La rumeur au Moyen Âge

Maïté Billoré et Myriam Soria (dir.), Rennes, 2011.

« La rumeur est omniprésente au Moyen Âge, elle n’épargne aucun pan de la société entre le Ve et le XVe siècle. Elle a rarement été abordée comme un phénomène de communication entre égaux (chez les élites comme chez les humbles), dans des usages socialement constructifs et révélateurs de craintes, mais aussi de revendications, d’espoirs, d’imaginaires et de croyances. C’est pour renouveler cette approche historique que ce livre croise les résultats de recherches menées sur le statut, la construction, les usages et la portée de la rumeur. Le mépris affiché par les élites à son égard ne suffit pas à faire oublier qu’elle est avant tout un moyen de fédérer. »

On s’intéressera à la partie de l’ouvrage consacrée à la rumeur dans les pratiques de gouvernement et en particulier aux articles suivants :

– Nicole Brocard « La rumeur, histoire d’un concept et de ses utilisations à Besançon et dans le Comté de Bourgogne aux XIVe-XVe siècles », p. 119-132.

– Gilles Lecuppre et Élodie Lecuppre-Desjardin, « La rumeur : un instrument de la compétition politique au service des princes de la fin du Moyen Âge », p. 149-176.

– Maïté Billoré, « Les projets de Louis de France outre-Manche à l’épreuve de la rumeur (1216-1217) », p. 177-194

Site des presses universitaires de Rennes, présentant le sommaire et l’introduction disponibles en pdf.