en 1364-1365 »

 

Un des intérêts majeurs de ce volume réside justement dans la démarche mise en exergue dans le titre qui « insiste sur le passage d’une information recueillie localement et procédant des structures spatiales et sociales qui constituent le cadre de vie en Provence à cette époque (le castrum), à une donnée administrative et comptable enregistrée, archivée et utilisable (le registre) » (T. P.).

Cet axe d’étude donne ainsi lieu à l’association d’analyses chronologiques et codicologiques, ainsi qu’en témoigne l’article de Damien Ruiz. Il s’agit pour lui de recréer le déroulement de l’enquête à partir du registre. Nous mesurons ainsi toute la difficulté pour l’administration comtale de parvenir au recueil de l’information, comme le montrent les exemples de manque de déclarants ou de déclaration des coseigneurs.  L’étude des enquêtes provençales permet d’éclairer les fonctions des différents agents de la principauté. Le cas de la baillie de Seyne, en particulier, révèle le rôle majeur des officiers locaux, agissant en lieu et place « d’une commission itinérante comme on en trouve la plupart du temps » (D. R.).
Surtout, ces enquêtes permettent « une définition du domaine royal » (T. P.). La contribution de Joachim Stephan détaille les droits royaux dans la baillie de Sisteron. Il met en avant leur évolution – notamment en ce qui concerne la dépendance – et apporte des éclairages quant au vocabulaire employé. Dans cette baillie, le pouvoir royal est déjà bien établi à la fin du XIIIe siècle, ce que montre la quasi omniprésence des mentions du majus dominium.
L’accroissement de l’autorité comtale est également bien attesté en Provence orientale, territoire riche offrant de grandes « perspectives de revenus », comme le développe Philippe Jansen. Ce dernier apporte de solides conclusions étayées par des tableaux de synthèse (taux de perception de l’albergue et de la cavalcade par exemple) fruit du travail d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno sur cette circonscription. Il s’agit ainsi pour l’auteur d’ « évaluer le rapport financier de la domination comtale ». L’évolution des droits comtaux y est forte surtout en ce qui concerne la justice.

C’est justement par l’adjonction de plusieurs enquêtes que nous pouvons percevoir au plus près l’évolution de l’emprise comtale sur le territoire. La conclusion de Thierry Pécout sur l’enquête de 1364-1365, réalisée dans un contexte d’aliénations territoriales non négligeables, est à ce titre riche fort utile. Réalisée « dans la continuité des grandes enquêtes angevines », elle met en exergue le souci de l’administration de « compléter et utiliser les données recueillies » afin de contrôler au mieux ses possessions sur le long terme.


[1] Contributions présentées initialement lors d’une journée d’étude du programme d’édition de l’enquête de Leopardo da Foligno le 7 novembre 2008.

 

Conseil, conseillers et conseillères en péninsule Ibérique au Moyen Âge

Colloque du 13 au 15 décembre 2010

« À l’exception de quelques publications récentes portant principalement sur l’Angleterre, la France ou l’Italie (Judith FERSTER, Fictions of advice, 1996 ; Carla CASAGRANDE et al., Consilium, teorie e pratiche del consigliare nella cultura medievale, 2004), les recherches sur le conseil sont à ce jour peu nombreuses. Elles sont pratiquement inexistantes dans le domaine des études hispaniques médiévales. Cette rencontre sera donc l’occasion de lancer une réflexion interdisciplinaire sur la pratique du conseil en péninsule ibérique au Moyen Âge et d’étudier le roôle du conseiller dans les sphères du pouvoir : cour royale ou seigneuriale, gouvernement municipal, espace judiciaire.

Il s’agira notamment de déterminer les qualités normatives du bon conseiller, d’identifier et d’analyser les documents et les textes qui définissent son rôle et de montrer comment, dans quelles circonstances et sous quelles formes le conseiller remplit sa fonction. Ces éléments de réflexion devraient nous permettre de déterminer, d’une part, la place et l’importance des conseillers dans le gouvernement et d’éclairer, d’autre part, les réseaux de pouvoir qu’ils peuvent eux-mêmes constituer. Nous tenterons d’établir une typologie des conseillers et de leurs pratiques ainsi qu’une rhétorique du conseil. Dans le droit fil de la réflexion menée depuis plusieurs années par le SEMH-Sorbonne, le GDR SIREM et aujourd’hui le GDRE AILP sur l’histoire des femmes en péninsule ibérique, une attention particulière sera prêtée aux conseillères.

La réalité et l’imaginaire du conseil seront abordés selon les axes suivants : typologie des conseillers et de leurs vertus, évaluation des témoignages documentaires et littéraires décrivant leur rôle, pratiques et rhétorique du conseil, institutions et contextes dans lesquels il se pratique.

Neuf chercheurs espagnols, portugais et suisses venus d’horizons disciplinaires divers et représentant sept organismes ont décidé de rejoindre treize chercheurs français relevant eux-mêmes de disciplines diverses et représentant dix organismes afin de confronter leurs analyses dans l’intention de mieux cerner la place et le rôle de ceux et de celles qui exercèrent leur influence sur les détenteurs du pouvoir et de définir les constantes et les évolutions de leur pratique. »

Programme

Informations sur calenda

Crime et justice en Gascogne à la fin du Moyen Âge

Pierre Prétou

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2010.

« À la fin du Moyen Âge, la Gascogne défendait un mode original de résolution des conflits consistant en des médiations pénales. La structure de la société et de l’habitat – un monde de maisons et de familles coagulées dans leurs privilèges – ajoutée à la faiblesse régionale des pouvoirs souverains, expliquait un maintien tardif des procédures d’apaisement dans la répression des crimes. La pacification l’emportait alors sur les enquêtes et l’affliction des peines, coercitions réservées à une minorité d’affaires. Toutefois, au XVe siècle, une épiphanie justicière vint heurter ces usages si anciens dont «personne n’avait plus mémoire du contraire». Pratiques inquisitoires, traques de criminels, procédures d’office et tortures judiciaires s’abattirent sur des populations qui continuaient à proclamer leurs anciennes coutumes comme garantes des équités ancestrales. L’exercice de la justice devint un défi peuplé de discours frénétiques, de fers, d’entreprises autoritaires, de tyrannies d’exercice, de grâce souveraine et de contestations communautaires. À l’issue de la guerre de Cent Ans, la conquête judiciaire ajustait la Gascogne aux rigueurs et aux miséricordes venues de France. Vivacité des traditions et exigences de la souveraineté triomphante se mêlèrent alors en une surprenante acculturation pénale dépossédant partiellement les communautés de leurs protections coutumières. Attractive, cette émergence des charismes justiciers rallia si bien les Gascons qu’ils finirent par consentir leur sujétion à la majesté des Valois, ainsi qu’au gouvernement judiciaire des hommes qui était venu avec elle. »

Introduction et table des matières

Les agents intermédiaires

La part de l’ombre.

Rôle des agents intermédiaires dans les tâches de gouvernement et d’administration au Moyen Âge.

Journée d’étude du 25 novembre 2010 à la faculté de Limoges.

« À lire la suscription de leurs actes de la pratique ou les récits de leurs faits et gestes, les décisions publiées en leur nom propre par les souverains, princes, grands, évêques, abbés et autres dignitaires sont le fruit de leurs démarches personnelles, d’actions menées voire mises en forme par eux-mêmes.
Le but de cette journée d’étude est d’évaluer, par un nouvel examen des sources, les tâches que les tenants de l’autorité conservent en apparence par devers eux, mais dont l’exécution est assumée par leur entourage.
En s’affranchissant d’une démarche descriptive des rouages qui constituent les institutions, il importe de faire émerger des pratiques de gouvernement et d’administration quotidiennes qui, parce qu’elles se situent en amont ou en aval des temps forts de la vie politique et judiciaire des royaumes, des diocèses et des communautés religieuses (telles que les assemblées et conciles) n’apparaissent qu’en filigrane dans les sources. Restent à déterminer d’une part le titre et la fonction de ces agents d’exécution, d’autre part l’écart existant entre la présentation de la décision et les récits ou informations matérielles évoquant la gestion quotidienne des affaires.
Les intervenants exposeront donc leurs recherches sur les hommes, titulaires ou non d’une charge officielle afin de déterminer qui sont les véritables chevilles ouvrières de ces pratiques gouvernementales. »

Programme en téléchargement

Les cartulaires de Lorraine

La MSH Lorraine héberge le vendredi 8 octobre une journée d’études du centre de médiévistique Jean Schneider :

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVI e siècles )

Programme :
9h45 : Accueil
10h00 : Cédric Giraud (Université Nancy 2), Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) et Benoît-Michel Tock (Université de
Strasbourg) : accueil et présentation de la journée.
10h15 : Katharina Gross (Université de la Sarre, Sarrebruck) : La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens.
10h45 : Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) : La transcription des actes dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Mihiel (XIIe
siècle).

11h15 : questions et débat.
11h30 : Jean-Pol Evrard (docteur en histoire) : Le cartulaire de l’abbaye Saint-Paul de Verdun (XIIIe siècle).
12h00 : Michel Parisse (Université Paris I-Sorbonne) : Le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Beaupré.
12h30 : questions et débat.
13h00 : déjeuner.
14h15 : Dumitru Chihaï et Marius Beely (Université de Zürich) : Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle.
14h45 : Léonard Dauphant (Université Paris IV) : Copie et conservation des archives dans les Trésors des Chartes des États lorrains, de
René d’Anjou à René II.
15h15 : questions et débat.
15h30 : Hélène Schneider (Université Nancy 2) : L’enregistrement des actes sous René II, duc de Lorraine.
16h00 : Jean-Christophe Blanchard (Université Nancy 2) : Le cartulaire de la terre et seigneurie de Germiny (Meurthe-et-Moselle, ar.
Toul, c. Colombey-les-Belles) rédigé pour Nicolas de Lutzelbourg en 1540.
16h30 : questions et débat.

Colloque « obéissance et désobéissance »

L‘ENS de Lyon accueille les 16 et 17 septembre un colloque international sur le thème « Obéissance et désobéissance dans la péninsule ibérique au Moyen Âge.

Ce colloque pluridisciplinaire aborde notamment la question de « la nécessité de l’obéissance comme élément structurant du pouvoir » et présente des interventions sur les sphères seigneuriales et princières.

« Obéissance et désobéissance dans la péninsule Ibérique au Moyen Âge », Colloque, Calenda, publié le mercredi 25 août 2010, http://calenda.revues.org/nouvelle17156.html

Programme en téléchargement.