Les pratiques de l’écrit

Note de lecture sur le numéro 56 de Médiévales consacré aux pratiques de l’écrit

Résumés des articles

Aux articles d’Alice Rio et de François Bougard couvrant la période VIe-Xe siècle succèdent les articles de Paul Bertrand et de Laurent Morelle centrés sur les changements intervenus à partir du XIe siècle1.

Laurent Morelle articule son propos autour de la « mutation documentaire » du milieu du XIe siècle. La production diplomatique de cette période est notamment caractérisée par des continuations et « la nouvelle écriture d’actes existants ». L’auteur détaille ainsi des cas d’ajouts sur les chartes qui ouvrent de multiples questions comme l’anticipation des écrits et leur valeur juridique. Il émet l’hypothèse que ces compléments soient le résultat de négociations postérieures à la rédaction de la charte originelle. Ainsi, les divers éléments de corroboration ne déterminent pas le caractère achevé d’un acte. Confronter l’acte à ses évolutions et remaniements lui permet de conclure que la distinction entre original et copie n’a pas forcément de sens pour certains actes de la période étudiée.

Paul Bertrand, quant à lui, remet en question les cadres chronologiques. Il s’interroge, tout d’abord, sur la réalité d’une révolution de l’écrit aux XIIe et XIIIe siècles. Sans nier l’état des sources, il atténue le phénomène d’essor de la production en prenant en compte le souci de la conservation, qui n’était pas, selon lui, une priorité avant le XIIe siècle. De même, à l’influence d’une « anarchie politique » sur la faiblesse documentaire des Xe-XIe siècles, il oppose « une transformation de l’écrit », alors moins considéré.

Par leurs buts, les deux articles sont complémentaires. Laurent Morelle centre son travail sur « l’instrumentation des actions juridiques » et sur « l’économie de l’écrit ». Il ne dresse pas un état des lieux bibliographique et préfère mettre « en résonance des observations nées de l’analyse de dossiers ouverts sans protocole particulier ». Ces dossiers émanent du monde monastique. Mais, qu’il s’agisse d’institutions princières ou monastiques, les problématiques liées à l’écrit sont les mêmes, comme en témoigne notamment le programme de notre deuxième journée d’étude. Laurent Morelle écrit à ce propos que « dans les monastères, l’écrit diplomatique (…) est aussi le signe tangible d’une bonne administration, l’outil d’une restauration patrimoniale ».

Se plaçant dans la lignée des problématiques soulevées par Michael Clanchy, Paul Bertrand nous soumet un « questionnaire raisonné, afin de faciliter l’accès des chercheurs à certains grands résultats des spécialistes de l’histoire documentaire ». Résolument polémique et épistémologique, son article remet en cause les préoccupations actuelles des médiévistes, le thème du « pourquoi écrire » monopolisant, selon lui, la communauté scientifique. De même, il souligne l’intérêt d’approfondir les liens entre « mémoire, oralité, écriture et autres « langages » comme les signes, les images… ». Il nous invite ainsi à nuancer l’évidence du « manichéisme oral-écrit », qui fait généralement ressortir l’écrit comme « grand gagnant ». Dans une démarche toute autre, Laurent Morelle tend à mettre entre parenthèse la force probatoire de l’oral et de la mémoire des témoins, à partir d’une réflexion sur l’emploi de sine scripto, scriptum ayant alors le sens d’écrit en forme.

Les articles de Laurent Morelle et Paul Bertrand permettent de faire le point sur les principales réflexions autour de l’écrit entre Xe et XIIIe siècle. En effet, bien que l’article de Laurent Morelle se concentre sur le seul XIe siècle et sur les écrits diplomatiques monastiques, les documents et problématiques abordés convergent :

– L’apparition au XIe siècle et surtout aux XIIe-XIIIe siècles du chirographe est considérée comme le signe d’une stabilisation de l’écriture diplomatique (LM). Il dépasse le cadre mémoriel de l’écrit pour « prévenir tout conflit » (PB).

– Pour les deux auteurs, la pancarte pose plusieurs problèmes typologiques ; elle « perturbe les catégories documentaires traditionnelles » (LM). Chez Paul Bertrand, les pancartes, « vastes récapitulatifs (…) d’actions juridiques touchant à des biens possédés par une institution », sont abordées sous l’angle de la relation oral-écrit : « il s’agit de se souvenir de la transaction et des personnes qui y avaient assisté ». Laurent Morelle s’intéresse davantage à leur forme, entre actes continués et cartulaires, certaines pancartes étant de « véritables cartulaires « en placard » ».

– C’est surtout le cartulaire qui est « au cœur des débats » (LM). Tandis que Laurent Morelle se concentre sur les aspects mémoriels, Paul Bertrand insiste sur « la facilitation de la gestion ». L’auteur appelle ainsi au développement des études mettant en parallèle cartulaires et premiers documents de gestion. Dressant un bilan historiographique, Laurent Morelle note que « deux aspects du cartulaire semblent aujourd’hui attirer de nouveau les spécialistes : sa nature d’écrit-collection », (…) sa nature de « copie » ». Il invite ainsi à la prudence en distinguant « mise en codex et mise en cartulaire ». Enfin, il propose une lecture rétroactive. L’acte n’est plus cantonné à son rôle d’élément constitutif du cartulaire, ce dernier ayant une influence sur la rédaction des actes : « anticipant leur cartularisation, les actes se feraient plus explicites » .

Le numéro s’achève sur un entretien avec Roger Chartier: Voir ses cours sur le site du Collège de France.

1L. Morelle « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle ». P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles ».


Une réflexion sur « Les pratiques de l’écrit »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.