La conscience archivistique de la cité

Conférence d’Attilio Bartoli Langeli

Université d’Avignon – 8 avril 2010

Le but de la conférence était de présenter un état récent des questionnements et travaux portant sur les documents produits et conservés par les communes médiévales de l’Italie septentrionale et centrale.

« Faire des documents »

Suivant la chronologie de la documentation, Attilio Bartoli Langeli a tout d’abord insisté sur « la primauté documentaire des institutions ecclésiastiques », pour ensuite décrire les mécanismes du passage de la cité épiscopale à la cité communale, porté par les notaires « formés à l’ombre de l’épiscopat »1.

Attilio Bartoli Langeli s’est attaché à la répartition des documents entre les « documents en séries » (brevia, etc…) et les « documents sur livre » qui ne sont pas authentiques2. Concernant les cartulaires conçus comme des « livres de documents », il convient de souligner l’importance des cartulaires épiscopaux italiens peu connus3.

Après avoir détaillé les natures des sources ecclésiastiques urbaines, Attilio Bartoli Langeli a poursuivi ce cheminement chronologique en s’intéressant aux cités communales, d’autant que dans les quelques cités possédant des cartulaires épiscopaux, on remarque une étroite correspondance avec les cartulaires municipaux.

Mais la cité ne se contente pas de reproduire les schémas documentaires ecclésiastiques. Les communes italiennes innovent avec la création de « registres de listes », tels qu’on en trouve à Bologne pour contrôler la citoyenneté4.

« Conserver les documents »

Attilio Bartoli Langeli a insisté sur le caractère secret de l’archive, définie comme « dépôt protégé et secret des munimina de l’institution ». Sur ce point, il a rappelé des éléments étymologiques, comme la définition de l’arca par Isidore de Séville ou celle de l’adjectif arcanus.

Les communes passent de la conservation des munimina à celle des instrumenta. On peut distinguer tout d’abord les chartes et les libri jurium5. Si la forme et la nature juridique (parchemin/livre et original/copie) diffèrent, il s’agit des mêmes types de documents, souvent des mêmes textes, la ville conservant l’original pour attester de ses droits mais ayant fait recopier les actes au sein d’un même registre par facilité de conservation et de consultation.

À côté de ces actes émanant de l’extérieur, la commune conserve l’archive publique, courante ou selon le terme des archivistes les « archives de sédimentation ». La majorité des sources du pouvoir communal est constituée de « registres originaux » englobant toute la documentation qui relève de l’activité quotidienne des offices (registres des reformationes, registres judiciaires et financiers). La cité use de divers moyens pour mettre en oeuvre la conservation de ses archives, comme à Bologne, où l’on trouve une camera actorum.

« De l’archive publique à la publicité de l’archive »: La mise en archive a un rôle majeur dans la nature même du document, elle lui donne toute sa valeur juridique « un document extrait des archives publiques est authentique ».

1 Voir en particulier les récents travaux de Gianmarco De Angelis sur les premières documentations communales lombardes et plus généralement sur les rapports entre la culture de l’écrit et les institutions urbaines du haut Moyen Âge et du Moyen Âge central. Thèse soutenue à l’Université de Turin sur le sujet Poteri cittadini e intellettuali di potere a Bergamo dall’età carolingia all’affermazione del comune. Scrittura, documentazione e iniziativa politica nei secoli IX-XII.

2 Cristina Carbonetti Venditelli, Documenti su libro. L’attività documentaria del comune di Viterbo nel Duecento, Roma 1996.

3 Le pergamene dell’Archivio della Prepositura di Trento (1154-1297), éd. Emanuele Curzel, Sonia Gentilini et Gian Maria Varanini, Bologne, 2004.

4 Giuliano Milani, « Il governo delle liste nel comune di Bologna. Premesse documentarie e genesi di un libro di proscrizione duecentesco », Rivista Storica Italiana, a. CVII (1996), pp. 149-229.

5 Voir le site scrineum et en particulier les travaux d’Antonella Rovere. Sur les libri jurium concernant l’espace français et provençal voir la note de lecture sur le volume de Memini L’écrit et la ville.

La photographie du professeur Attilio Bartoli Langeli provient du site de l’Université de Pérouse.


Laisser un commentaire