Les archives princières des Pays-Bas

Les médiévistes flamands s’intéressent actuellement à la genèse des écrits princiers. Un colloque s’est tenu récemment à Bruxelles sur « Le premier essor des archives princières dans les anciens Pays-Bas, XIIe-XIVe siècle ». Outre les questionnements classiques sur les cartulaires, ce colloque a développé également des problématiques sur les prémices de la mise par écrit et les premiers registres de Flandre.

Programme du colloque

De l’usage de la formule

Le GRENDEL (Groupe de Recherche et d’Etude sur la Diachronie et sur l’Emergence de la Littérature anglaise) organise un colloque international sur « La Formule au Moyen Âge » à Nancy-Université les 5 et 6 novembre 2010. La vocation de cette rencontre est avant tout d’étudier l’omniprésence de la formule dans les textes littéraires, mais certaines interventions se rapportent au politique.

Vendredi 5 novembre 2010
10h00-12h00
Atelier 2 : Histoire politique
10h00-10h30 Julian Führer (Universität Zürich), « Les citations bibliques dans les actes de souverains entre rituel et expression individuelle »
10h30-11h00 Justine Firnhaber-Baker (All Souls College, Oxford University), « Formulating Opposition to Seigneurial War in the Parlement de Paris (c. 1330-1364) »
11h00-11h30 David Dominé-Cohn (EHESS), « Formuler le pouvoir ducal en Bretagne au XIVe siècle, entre France et Angleterre »
11h30-12h00 Rosa Benoit-Meggenis (Université Lyon 2), « Le salut de l’empereur et de l’empire : la rhétorique impériale byzantine autour du devoir de prière des moines. »

Les cartulaires de Lorraine

La MSH Lorraine héberge le vendredi 8 octobre une journée d’études du centre de médiévistique Jean Schneider :

Originaux et cartulaires dans la Lorraine médiévale (XIIe-XVI e siècles )

Programme :
9h45 : Accueil
10h00 : Cédric Giraud (Université Nancy 2), Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) et Benoît-Michel Tock (Université de
Strasbourg) : accueil et présentation de la journée.
10h15 : Katharina Gross (Université de la Sarre, Sarrebruck) : La représentation des chirographes dans les cartulaires lotharingiens.
10h45 : Jean-Baptiste Renault (Université Nancy 2) : La transcription des actes dans le cartulaire de l’abbaye de Saint-Mihiel (XIIe
siècle).

11h15 : questions et débat.
11h30 : Jean-Pol Evrard (docteur en histoire) : Le cartulaire de l’abbaye Saint-Paul de Verdun (XIIIe siècle).
12h00 : Michel Parisse (Université Paris I-Sorbonne) : Le cartulaire de l’abbaye cistercienne de Beaupré.
12h30 : questions et débat.
13h00 : déjeuner.
14h15 : Dumitru Chihaï et Marius Beely (Université de Zürich) : Étude linguistique des chartes lorraines vernaculaires du XIIIe siècle.
14h45 : Léonard Dauphant (Université Paris IV) : Copie et conservation des archives dans les Trésors des Chartes des États lorrains, de
René d’Anjou à René II.
15h15 : questions et débat.
15h30 : Hélène Schneider (Université Nancy 2) : L’enregistrement des actes sous René II, duc de Lorraine.
16h00 : Jean-Christophe Blanchard (Université Nancy 2) : Le cartulaire de la terre et seigneurie de Germiny (Meurthe-et-Moselle, ar.
Toul, c. Colombey-les-Belles) rédigé pour Nicolas de Lutzelbourg en 1540.
16h30 : questions et débat.

Les pratiques de l’écrit

Note de lecture sur le numéro 56 de Médiévales consacré aux pratiques de l’écrit

Résumés des articles

Aux articles d’Alice Rio et de François Bougard couvrant la période VIe-Xe siècle succèdent les articles de Paul Bertrand et de Laurent Morelle centrés sur les changements intervenus à partir du XIe siècle1.

Laurent Morelle articule son propos autour de la « mutation documentaire » du milieu du XIe siècle. La production diplomatique de cette période est notamment caractérisée par des continuations et « la nouvelle écriture d’actes existants ». L’auteur détaille ainsi des cas d’ajouts sur les chartes qui ouvrent de multiples questions comme l’anticipation des écrits et leur valeur juridique. Il émet l’hypothèse que ces compléments soient le résultat de négociations postérieures à la rédaction de la charte originelle. Ainsi, les divers éléments de corroboration ne déterminent pas le caractère achevé d’un acte. Confronter l’acte à ses évolutions et remaniements lui permet de conclure que la distinction entre original et copie n’a pas forcément de sens pour certains actes de la période étudiée.

Paul Bertrand, quant à lui, remet en question les cadres chronologiques. Il s’interroge, tout d’abord, sur la réalité d’une révolution de l’écrit aux XIIe et XIIIe siècles. Sans nier l’état des sources, il atténue le phénomène d’essor de la production en prenant en compte le souci de la conservation, qui n’était pas, selon lui, une priorité avant le XIIe siècle. De même, à l’influence d’une « anarchie politique » sur la faiblesse documentaire des Xe-XIe siècles, il oppose « une transformation de l’écrit », alors moins considéré.

Par leurs buts, les deux articles sont complémentaires. Laurent Morelle centre son travail sur « l’instrumentation des actions juridiques » et sur « l’économie de l’écrit ». Il ne dresse pas un état des lieux bibliographique et préfère mettre « en résonance des observations nées de l’analyse de dossiers ouverts sans protocole particulier ». Ces dossiers émanent du monde monastique. Mais, qu’il s’agisse d’institutions princières ou monastiques, les problématiques liées à l’écrit sont les mêmes, comme en témoigne notamment le programme de notre deuxième journée d’étude. Laurent Morelle écrit à ce propos que « dans les monastères, l’écrit diplomatique (…) est aussi le signe tangible d’une bonne administration, l’outil d’une restauration patrimoniale ».

Se plaçant dans la lignée des problématiques soulevées par Michael Clanchy, Paul Bertrand nous soumet un « questionnaire raisonné, afin de faciliter l’accès des chercheurs à certains grands résultats des spécialistes de l’histoire documentaire ». Résolument polémique et épistémologique, son article remet en cause les préoccupations actuelles des médiévistes, le thème du « pourquoi écrire » monopolisant, selon lui, la communauté scientifique. De même, il souligne l’intérêt d’approfondir les liens entre « mémoire, oralité, écriture et autres « langages » comme les signes, les images… ». Il nous invite ainsi à nuancer l’évidence du « manichéisme oral-écrit », qui fait généralement ressortir l’écrit comme « grand gagnant ». Dans une démarche toute autre, Laurent Morelle tend à mettre entre parenthèse la force probatoire de l’oral et de la mémoire des témoins, à partir d’une réflexion sur l’emploi de sine scripto, scriptum ayant alors le sens d’écrit en forme.

Les articles de Laurent Morelle et Paul Bertrand permettent de faire le point sur les principales réflexions autour de l’écrit entre Xe et XIIIe siècle. En effet, bien que l’article de Laurent Morelle se concentre sur le seul XIe siècle et sur les écrits diplomatiques monastiques, les documents et problématiques abordés convergent :

– L’apparition au XIe siècle et surtout aux XIIe-XIIIe siècles du chirographe est considérée comme le signe d’une stabilisation de l’écriture diplomatique (LM). Il dépasse le cadre mémoriel de l’écrit pour « prévenir tout conflit » (PB).

– Pour les deux auteurs, la pancarte pose plusieurs problèmes typologiques ; elle « perturbe les catégories documentaires traditionnelles » (LM). Chez Paul Bertrand, les pancartes, « vastes récapitulatifs (…) d’actions juridiques touchant à des biens possédés par une institution », sont abordées sous l’angle de la relation oral-écrit : « il s’agit de se souvenir de la transaction et des personnes qui y avaient assisté ». Laurent Morelle s’intéresse davantage à leur forme, entre actes continués et cartulaires, certaines pancartes étant de « véritables cartulaires « en placard » ».

– C’est surtout le cartulaire qui est « au cœur des débats » (LM). Tandis que Laurent Morelle se concentre sur les aspects mémoriels, Paul Bertrand insiste sur « la facilitation de la gestion ». L’auteur appelle ainsi au développement des études mettant en parallèle cartulaires et premiers documents de gestion. Dressant un bilan historiographique, Laurent Morelle note que « deux aspects du cartulaire semblent aujourd’hui attirer de nouveau les spécialistes : sa nature d’écrit-collection », (…) sa nature de « copie » ». Il invite ainsi à la prudence en distinguant « mise en codex et mise en cartulaire ». Enfin, il propose une lecture rétroactive. L’acte n’est plus cantonné à son rôle d’élément constitutif du cartulaire, ce dernier ayant une influence sur la rédaction des actes : « anticipant leur cartularisation, les actes se feraient plus explicites » .

Le numéro s’achève sur un entretien avec Roger Chartier: Voir ses cours sur le site du Collège de France.

1L. Morelle « Instrumentation et travail de l’acte : quelques réflexions sur l’écrit diplomatique en milieu monastique au XIe siècle ». P. Bertrand, « À propos de la révolution de l’écrit (Xe-XIIIe siècle). Considérations inactuelles ».

Chartae Burgundiae Medii Aevi

Des milliers de documents et des centaines de cartulaires sont conservés et constituent le patrimoine écrit de la Bourgogne médiévale. Le programme CBMA met à disposition et soutient l’étude de ce fonds documentaire extraordinairement riche.

Publications proches des centres d’intérêt de Gouvaren :

Lien vers le blog Laetus diaconus

En savoir plus sur le programme

Compte-rendu du 2e séminaire Gouvaren

Séminaire Gouvaren du 17 juin 2010

Enregistrer l’information.

Cartulaires, registres, estimes…

dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales

Le fonctionnement de cet atelier est de partir de la forme documentaire en mettant entre parenthèses les questionnements politiques. Il s’agissait donc de se demander si le choix d’une forme documentaire peut être signifiant d’un mode de gouvernement et si l’évolution des choix techniques a une incidence sur la façon de gouverner.

Lors de cette journée, chacun des intervenants s’est proposé de revisiter des documents connus sous l’angle de l’enregistrement de l’information et de la mise en registre.

Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble

Le cartulaire A de Grenoble est le premier des trois cartulaires attribués à Hugues de Châteauneuf, évêque très grégorien de Grenoble de 1080 à 1132. Connu surtout parce qu’il contient le testament d’Abbon, ce cartulaire a l’originalité de constituer un dossier judiciaire, un ensemble de preuves réunies par l’Église de Grenoble dans le cadre du conflit qui l’opposait à l’Église de Vienne. Le coeur de l’affaire est constitué de deux problèmes de juridiction épiscopale, concernant, d’une part, la collégiale Saint-Donat et, d’autre part, la région du Sermorens. Par une étude approfondie du cartulaire, Laurent Ripart a montré que le cartulaire est, en fait, formé par plusieurs petits dossiers, utilisés à différents moments du conflit. Ainsi, la composition du cartulaire A n’est que l’aboutissement d’un long processus, entamé par une patiente recherche des preuves dans divers lieux par Hugues de Châteauneuf, soucieux de répondre à chacun des arguments avancés par l’Église de Vienne. Ce n’est qu’une fois que l’affaire est finie et que les dossiers ont perdu leur caractère juridique que s’effectue la cartularisation, correspondant alors à une mise en archives.

Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle

Si les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été l’objet de nombreuses analyses socio-économiques, elles ont peu été étudiées sur le plan diplomatique. Remédiant à cette lacune, Coraline Rey a concentré son approche de la scripturalité cistercienne sur la seigneurie de Villars, en mettant notamment en exergue les modalités de classement des actes de cette actuelle localité de Côte-d’Or.

Analysant les évolutions des modalités de cartularisation, Coraline Rey a montré qu’il y avait à chaque création de cartulaire un retour systématique aux actes sans prise en compte des précédents cartulaires. Ce souci archivistique est particulièrement visible dans l’entreprise de Jean de Cirey, au XVe siècle, qui se veut exhaustif et fidèle. Au-delà du simple classement, l’abbé a réorganisé complètement le chartrier en prenant en compte l’évolution des conceptions économiques et spatiales cisterciennes.

Pour un aperçu des cartulaires de l’abbye de Cîteaux, voici des photographies du cartulaire 169, dit cartularius vetus: http://www.artehis.eu/IMG/pdf/_citeaux_vetus/citeaux.html

Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont

Composés pour des raisons fiscales, les registres d’estime sont une source riche pour l’étude des pratiques de gouvernement parce qu’ils sont le signe d’une volonté de contrôle. Parfois réalisés à partir d’une inquisitio ou tout au moins par les tournées des estimatores, ils constituent un excellent matériau pour l’étude de la mise en registre de la parole.

Riccardo Rao a concentré sa présentation des registres d’estime sur les cas de Chieri et Pavie qui datent de la décennie 1250. Tandis qu’à Chieri, l’organisation des registres révèle la distinction entre biens meubles et biens fonciers, le cas de Pavie a permis de mettre l’accent sur l’organisation en quartiers établis à partir des portes de la ville. Chaque zone est ainsi soumise au travail de tout un personnel attentivement choisi et permettant l’association des compétences techniques et des valeurs morales. Une fine étude des estimi permet de percevoir leurs diverses utilisations, qui ne se limitent pas à la fiscalité mais s’étendent notamment au champ militaire. Surtout, ces registres ont servi de modèles aux registres communaux, et en particulier aux registres des possessions.

Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles

En 1202-1203, Gui Francesc, grand juriste de Montpellier, membre du conseil de régence, participe à la réalisation du cartulaire des Guilhem de Montpellier, le Liber instrumentorum memorialis, dont il rédige le prologue[1]. Ce cartulaire est un bon témoignage de la réflexion du cartulariste sur ce qu’est une seigneurie. L’écriture pratique est présentée par Gui Francesc comme un vecteur de conservation des droits et en particulier des droits familiaux des Guilhem, seigneurs de Montpellier.

Les consuls reprennent un certain nombre de savoir-faire de la cartularisation et les transforment pour aboutir à la fabrication de livres urbains appelés thalami. Ces derniers ne sont pas tout à fait des cartulaires au sens propre et tendent vers une démarche d’enregistrement documentaire. L’étude de leur confection a montré qu’on ne pouvait les concevoir comme des « livres », caractérisés par une linéarité, mais plutôt comme des manuscrits de travail.

Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240

Le registre de la chancellerie de Frédéric II de 1239-40 n’est pas un registre impérial mais un registre du seul royaume de Sicile. Il contient les lettres de la chancellerie envoyées aux officiers de la province pour coordonner la gestion du royaume. Il est le fruit d’une stratégie documentaire. Peuvent y être perçues les pratiques rédactionnelles des notaires dans l’élaboration du registre. Il donne également des informations sur la préparation culturelle et les attributions du personnel de la chancellerie. Le registre se révèle ainsi d’une extrême modernité.

Le nombre élevé de lettres contenues, près de 1200 en sept mois, montre que l’écriture et la documentation écrite jouaient désormais un rôle de premier plan dans l’administration de l’État frédéricien et étaient devenues un instrument de gouvernement, à tel point que l’on envoyait des mandements et consignait des ordres par écrit même à des destinataires qui se trouvaient à la cour. Placé dans ce contexte, le registre avait une double fonction : recueillir au sein d’une documentation officielle le souvenir des lettres et ordres envoyés aux organes périphériques de l’État, mais également mettre à la disposition de la chancellerie et de la cour le cadre de toute l’activité gouvernementale qui s’exerçait au travers des instructions et des ordres mis par écrit.

Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Dans la Savoie du début du XIVe siècle, on assiste au passage graduel des cartulaires aux protocoles. Lors des avènements des fils d’Amédée V, Édouard en 1323 et Aymon en 1329, les notaires-secrétaires agissant pour le comte de Savoie ont été chargés de recueillir dans des cahiers ad hoc les hommages prêtés au nouveau prince.

Un examen poussé de ces protocoles, pouvant apparaître comme des registres constitués de minutes, invite à nuancer l’opposition entre protocoles et cartulaires. En effet, le simple classement chronologique est remplacé par une construction topographique, signe d’une logique géo-politique. On constate ainsi une « ré-élaboration » formelle qui sous-tend un travail fait a posteriori et un travail de sélection, avec une réutilisation consciente d’une documentation antérieure, qui les rapprochent des procédés d’élaboration des cartulaires. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les registres tendent à s’éloigner de leurs origines notariales pour se rapprocher de vrais registres de chancellerie.


[1] Sur ce cartulaire, voir P. Chastang, « La préface du ‘Liber instrumentorum memorialis » des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002 par le Centre historique de recherches et d’études médiévales sur la Méditeranée occidentale (EA 3764, Univ. Paul-Valéry – Montpellier III) avec la collab. du GDR 2513 SALVE, sous la dir. de Daniel Le Blévec, Paris, 2006, (Etudes et rencontres de l’Ecole des chartes, 19), p. 91-123.

2e journée d’études Gouvaren

Le 17 juin 2010 aura lieu la deuxième journée d’études de notre programme ANR Gouvaren

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Aix-en-Provence

Salle Paul-Albert Février

9h30-17h


Session du matin: 9h30-12h30


Anne MAILLOUX, LAMM – ANR GOUVAREN

Introduction


Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble


Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle


Session de l’après-midi: 14h – 17h


Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont


Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles


Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240


Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Programme en téléchargement