La rumeur au Moyen Âge

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), Rennes, 2011.

« La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer. »

On s’intéressera à la partie de l’ouvrage consacrée à la rumeur dans les pratiques de gouvernement et en particulier aux articles suivants :

– Nicole Brocard « La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles », p. 119-132.

– Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge », p. 149-176.

– Maïté Billoré, « Les projets de Louis de France outre-Manche à l’épreuve de la rumeur (1216-1217) », p. 177-194

Site des presses universitaires de Rennes, présentant le sommaire et l’introduction disponibles en pdf.

Appel à communication sur « l’opinion publique »

L’Université du Québec à Chicoutimi et le Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres (CIERL, Université Laval) organisent un colloque sur le thème

« Rumeurs, propagande et manipulation de l’opinion publique aux XIVe, XVe et XVIe siècles »

les 20 et 21 mai 2011 à Québec.

L’appel à communication ci-dessous est ouvert jusqu’au 31 janvier 2011.

Longtemps associée à la seule période contemporaine, la propagande ou, à défaut d’un terme moins polémique, la manipulation de l’opinion publique, peut-elle encore être totalement exclue en ce qui a trait à la fin du Moyen Âge et au début de l’Époque Moderne? Si Bernard Guenée et Claude Gauvard notamment soutiennent le caractère opératoire de ce concept dont ils observent des manifestations dès la guerre de Cent Ans, plusieurs spécialistes contestent cette vision du champ politique, considérant le phénomène comme étant nettement postérieur, et lié à la montée en puissance de la bourgeoisie ou encore à l’apparition des médias de masse. Certes, beaucoup d’encre a coulé depuis que Bourdieu a avancé en 1973 l’idée provocatrice que “l’opinion publique n’existe pas” et, à rebours, un consensus parait s’établir désormais autour de la position des historiens des Lumières suivant lesquels l’instrumentalisation de “l’opinion publique” nait avec l’esprit révolutionnaire, le terme n’apparaissant lui-même qu’en 1798 dans le Dictionnaire de l’Académie Française. Mais alors comment interpréter l’institution des États Généraux par Philippe le Bel (1302) autrement que comme une entreprise destinée à légitimer les décisions du pouvoir auprès du peuple? À quelles fins peut-on associer les libelles, pamphlets et brochures qui circulent autour de l’assassinat du duc de Guise (1563) ou d’Henri III (1589)? Est-il concevable que des figures, des instruments, voire des foyers de propagande aient pu exister aux XIVe, XVe ou XVIe siècles? Le cas échéant, comment peut-on reconstituer cette doxa que l’on s’emploie à propager? Quelles traces ont pu laisser les rumeurs diffusées au sein d’une société hétérogène et, pour l’essentiel, analphabète? Qui peut prétendre exprimer l’opinion du peuple? Voilà autant de questions que nous vous proposons d’explorer, dans une perspective littéraire ou historique, à l’occasion du colloque « Rumeurs, propagande et manipulation de l’opinion publique aux XIVe, XVe et XVIe siècles » organisé par l’Université du Québec à Chicoutimi, et qui se tiendra du 20 au 21 mai 2011 à Québec, dans les locaux de l’ENAP.

Comité organisateur : Luc Vaillancourt (professeur au département des arts et lettres de l’UQAC et membre du CIERL), Jenny Brun (chargée de cours au département des sciences humaines de l’UQAC)

Comité scientifique : Claude La Charité (titulaire d’une Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire, Université du Québec à Rimouski), Luc Vaillancourt (professeur au département des arts et lettres de l’UQAC), Michel de Waele (professeur au département d’histoire de l’Université Laval)

Les propositions de communications, de 200 mots environ et rédigées en français, devront être soumises avant le 31 janvier 2011 à l’adresse suivante propagande.uqac@gmail.com .

Les images du pouvoir

Le laboratoire CALHISTE de l’Université de Valenciennes organise un colloque les 1er et 2 octobre sur le thème :

Images et pouvoir monarchique.

Représentations de la puissance royale de l’Antiquité au Moyen Âge.

Programme en téléchargement.

Compte-rendu du 2e séminaire Gouvaren

Séminaire Gouvaren du 17 juin 2010

Enregistrer l’information.

Cartulaires, registres, estimes…

dans les archives ecclésiastiques, communales et princières médiévales

Le fonctionnement de cet atelier est de partir de la forme documentaire en mettant entre parenthèses les questionnements politiques. Il s’agissait donc de se demander si le choix d’une forme documentaire peut être signifiant d’un mode de gouvernement et si l’évolution des choix techniques a une incidence sur la façon de gouverner.

Lors de cette journée, chacun des intervenants s’est proposé de revisiter des documents connus sous l’angle de l’enregistrement de l’information et de la mise en registre.

Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble

Le cartulaire A de Grenoble est le premier des trois cartulaires attribués à Hugues de Châteauneuf, évêque très grégorien de Grenoble de 1080 à 1132. Connu surtout parce qu’il contient le testament d’Abbon, ce cartulaire a l’originalité de constituer un dossier judiciaire, un ensemble de preuves réunies par l’Église de Grenoble dans le cadre du conflit qui l’opposait à l’Église de Vienne. Le coeur de l’affaire est constitué de deux problèmes de juridiction épiscopale, concernant, d’une part, la collégiale Saint-Donat et, d’autre part, la région du Sermorens. Par une étude approfondie du cartulaire, Laurent Ripart a montré que le cartulaire est, en fait, formé par plusieurs petits dossiers, utilisés à différents moments du conflit. Ainsi, la composition du cartulaire A n’est que l’aboutissement d’un long processus, entamé par une patiente recherche des preuves dans divers lieux par Hugues de Châteauneuf, soucieux de répondre à chacun des arguments avancés par l’Église de Vienne. Ce n’est qu’une fois que l’affaire est finie et que les dossiers ont perdu leur caractère juridique que s’effectue la cartularisation, correspondant alors à une mise en archives.

Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle

Si les archives de l’abbaye de Cîteaux ont été l’objet de nombreuses analyses socio-économiques, elles ont peu été étudiées sur le plan diplomatique. Remédiant à cette lacune, Coraline Rey a concentré son approche de la scripturalité cistercienne sur la seigneurie de Villars, en mettant notamment en exergue les modalités de classement des actes de cette actuelle localité de Côte-d’Or.

Analysant les évolutions des modalités de cartularisation, Coraline Rey a montré qu’il y avait à chaque création de cartulaire un retour systématique aux actes sans prise en compte des précédents cartulaires. Ce souci archivistique est particulièrement visible dans l’entreprise de Jean de Cirey, au XVe siècle, qui se veut exhaustif et fidèle. Au-delà du simple classement, l’abbé a réorganisé complètement le chartrier en prenant en compte l’évolution des conceptions économiques et spatiales cisterciennes.

Pour un aperçu des cartulaires de l’abbye de Cîteaux, voici des photographies du cartulaire 169, dit cartularius vetus: http://www.artehis.eu/IMG/pdf/_citeaux_vetus/citeaux.html

Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont

Composés pour des raisons fiscales, les registres d’estime sont une source riche pour l’étude des pratiques de gouvernement parce qu’ils sont le signe d’une volonté de contrôle. Parfois réalisés à partir d’une inquisitio ou tout au moins par les tournées des estimatores, ils constituent un excellent matériau pour l’étude de la mise en registre de la parole.

Riccardo Rao a concentré sa présentation des registres d’estime sur les cas de Chieri et Pavie qui datent de la décennie 1250. Tandis qu’à Chieri, l’organisation des registres révèle la distinction entre biens meubles et biens fonciers, le cas de Pavie a permis de mettre l’accent sur l’organisation en quartiers établis à partir des portes de la ville. Chaque zone est ainsi soumise au travail de tout un personnel attentivement choisi et permettant l’association des compétences techniques et des valeurs morales. Une fine étude des estimi permet de percevoir leurs diverses utilisations, qui ne se limitent pas à la fiscalité mais s’étendent notamment au champ militaire. Surtout, ces registres ont servi de modèles aux registres communaux, et en particulier aux registres des possessions.

Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles

En 1202-1203, Gui Francesc, grand juriste de Montpellier, membre du conseil de régence, participe à la réalisation du cartulaire des Guilhem de Montpellier, le Liber instrumentorum memorialis, dont il rédige le prologue[1]. Ce cartulaire est un bon témoignage de la réflexion du cartulariste sur ce qu’est une seigneurie. L’écriture pratique est présentée par Gui Francesc comme un vecteur de conservation des droits et en particulier des droits familiaux des Guilhem, seigneurs de Montpellier.

Les consuls reprennent un certain nombre de savoir-faire de la cartularisation et les transforment pour aboutir à la fabrication de livres urbains appelés thalami. Ces derniers ne sont pas tout à fait des cartulaires au sens propre et tendent vers une démarche d’enregistrement documentaire. L’étude de leur confection a montré qu’on ne pouvait les concevoir comme des « livres », caractérisés par une linéarité, mais plutôt comme des manuscrits de travail.

Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240

Le registre de la chancellerie de Frédéric II de 1239-40 n’est pas un registre impérial mais un registre du seul royaume de Sicile. Il contient les lettres de la chancellerie envoyées aux officiers de la province pour coordonner la gestion du royaume. Il est le fruit d’une stratégie documentaire. Peuvent y être perçues les pratiques rédactionnelles des notaires dans l’élaboration du registre. Il donne également des informations sur la préparation culturelle et les attributions du personnel de la chancellerie. Le registre se révèle ainsi d’une extrême modernité.

Le nombre élevé de lettres contenues, près de 1200 en sept mois, montre que l’écriture et la documentation écrite jouaient désormais un rôle de premier plan dans l’administration de l’État frédéricien et étaient devenues un instrument de gouvernement, à tel point que l’on envoyait des mandements et consignait des ordres par écrit même à des destinataires qui se trouvaient à la cour. Placé dans ce contexte, le registre avait une double fonction : recueillir au sein d’une documentation officielle le souvenir des lettres et ordres envoyés aux organes périphériques de l’État, mais également mettre à la disposition de la chancellerie et de la cour le cadre de toute l’activité gouvernementale qui s’exerçait au travers des instructions et des ordres mis par écrit.

Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Dans la Savoie du début du XIVe siècle, on assiste au passage graduel des cartulaires aux protocoles. Lors des avènements des fils d’Amédée V, Édouard en 1323 et Aymon en 1329, les notaires-secrétaires agissant pour le comte de Savoie ont été chargés de recueillir dans des cahiers ad hoc les hommages prêtés au nouveau prince.

Un examen poussé de ces protocoles, pouvant apparaître comme des registres constitués de minutes, invite à nuancer l’opposition entre protocoles et cartulaires. En effet, le simple classement chronologique est remplacé par une construction topographique, signe d’une logique géo-politique. On constate ainsi une « ré-élaboration » formelle qui sous-tend un travail fait a posteriori et un travail de sélection, avec une réutilisation consciente d’une documentation antérieure, qui les rapprochent des procédés d’élaboration des cartulaires. À partir de la seconde moitié du XIVe siècle, les registres tendent à s’éloigner de leurs origines notariales pour se rapprocher de vrais registres de chancellerie.


[1] Sur ce cartulaire, voir P. Chastang, « La préface du ‘Liber instrumentorum memorialis » des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans Les cartulaires méridionaux. Actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002 par le Centre historique de recherches et d’études médiévales sur la Méditeranée occidentale (EA 3764, Univ. Paul-Valéry – Montpellier III) avec la collab. du GDR 2513 SALVE, sous la dir. de Daniel Le Blévec, Paris, 2006, (Etudes et rencontres de l’Ecole des chartes, 19), p. 91-123.

Les langages politiques au Moyen Age

Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle), Médiévales 57, automne 2009.

Si les outils du gouvernement, considérés dans leurs aspects pratiques par le biais de la structure institutionnelle ou encore des techniques administratives, ont aujourd’hui pleinement acquis pour les médiévistes le statut d’objets d’histoire, les concepts qui fondent la définition même du politique et, surtout, le système de communication qu’ils dessinent, entendu comme un instrument à part entière de la prise de décision politique, sont un domaine encore à explorer pour une large part. C’est ce à quoi est dévolu le programme Gouvaren, et c’est également le thème qu’aborde le numéro 57 de la revue Médiévales.
L’ensemble des cinq contributions réunies ici par Aude Mairey (1) s’interrogent en effet sur un élément particulier de ce système de communication entre gouvernants et gouvernés, à savoir « […] les langages qui s’inscrivent dans le cadre d’une communication axée sur des rapports de pouvoir et sur la notion de gouvernement au sein de la société chrétienne», dont A.M. lie l’émergence « aux transformations profondes de l’exercice du pouvoir et de la domination dans les derniers siècles du Moyen Age (p. 6) ». L’objectif du recueil est, ainsi, de déterminer à la fois quelles sont les interactions mises en œuvre par ces langages et sur quelles dynamiques horizontales et verticales ils reposent de manière à tenter de déterminer une sorte de grammaire d’un langage politique commun au plus grand nombre. Doivent, de la sorte, être étudiés finement non seulement les « discours » dont la finalité est de type propagandiste, mais également l’ensemble des signes institués au Moyen Age comme médiateurs de communication, ce qui nécessite de s’interroger également sur les gestes et paroles organisés sous la forme de rituels. Vaste entreprise, qu’A. M. circonscrit pour ce recueil précis aux seuls signes linguistiques.

Ce champ de recherche, neuf et prometteur, s’inscrit à l’évidence, comme le rappelle A. M. dans son introduction, dans le domaine historiographique plus large de la constitution d’un « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, une circulation de l’information qui apparaît de plus en plus aux historiens comme nécessaire à l’accomplissement de l’acte de gouvernement (2). Les notions mises en œuvre par la construction et le caractère performatif dévolu à ces langages auraient nécessité, pour cette raison, un approfondissement certain tant en introduction que dans les différents articles. Ainsi la distinction entre « information » et « communication » est-elle d’emblée entendue dans son acception courante, c’est-à-dire l’information correspondant au contenu alors que la communication représente plutôt les différents modes de transmission et de circulation d’une information. Un article récent de J. Morsel revient, cependant, sur ces définitions et offre d’utiles clés en la matière (3) . Il vise, notamment, à distinguer les deux verbes – informer et communiquer- dans leur finalité politique, ce qui fait de ces deux notions de pertinents outils d’analyse de l’acte de gouvernement. Ainsi, le point sur lequel le lecteur demeure quelque peu sur sa faim à la lecture de ce riche et important numéro est-il précisément celui de l’usage des différents supports de la parole publique comme instruments de communication, outil de « dialogue » entre gouvernants et gouvernés, et, au final, moteur de l’acte de gouvernement.
Pour ne pas revenir sur les rituels, qui n’étaient pas l’objet du recueil, on ne peut que regretter que la question, par exemple, du sermon politique manié par des autorités laïques ne soit abordée que par un seul article, au demeurant fort pertinent (F. Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane », p. 75-92). Comme le montre l’auteur, le sermon en tant que parole publique peut être un media de communication manié par les autorités laïques, en l’occurrence les Cortes au XIVe et XVe siècle, dans l’objectif de revendiquer et d’exercer une forme d’autorité (4) . Si le cas des Cortes demeure confiné dans le cadre du palais, il est d’autres prises de parole publique qui contribuent à définir l’espace public en tant que lieu par excellence de ce dialogue. L’important article de M. Della Misericordia, fondé sur l’étude du fonctionnement des assemblées de communautés dans la Lombardie du XVe siècle (M. Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan », p.93-112), pose d’emblée la question de l’usage de l’expression publique comme outil d’institutionalisation et mode d’action de la communauté. Il montre, notamment, comment se forge progressivement un code de communication qui contribue à définir l’éthique du gouvernement, en valorisant l’interaction physique.

L’enquête, en tant qu’instrument d’information mais aussi de dialogue entre gouvernants et gouvernés, peut également être envisagée sous cet angle ; c’est d’ailleurs ce domaine qui est le plus porteur, en l’état actuel, de pistes de recherche. Les prochains séminaires de Gouvaren auront à explorer notamment les modes d’enregistrement de l’information, et de la confection formelle des registres afin de déterminer la part de « performativité » attribuée à ces documents par le pouvoir : souvent considérés avant tout comme des documents de gestion administrative et comptable par l’information qu’elles contiennent régulièrement vérifiée et mise à jour, les enquêtes publiques n’en sont pas moins un outil de la prise de décision politique par, précisément, l’échange qu’elles permettent entre gouvernants et gouvernés.

——-

1- Aude Mairey, « Les langages politiques au Moyen Age (XIIe-XVe siècle) » ; Xavier Storelli, « Les harangues de la bataille de l’Etendard (1138) » ; Catherine Daniel, « L’audience des prophéties de Merlin : entre rumeurs populaires et textes savants » ; Aude Mairey, « Qu’est-ce que le peuple ? Quelques réflexions sur la littérature politique anglaise de la fin du Moyen Age » ; François Foronda, « Le conseil de Jéthro à Moïse : le rebond d’un fragment de théologie politique dans la rhétorique parlementaire castillane » ; Massimo Della Misericordia, « Principat, communauté et individu au bas Moyen Age. Cultures politiques dans l’Etat de Milan. »
2- Sous l’impulsion des travaux de C. Gauvard principalement, le geste politique, celui qui notamment conduit à l’élaboration de la loi, est désormais considéré par les médiévistes comme reposant sur une dynamique d’échange – ce que l’on peut également nommer une interaction entre gouvernants et gouvernés- qui repose sur la plainte, ou requête adressée par les sujets, à laquelle doit répondre la protection, ou bienveillance du prince. Voir notamment : Un Moyen Age pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, J. Claustre, O. Mattéoni, N. Offenstadt (dir), PUF, 2010, p.4.
3- Joseph Morsel, « Communication et domination sociale en Franconie à la fin du Moyen Âge : l’enjeu de la
réponse. » , contribution au programme de recherche initié par le LAMOP entre 2004 et 2006 sur l’espace public
au Moyen Age, inédit mais accessible en ligne sur le site du LAMOP : http://lamop.univ-paris1.fr/lamop/LAMOP/espacepublic/index.htm#13juin
4- Les travaux de Jean-Paul Boyer sur les sermons politiques attribués au roi de Naples et comte de Provence Robert Ier, au début du XIVe siècle, vont dans le même sens.

Congrès de la SHMESP

Le programme Gouvaren sera représenté au 41e Congrès de la Société des historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public qui a pour thème:

Les relations diplomatiques au Moyen-Âge:

sources, pratiques, enjeux.

Le congrès se déroule à Lyon du 3 au 6 juin 2010.
Accès au programme
L’affiche du colloque

2e journée d’études Gouvaren

Le 17 juin 2010 aura lieu la deuxième journée d’études de notre programme ANR Gouvaren

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

Aix-en-Provence

Salle Paul-Albert Février

9h30-17h


Session du matin: 9h30-12h30


Anne MAILLOUX, LAMM – ANR GOUVAREN

Introduction


Laurent RIPART, Université de Savoie

Un dossier judiciaire : le cartulaire A de Grenoble


Coraline REY, Université de Bourgogne

Cartularisation et inventorisation : les registres de copies d’actes à Cîteaux, XIIe – XVe siècle


Session de l’après-midi: 14h – 17h


Riccardo RAO, Università degli Studi di Bergamo

Estimi et registres communaux de possessions en Lombardie et Piémont


Pierre CHASTANG, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines

L’élaboration des registres municipaux de Montpellier aux XIIIe et XIVe siècles


Cristina CARBONETTI VENDITTELLI, Università degli Studi di Roma “Tor Vergata”

Il registro della cancelleria di Federico II degli anni 1239-1240


Guido CASTELNUOVO, Université de Savoie

L’évolution des protocoles princiers en Savoie entre XIVe et XVe siècle

Programme en téléchargement